Go to Main Content Go to Footer Content

Informations sur l’emploi

A A

image_pdfimage_print

Étranger ordinaire

Procédures d’emploi (étranger ordinaire)

1EPS-TOPIK

Depuis août 2005, les services du département des ressources humaines de Corée (HRD) ont pris en charge le test d’aptitude en coréen pour le permis de travail (EPS-TOPIK) afin de recruter les travailleurs immigrés d’une manière plus équitable et avec plus de transparence et de les aider à s’adapter à la société coréenne le plus rapidement possible.

Éligibilité pour passer le test
  • Les personnes âgées de 18 à 39 ans
  • Les personnes sans passé criminel
  • Les personnes qui n’ont pas été expulsées de la Corée auparavant
  • Aucune restriction fixée au départ
Critères d’évaluation
  • Capacité de communication de base nécessaire pour vivre en Corée
  • Connaissances de base sur la sécurité industrielle et compréhension de la culture coréenne
Critères de sélection
  • Les candidats ayant obtenu 80 ou plus sur 200 points (la note maximale) seront sélectionnés en ordre décroissant selon leur résultat obtenu. 
  • Les résultats sont valables pendant 2 ans.

2Listes des travailleurs immigrés qui ont passé l’EPS-TOPIK

Le HRD établit et gère la liste des travailleurs immigrés qui ont passé l’EPS-TOPIK et qui ont fait une demande de travail après révision pour confirmer que chacun d’eux répond aux conditions de base.


3Signature d’un contrat de travail standard

Une entreprise coréenne sélectionne un travailleur immigré en passant par le centre d’assistance pour l’emploi. Elle désigne également une agence dans le pays étranger concerné qui signera un contrat de travail au nom du travailleur. L’agence envoie alors un contrat standard de travail à l’institution d’affectation du travailleur, qui vérifie alors si ce dernier accepte les clauses du contrat et le transmet ensuite à la Corée.

※ L’entreprise coréenne (l’employeur) reçoit le contrat standard de travail prenant en charge le travailleur. Le travailleur immigré reçoit sa partie du contrat de la part de son institution d’affectation.

Période d’essai
  • Période d’essai : jusqu’à 3 mois (dès le premier jour de travail selon le contrat standard)
  • La période d’essai fait partie de la période de travail. Selon la réglementation du travail, l’employeur doit traiter le travailleur en période d’essai de la même manière qu’un employé ordinaire en ce qui concerne les conditions de travail, à l’exception du salaire minimum horaire. Un travailleur en période d’essai est payé un montant égal à 90 % du salaire minimum horaire d’un employé ordinaire.
  • L’employeur n’est pas autorisé à détériorer les conditions de travail après la période d’essai, y compris diminuer le salaire, comme stipulé par le contrat de travail.

4Formation préemploi

Le HRD assure la formation préemploi du travailleur immigré qui a signé un contrat de travail pour l’aider à s’adapter à la société coréenne le plutôt possible. La formation dure de 1 à 2 semaines et demie, selon le résultat à l’EPS-TOPIK du travailleur.


5Arrivée en Corée et formation à l’emploi

Les travailleurs immigrés doivent obtenir un visa E-9 (emploi non professionnel) de la part de l’ambassade coréenne de leur pays et ensuite partir en Corée conformément aux directives de l’institution d’affectation du travailleur. Dès leur arrivée, ils sont obligés de participer à une formation de 16 heures (sur trois jours).


6Début de l’emploi

Chaque travailleur immigré est reçu par son futur employeur dès sa formation, moment où les conditions d’emploi commencent.

Lieu de travail

  • En principe, un travailleur immigré doit travailler sur le lieu de travail convenu.
  • Cependant, quand il est jugé que la relation employé-employeur est difficile à maintenir en raison d’un problème avec l’employeur, comme le retard du versement du salaire, le travailleur concerné sera autorisé à être muté vers un autre lieu de travail et cela jusqu’à trois fois dans l’intérêt de protéger les droits du travailleur.

Raisons justifiées pour un transfert vers un autre lieu de travail

  • Quand l’employeur annule, ou refuse de prolonger le contrat de travail pour une raison légitime;
  • Quand le travailleur est incapable de continuer à travailler sur son lieu de travail pour une raison dont il n’est pas responsable, comme la fermeture (temporaire) du site concerné ;
  • Quand l’employeur est sujet à une annulation ou à des restrictions sur le permis de travail des travailleurs immigrés en cas de recours à la violence, transgression des droits de l’Homme, retard dans le paiement du salaire, aggravation des conditions de travail ;
  • Quand un travailleur est incapable de continuer à travailler sur son lieu de travail à cause d’une blessure tout en restant capable d’exercer ses activités ailleurs.
  • Des actes qui interfèrent avec le statut actuel du travailleur immigré ou avec son transfert vers un autre lieu de travail pour une raison justifiée sont réprimandables d’un an maximum de prison (avec ou sans travaux forcés) ou d’une amende ne dépassant pas 10 millions de won.

À la fin de la relation professionnelle sur le lieu de travail existant, le travailleur immigré doit introduire une demande de transfert au centre d’assistance à l’emploi pour un autre site un mois au plus tard après la fin de cette relation de travail et essayer de trouver un autre lieu de travail avec l’aide du centre dans les 3 mois. S’il ou elle n’arrive pas à trouver dans les 3 mois, il ou elle doit quitter le pays.

※ Personne à part le personnel du centre d’assistance à l’emploi ne peut être impliqué dans la sélection, l’introduction ou le recrutement d’un travailleur immigré. Toute personne qui viole cette réglementation peut être condamnée à un an de prison maximum (avec ou sans travail forcé) ou à une amende ne dépassant pas un million de won (loi sur l’emploi pour les travailleurs étrangers, article 29)