Go to Main Content Go to Footer Content

Informations sur l’emploi

A A
image_pdfimage_print

L’étendu des activités et les opportunités d’emploi ouvertes aux étrangers en Corée est relativement assez large, mais les activités et la période de séjour peuvent être limitées selon le type de visa obtenu.

Il y a deux types de permission de séjour : l’une qui vous permet d’avoir un emploi, et une autre qui ne le permet pas.

Les visas vous permettant de travailler en Corée

Les visas de travail comprennent : Emploi temporaire (C-4), Professions spécialisées (E-1~7), Emploi de stage (E-8), Emploi non professionnel (E-9), Emploi à l’étranger (E-10), Emploi des vacances (H-1), Résidence (F-2), Coréens à l’étranger (F-4), Résidence permanente (F-5).

※ Institutions de référence

SiteAnglais

 

SiteAnglais

 

SiteAnglaisChinoisJaponais

Emploi temporaire (C-4)

Période de séjour ne dépassant pas 90 jours. Les activités temporaires liées au divertissement, publicité, de mode, lecture, recherche, le coaching

Professions spécialisées (E-1~E-7)

Les professions spécialisées, comme stipulé par le bureau de l’immigration, sont comme suit :

  • Professeur (E-1) : Période de séjour ne dépassant pas 2 ans
  • Enseignement d’une langue étrangère (E-2) : Période de séjour ne dépassant pas 1 an
  • Recherche (E-3) : Période de séjour ne dépassant pas 2 ans
  • Profession (E-5) : Période de séjour ne dépassant pas 2 ans
  • Arts/Divertissement (E-6) : Période de séjour ne dépassant pas 6 mois
  • Activités désignées spécialement (E-7) : Période de séjour ne dépassant pas 2 ans
Emploi de stage (E-8)

Les étrangers peuvent demander un visa E-8 après avoir terminé avec succès une année de stage et une éducation appropriée. Une fois le stage terminé, le stagiaire (détendeur de D-3) peut demander à modifier son visa en visa E-8 et devient éligible pour l’emploi en Corée pendant 2 ans.

Résidence (F-2)

L’époux/épouse d’une personne qui a obtenu le statut de séjour de réfugié peut travailler librement en Corée.

Les coréens à l’étranger (F-4)

Ce statut est obtenu par quelqu’un qui a eu auparavant la nationalité coréenne, mais actuellement il a une nationalité étrangère, ou par quelqu’un dont le père, la mère, le grand père ou la grande mère a eu la nationalité coréenne, mais actuellement dispose d’une nationalité étrangère. Le détendeur a le droit de travailler en Corée, à l’exception d’un travail simple ou la spéculation, jusqu’à 2 ans.

Résidence permanente  (F-5)

Ce statut peut être obtenu par les nationaux de ces pays comme l’Australie, le Canada, le Japon, la Nouvelle Zélande qui ont signé un traité ou MOU avec la Corée du Sud sur des visas de travail pour les vacances leur permettant de travailler à court terme pour les dépenses de voyage. Un détendeur d’un tel visa peut rester jusqu’à une année dans le pays.

Emploi non professionnel (E-9)

Les détendeurs de ce visa doivent signer un contrat de travail, poursuivre une formation professionnelle avant de commencer à travailler, et doivent souscrire à une assurance couvrant le billet d’avion de retour chez soi ainsi que les accidents de travail. Les détendeurs de ces visas peuvent travailler jusqu’à 3 ans en Corée. Concernant le réembauchage, les détendeurs peuvent être réembauchés une fois (jusqu’à 2 ans) selon le nouveau système de réembauchage. Si l’employeur actuel s’applique au réembauchage d’une telle personne pendant la période appropriée (c.-à.-d. 30 à 90 jours avant l’expiration de la période de séjour approuvée), la personne peut continuer à travailler sans quitter le pays.

Visiteur pour emploi (H-2)

Les étrangers recherchant des opportunités d’emploi en Corée avec un visa H-2 doivent terminer des cours/stage dans une institution désignée par le ministère du travail. Après notification du bureau de l’immigration sur leur statut comme demandeur d’emploi, ils peuvent alors contacter le centre d’assistance de l’emploi. Les détendeurs de visa H-2 peuvent travailler dans des lieux avec une désignation certifiée spéciale d’une possibilité d’emploi donnée par le Ministre du ministère du travail. De plus, après avoir trouvé un emploi, un détendeur de H-2 doit notifier le bureau de l’immigration dans les 14 jours dans ce nouvel emploi.

Études à l’étranger (D-2)

Les détendeurs de c visa sont autorisés pour un travail à mi-temps qui ne dépasse pas le but principal du visa (études).

Visite ou réunion de famille (F-1)

Les détendeurs de ce visa peuvent travailler en obtenant une autorisation pour une activité qui va au delà du statut de séjour si le travail est reconnu comme nécessaire pour élever un enfant né de parents coréens ou pour assister des parents ou une famille coréenne ou pour gagner sa vie ou pour subvenir aux besoins de la famille.

Étranger ordinaire

Procédures d’emploi (étranger ordinaire)

1EPS-TOPIK

Depuis août 2005, les services du département des ressources humaines de Corée (HRD) a pris en charge le test-système du permis de travail d’aptitude en Coréen (EPS-TOPIK) pour recruter les travailleurs immigrés d’une manière plus équitable et avec plus de transparence et les aider à s’adapter dans la vie du pays le plus rapidement possible.

Éligibilité de passer le test
  • Les personnes âgées de 18 à 39 ans
  • Les personnes sans passé criminel
  • Les personnes qui n’ont pas été expulsé de la Corée auparavant
  • Aucune restrictions fixée au départ
Critères d’évaluation
  • Capacité nécessaire de base de communiquer pour vivre en Corée
  • Connaissance de base de la sécurité industriel et la compréhension de la culture coréenne
Critères de sélection
  • Ceux ayant obtenu la meilleure note sont sélectionnés parmi ceux ayant obtenu 80 points ou plus sur la note la plus élevée de 200 points
  • La note est valable pendant 2 ans.

2Listes des travailleurs immigrés qui ont passé EPS-TOPIK

Le HRD établit et gère la liste des travaileurs immigrés qui ont passé EPS-TOPIK et qui ont fait une demande de travail après révision pour confirmer que chacun d’eux répond aux conditions de base.

3Signature d’un contrat de travail standard

Une entreprise coréenne sélectionne un travailleur immigré à travers le entre d’assistance pour l’emploi. L’entreprise sélectionne un agent dans un pays étranger qui signera un contrat de travail au nom du travailleur.L’agence concernée envoie un contrat standard de travail à l’institution d’affectation du travailleur, qui vérifie alors si le travailleur accepte les clauses du contrat et envoie le contrat standard de travail à la Corée.

※ L’entreprise coréenne (l’employeur) reçoit le contrat standard de travail prenant en charge le travailleur. Le travailleur immigré reçoit sa partie du contrat standard de travail de la part de l’institution d’affectation du travailleur.

Période d’essai
  • Période d’essai : Jusqu’à 3 mois (depuis le jour du démérrage du travail selon le contrat standard de travail)
  • La période d’essai est une partie de la période de travail. Selon la loi du droit de travail, l’employeur doit traiter le travailleur en période d’essai de la même manière qu’un travailleur ordinaire en termes de conditions de travail, à l’exception du salaire minimum horaire. Un travaille en période d’essai est payé un montant égal à 90% du salaire minimum horaire des travailleurs ordinaires.
  • L’employeur n’est pas autorisé à faire diminuer les conditions de travail, y compris le salaire, stipulé par le contrat de travail après la période d’essai.

4Formation du pré emploi

Le HRD assure l’éducation de pré emploi du travailleur immigré qui a signé un contrat d’emploi pour les aider à s’adapter à la situation locale en Corée le plutôt possible. La période d’éducation de pré emploi dure 1 à 2,5 semaines, selon la note du EPS-TOPIK du travailleur.

5Arrivée en Corée et formation à l’emploi

Les travailleurs immigrés doivent obtenir un visa E-9/emploi non professionnel de la part de l’embrassade de RDC de leur pays et partent à destination de la Corée conformément aux directives de l’institution d’affectation du travailleur.Dès l’arrivée en Corée, ils sont obligés de participer à une session d’éducation de 16 heures (3 jours).

6Début de l’emploi

Chaque travailleur immigré est reçu par le future employeur à partir de l’établissement de l’éducation, où les conditions d’emploi commencent.

Lieu du travail

  • En principe, un travailleur immigré doit continuer à travailler sur le lieu de travail convenu.
  • Cependant, quand il est jugé que la relation employé-employeur est difficile à maintenir en raison d’un problème avec l’employeur, comme le retard dans le versement du salaire, le travailleur concerné sera autorisé à être muté vers un autre lieu de travail et cela jusqu’à trois occasions dans l’intérêt de protéger les droits du travailleur.

Raisons justifiées pour un transfert vers un autre lieu de travail

  • Quand l’employeur annule, ou refuse de prolonger le contrat de travail pour une raison légitime;
  • Quand le travailleur est incapable de continuer à travailler sur son lieu de travail pour une raison dont il n’est pas responsable, comme la fermeture (temporaire) du lieu de travail;
  • Quand l’employeur est sujet à une annulation ou à des restrictions sur le permis accordé pour l’emploi des travailleurs immigrés à cause de l’utilisation de violence, transgression des droits de l’homme, retard dans le paiement du salaire, aggravation des conditions de travail;
  • Quand un travailleur est incapable de continuer à travailler sur son lieu de travail à cause d’une blessure, mais capable de travailler ailleurs malgré sa blessure.
  • Des actes qui entravent ou interfèrent avec le statut actuel de l’emploi du travailleur immigré ou son transfert vers un autre lieu de travail pour une raison justifiée sont réprimandables de prison (avec/sans travaux forcés) pendant un an au maximum ou par une amende ne dépassant pas 10 million de won.

A la fin de la relation de travail sur le lieu de travail existant, le travailleur immigré doit introduire une demande de transfert au centre d’assistance à l’emploi pour un autre lieu de travail dans un mois au plus tard après la fin de la relation de travail et essaye de trouver un autre lieu de travail avec l’aide du centre et ce dans les 3 mois. Si il/elle n’arrive pas à trouver un autre lieu de travail dans les 3 mois, il/elle quitte le pays.

※ Aucune personne à part le personnel du centre d’assistance à l’emploi ne doit s’impliquer dans la sélection, l’introduction ou le recrutement d’un travailleur immigré. Une personne qui viole cette règlementation est réprimandable de prison (avec/sans travail forcé) pendant une période d’une année au maximum ou une amende ne dépassant pas million de won (La loi sur l’emploi, etc pour les travailleurs étrangers, Article 29)

Étranger particulier

Procédures d'emploi (étranger particulier)

1Entrée avec visa H-2/visite de travail

Un coréen résidant dans un pays étranger peut visiter son pays en obtenant un visa H-2/Visite de travail au niveau de l’embrassade de RDC de ce pays. Un coréen (âgé de 25 ans ou plus) avec une nationalité étrangère visitant un parent en Corée avec un visa F1-F4 (visite ou union de famille/Résident/Accompagnant époux (épouse)/à l’extérieur de la Corée) peut modifier son statut de visa en H-2 au niveau du bureau de contrôle de l’immigration.

※ Ceux appartenant à la catégorie de “cas spéciaux d’emploi” (Le droit au travail, etc. pour les travailleurs étrangers, le décrt d’application, Article 10) sont des personnes éligibles pour un visa H-2.

2Éducation pour l’emploi

Quand des travailleurs immigrés d’un cas spécial envisage de travailler dans un secteur qui leur est autorisé, comme le secteur des services, ils doivent passer par un programme d’éducation pour l’emploi dans un établissement approprié (ex. le HRD) avant de faire une demande de travail.

Ils peuvent participer à une cession d’éducation pour le travail avant un enregistrement pour étranger au niveau du ministère de la justice.

  • L’enregistrement pour étranger au ministère de la justice doit être effectué dans les 9 jours après l’arrivée en Corée.
  • Ceux dont le visa précédent F1-F2 (Visite ou union de famille/Résident/Accompagnant époux (épouse)/A l’extérieur de la Corée) a été modifié en visa H-2 peuvent faire une demande de travail après avoir participé au programme de l’éducation pour l’emploi.
Éducation pour l’emploi pour les coréens avec une nationalité étrangère
  • Ceux éligibles : Les détendeurs de visa H-2 qui souhaitent trouver un emploi dans un secteur dans lequel le comité de la politique de travail des étrangers permet un travail pour les travailleurs immigrés.
  • Contenus : 16 heures (3 jours) – La langue coréenne; compréhension de la cuture coréenne; les lois concernant le travail comme le système du permis de l’emploi ou la loi sur les standards du travail; les informations essentielles; connaissances exigées pour s’adapter à la vie en Corée: souscription à une prime d’assurance appropriée
  • Dépenses à la charge du travailleur : Formation sur la vie de campement, 148 000 won Sans formation de campement 102 000 won
  • Comment faire une demande : Soumettez une demande par courrier ou par fax ou en personne pour une branche du HRD
  • Établissement d’éducation Le HRD (Téléphone : +82-1577-0071)

3Demande de travail

Les travailleurs immigrés de cas spéciaux qui ont l’intention de travailler dans un secteur qui leur est permis, comme le secteur des services, doivent faire une demande de travail à travers le centre d’assistance pour l’emploi. Ils peuvent aussi faire une demande de travail au niveau de l’établissement de l’éducation pour l’emploi au moment de l’éducation pour l’emploi. Une telle demande est valable pendant une année.

Les travailleurs immigrés de cas spéciaux peuvent trouver un lieu de travail soit par le centre d’assistance pour l’emploi ou par eux-même.

4Signature d’un contrat de travail standard

L’utilisation d’un formulaire de contrat d’emploi standard aide à éviter des différents entre l’employé et l’employeur, protège les droits des travailleurs immigrés, et s’assure qu’ils répondent aux lois liés au travail. Après avoir convenu sur des points comme la période du contrat, le lieu de travail, la nature du travail, les heures de travail, les congés, le salaire, etc., les deux côtés signent un contrat standard de travail (formulaire : Annexe 6)

※ Un employé qui souhaite signer un contrat standard d’emploi avec un travailleur immigré de cas spécial doit obtenir une lettre de confirmation de recrutement d’un tel travailleur.

5Rapport sur le commencement du travail

Après signature du contrat standard de travail avec un travailleur immigré d’un cas spécial, l’employeur doit le déclarer au centre d’assistance pour l’emploi dans les 10 jours. Le travailleur immigré doit le déclarer au bureau de contrôle de l’immigration dans les 14 jours.

SiteAnglais

Congé de maternité

C’est quoi un congé de maternité ?

Toutes les femmes enceintes ont le droit d’une absence pour se préparer, et pour récupérer à la naissance d’un enfant. Un minimum de 45 jours doit être accordé avant et après la naissance, totalisant 90 jours de congé payé. Le congé commence 45 jours environ avant la date prévue de l’accouchement. Si l’accouchement est retardé, l’employeur doit quand même accordé au moins 45 jours de congé payé après la naissance du bébé, afin de permettre à l’employée de récupérer.

De plus, si une employée est enceinte pendant 16 semaines ou plus, a eu un avortement, ou donne naissance à un mort-né, alors, selon la durée de la grossesse, l’employeur doit accorder 30 à 90 jours de congé payé.

Éligibilité pour un congé de maternité

A partir de 2008, les sociétés sont légalement obligées d’accorder non seulement aux femmes enceintes mais aussi à leur époux d’avoir un congé de maternité. La durée du congé de maternité est de trois jours. Un employé doit faire la demande pour un congé de maternité dans les 30 jours après l’accouchement de sa femme. La rémunération du congé de l’époux n’est pas obligatoire. Si une société refuse d’accorder un congé, elle peut avoir une amende allant jusqu’à 10.000.000 won, ou la personne responsable peut être condamnée à 2 ans de prison

Période et paiement du congé de maternité

Un travailleur au niveau d’une entreprise qui est éligible pour une assistance professionnelle à la naissance d’un enfant est payé.

le salaire de 90 jours par l’assurance de l’emploi. Les premiers 60 jours sont calculés sur la base du salaire habituel offert par l’employeur. Les 30 jours restants sont couverts par l’assurance chaumage.Le montant de la paye de la maternité est établi sur la base du salaire ordinaire du travailleur au premier jour du congé en question, mais il ne doit pas dépasser 4,05 million de won pour 90 jours.

Si le montant du salaire ordinaire du travailleur dépasse 1,35 million de won par mois, l’employeur doit payer la différence.Salaire régulier : Se réfère au montant fixe promis à l’employé sur la base du montant fixé par les heures selon les précisions du contrat conclu entre l’employeur et l’employé.

  • Salaire régulier : Se réfère au montant fixe promis à l’employé sur la base du montant fixé par les heures selon les précisions du contrat conclu entre l’employeur et l’employé.

Demande d’un congé de maternité

Les employés disposent de 12 mois à partir de la fin de leur congé de maternité pour obtenir un document de confirmation du congé de maternité de la part de leurs employeur. Le document de confirmation et le formulaire de la demande doivent être remis à un centre d’assistance pour l’emploi. Cependant, il est important de noter qu’une application pour l’accord d’un accord de maternité après la période de 12 mois spécifiée annulera l’éligibilité de l’employé de recevoir l’accord.

Congé d’élevage d’enfant

C’est quoi un congé d’élevage d’enfant ?

Les employés avec un enfant de 3 ans ou mois peuvent prendre au moins 30 jours de congé dans le but d’élever leur enfant.

Éligibilité pour un congé de maternité

  • Un employé avec un enfant de moins de 3 ans et qui a travaillé sur un lieu de travail pendant plus d’une année.
  • Un employé dont l’époux n’a pas demandé un congé d’élevage d’enfant pour l’enfant en question
  • Période statutaire du congé de maternité : Une année

Demande pour un congé d’élevage d’enfant

  • Un employé assuré peut rcevoir un accord pour prendre au moins 30 jours de congé.
  • Si un employé fait une demande pour un congé d’élevage d’enfant après le délai de la demande (30 jours à l’avance), l’employeur peut fixer le premier jour dudit congé dans les 30 jours après la demande.
  • Si un employé souhaite prolonger la période de congé d’élevage d’enfant, il/elle doit en informer l’employeur au moins 30 jours à l’avance. Une telle prolongation n’est permise qu’une seule fois.

Période de congé d’élevage d’enfant et montant

  • Éligibilité : L’époux de l’employée concernée (c.-à.-d. l’assuré) ne doit pas avoir utilisé le congé d’élevage d’enfant concernant cet enfant et la période d’assurance doit être au moins de 180 jours du jour du début de la période du congé d’élevage d’enfant.
  • Salaire pendant la période de congé d’élevage d’enfant : 500.000 won par mois (si la période est inférieure à un mois, la période est calculée au pro rata. Même si l’employeur a accordé un congé d’élevage d’enfant pour 2 ans, le salaire pour la période du congé d’élevage d’enfant n’est payé que pour une année.

Comment faire une demande de congé d’élevage d’enfant

  • Pendant la période fixée (c.-à.-d. pour 12 mois à partir d’un mois après la premier jour de la période de congé d’élévation d’enfant), une demande est adressée au centre d’assistance pour l’emploi ayant autorité sur le lieu de résidence ou du lieu de travail, avec une lettre de confirmation du congé d’élevage d’enfant (uniquement la première fois) et un document justificatif concernant le salaire ordinaire de l’employé (registre des salaires ou contrat de travail).
  • Si la personne concernée ne peut pas faire une demande pour le congé d’élévation d’enfant pour une raison inévitable (comme le destin de Dieu, maladie ou blessure de l’employé concerné ou de l’époux/épouse ou un parent linéaire), la demande peut être remise dans les 30 jours après la fin de la cause invoquée.

Paiement du salaire

  • La méthode de base du versement du salaire doit être un chèque ou en liquide remis directement à l’employé, dans sa totalité, au moins une fois par mois.
  • Selon la loi du droits au travail, Article 43, si un employeur refuse de payer son employé(e), il/elle peut être poursuivi en justice et inculper de crime avec une sentence de prison de 3 ans ou moins et une amende maximum de 20.000.000 won.
  • Les travailleurs étrangers travaillant avec le bureau d’immigration sont protégés par les mêmes droits de travail que les citoyens coréens. Les étrangers illégaux résidents et travaillant en Corée ont les mêmes droits de protection, quelle que soit leur situation avec le bureau de l’immigration.
  • Système de sécurité de revendication des salaires : Un employé retraité qui est parti sans droits de retraite en raison de la faillite de l’employeur ou toute autres raisons viables est éligible de bénéficier de la part du service de compensation et du bien être des travailleurs de la Corée.
  • Processus du système de sécurité de revendication des salaires : Une reconnaissance de la part du ministère de travail et confirmation du retard de paiement → Application pour confirmation de la faillite etc. (l’employé)→ Période de la notification de la faillite de 30 jours (un report n’est autorisé qu’une seule fois) → Application pour confirmation et paiement → Une confirmation provoque une notification (à l’employé) et transmission des paiements retardés (Corporation du bien être du travail de Corée) → Paiement retardé versé dans le compte de l’employé → Le gouvernement détient le droit d’exiger les paiements de la part de l’employeur.

Droit de retraite

  • Les dons de retraite est obligatoire sur les lieux de travail avec cinq travailleurs ou plus.
  • Les conditions de base sont aussi applicables aux dons de retraite.
  • Un travailleur employé pendant une année ou plus est éligible aux dons de retraite. Les travailleurs étrangers sont aussi éligibles aux dons de retraite à moins que certaines circonstances prédominent et qui anullent de tels revendications. Comme indiqué auparavant, les étrangers travaillant illégalement en Corée sont techniquement considérés des employés du lieu de travail et donc ouvrent droit aux dons de retraite.
Méthode de calcul des dons de retraite (exemple)
  • Période totale de travail : 30 avril, 2009 au 31 octobre 2013 (4 ans, 6 mois et 28 jours = 1.668 jours)
  • Calcul du salaire moyen trois mois avant la retraite : 3.600.000 won (Montant du salaire total sur trois mois) / 92 = 39.130 won
  • Salaire moy. 39.130 won * 30 jours * 1.668 jours / 365 jours = 5.364.621 won
[content-builder]{“id”:1,”version”:”1.0.4″,”nextId”:158,”block”:”root”,”layout”:”12″,”childs”:[{“id”:3,”block”:”tab”,”tabs”:[{“label”:”\u00c9tendu des activit\u00e9s et de l’emploi pour les \u00e9trangers en Cor\u00e9e”,”childs”:[{“id”:”20″,”block”:”rte”,”content”:”

L’\u00e9tendu des activit\u00e9s et les opportunit\u00e9s d’emploi ouvertes aux \u00e9trangers en Cor\u00e9e est relativement assez large, mais les activit\u00e9s et la p\u00e9riode de s\u00e9jour peuvent \u00eatre limit\u00e9es selon le type de visa obtenu.<\/p>“,”class”:”c_top_txt”},{“id”:”82″,”block”:”rte”,”content”:”

Il y a deux types de permission de s\u00e9jour : l’une qui vous permet d’avoir un emploi, et une autre qui ne le permet pas.<\/p>“,”class”:”c_base_txt06″},{“id”:”51″,”block”:”heading”,”heading”:”h2″,”text”:”Les visas vous permettant de travailler en Cor\u00e9e”,”link”:””,”title”:””,”class”:””},{“id”:”4″,”block”:”rte”,”content”:”

Les visas de travail comprennent : Emploi temporaire (C-4), Professions sp\u00e9cialis\u00e9es (E-1~7), Emploi de stage (E-8), Emploi non professionnel (E-9), Emploi \u00e0 l’\u00e9tranger (E-10), Emploi des vacances (H-1), R\u00e9sidence (F-2), Cor\u00e9ens \u00e0 l’\u00e9tranger (F-4), R\u00e9sidence permanente (F-5).<\/p>“,”class”:”c_base_txt07″},{“id”:”83″,”block”:”rte”,”content”:”

\u203b Institutions de r\u00e9f\u00e9rence<\/b><\/p>“,”class”:”c_base_txt02″},{“id”:”87″,”block”:”rte”,”content”:”

Site<\/a>Anglais<\/span><\/p>“,”class”:”c_link_txt”},{“id”:”131″,”block”:”rte”,”content”:”

 <\/p>“,”class”:”c_height15″},{“id”:”129″,”block”:”rte”,”content”:”

Site<\/a>Anglais<\/span><\/p>“,”class”:”c_link_txt”},{“id”:”130″,”block”:”rte”,”content”:”

 <\/p>“,”class”:”c_height15″},{“id”:”128″,”block”:”rte”,”content”:”

Site<\/a>Anglais<\/span>Chinois<\/span>Japonais<\/span><\/p>“,”class”:”c_link_txt”},{“id”:”137″,”block”:”heading”,”heading”:”h5″,”text”:”Emploi temporaire (C-4)”,”link”:””,”title”:””,”class”:””},{“id”:”148″,”block”:”rte”,”content”:”

P\u00e9riode de s\u00e9jour ne d\u00e9passant pas 90 jours. Les activit\u00e9s temporaires li\u00e9es au divertissement, publicit\u00e9, de mode, lecture, recherche, le coaching<\/p>“,”class”:”c_base_txt”},{“id”:”146″,”block”:”heading”,”heading”:”h5″,”text”:”Professions sp\u00e9cialis\u00e9es (E-1~E-7)”,”link”:””,”title”:””,”class”:””},{“id”:”149″,”block”:”rte”,”content”:”

Les professions sp\u00e9cialis\u00e9es, comme stipul\u00e9 par le bureau de l’immigration, sont comme suit :<\/p>\n”,”class”:”c_base_txt07″},{“id”:”157″,”block”:”rte”,”content”:”