Go to Main Content Go to Footer Content

Cuisine

A A

Le Topokki (gâteau de riz épicé)

Le Topokki est le plus populaire des repas nomades en Corée.Manger des topokki épicés (gâteaux de riz de forme cylindrique avec divers légumes et du bœuf, assaisonnés d’une sauce épicée et frits) et des gunmandu (raviolis frits) accompagnés d’un bol de eomuk (soupe au gâteau de poisson) est très en vogue chez les adolescents coréens.

Le Topokki (gâteau de riz épicé)
  • Le Topokki est très connu pour être le plat typique de la cuisine de rue coréenne ; mais maintenant que la cuisine coréenne se mondialise, le topokki est également reconnu comme un excellent aliment sur les plans gustatif et nutritionnel, et de nombreuses variantes de topokki voient le jour.

Le Sundae, genre de saucisse coréenne

Le Sundae est représentatif de la cuisine de rue coréenne, et il peut se manger avec le topokki. Il est composé d’intestins de porc cuits à la vapeur et farcis de divers ingrédients comme des nouilles transparentes et du sang de porc pour amener de la couleur et du goût.

Le Sundae, genre de saucisse coréenne
  • Le sundae se vend accompagné de foie ou de poumon de porc.
  • Chaque variante du sundae porte un nom différent en fonction de l’ingrédient utilisé pour enrouler la farce du sundae (sundae encornet ou sundae riz gluant) ou de la région dont il est originaire (Byeongcheon sundae, spécialité locale de Chungcheong-do ; Abai sundae, spécialité locale de Hamgyeong-do).

L’eomuk (gâteau de poisson), un snack chaud parfait en hiver

L’eomuk est un produit de la mer industriel composé de filets de poissons broyés et mélangés à d’autres ingrédients comme du sel, du sucre, de l’amidon de pomme de terre, et du vin de cuisson, puis façonné en diverses formes.Pour faire une brochette d’eomuk, faites bouillir du radis et des anchois séchés dans de l’eau pour préparer un bouillon. Plongez la brochette d’eomuk dans le bouillon et portez à ébullition. Dégustez l’eomuk avec de la sauce soja.

L’eomuk (gâteau de poisson), un snack chaud parfait en hiver
  • L’eomuk est simple à digérer et contient beaucoup de protéines.
  • Il s’altère rapidement, il est donc préférable de le conserver au réfrigérateur.

Nurungji (riz brûlé), un snack sentimental

Le Nurungji était autrefois le snack le plus populaire, lorsque les en-cas comme les biscuits ou le pain n’étaient pas encore facilement disponibles. On l’appelle aussi gamachi ou nureunbap. Lorsqu’on fait cuire du riz dans un pot coréen traditionnel, comme le riz absorbe l’eau, il reste peu d’eau et le nurungji se forme dans le fond du pot.

Nurungji (riz brûlé), un snack sentimental
  • Les gens font du nurungjibap en ajoutant de l’eau chaude au nurungji. Le liquide obtenu s’appelle sungnyung.
  • Comme le nurungji est encore populaire, les gens en achètent chez les vendeurs de rue ou le prépare chez eux avec une machine à nurungji.
  • Il existe également un grand nombre de biscuits et de bonbons aromatisés au nurungji.

Ppeongtwigi (riz soufflé), le snack populaire

Ppeongtwigi est un terme générique qui désigne les grains éclatés, dans le même genre que le popcorn occidental. Il est apprécié, notamment des femmes, comme un en-cas faible en calories. Les différents types de ppeongtwigi qu’on trouve dans les rues sont le riz soufflé, appelé tuibap, le maïs soufflé, appelé gangnaengi, et un gâteau de riz soufflé appelé tteok ppeongtwigi.

Ppeongtwigi (riz soufflé), le snack populaire
  • Au cours des années 1960-1970, les marchés regorgeaient de marchands faisant des ppeongtwigi dans des machines à souffler.
  • Le ppeongtwigi tire son nom du son que font les machines à souffler, «ppeong», lorsqu’on soulève leur couvercle.

Le kkultaraeyeot, encas coréen filandreux et sucré

Le kkultaraeyeot est une sorte d’encas sucré fabriqué en étirant du malt en filaments extrêmement fins.Snack de rue le plus répandu à Insa-dong, le kkultaraeyeot est mélangé à des amandes, du cacao, des cacahuètes et des noix.

Le kkultaraeyeot, encas coréen filandreux et sucré
  • Les minces filaments sont faits à la main. Il y a jusqu’à 16 384 filaments, aussi fins que des fils de soie.
  • Des noix sont emballées dans ces filaments. Le kkultaraeyeot est également appelé Yongsuyeom, qui signifie barbe du dragon.

L’hotteok (crêpe coréenne), un snack de rue très consommé l’hiver

Le hotteok est un snack coréen unique préparé à l’aide d’une pâte à base de blé garnie de cassonade brune, de cannelle, de sésame et de cacahuètes broyées.

L’hotteok (crêpe coréenne), un snack de rue très consommé l’hiver
  • La pâte garnie est cuite sur une plaque à crêpe puis étalée en un large disque.
  • Pressez la pâte avec une presse Hotteok de manière à obtenir une croûte dorée, retournez et attendre que la pâte soit cuite.

Le dalgona, un bonbon nostalgique

Le dalgona est l’un des snacks de rue les plus populaires. Il était particulièrement apprécié des enfants dans les années 70 et 80.Préparés à base de sucre fondu et de bicarbonate de soude, les dalgona se trouvent encore de nos jours à Insa-dong et dans la zone des grands magasins Hyundai à Sinchon.

Le dalgona, un bonbon nostalgique
  • Pour faire des dalgona, versez du sucre dans une louche et faites-le caraméliser sur une source de chaleur. Ajoutez ensuite une peu de bicarbonate de soude pour le faire gonfler.
  • Versez sur une plaque de métal, puis pressez pour aplatir.
  • Donnez la forme et la décoration souhaitées à l’aide d’un tampon avant qu’il ne durcisse.

Le makgeolli (vin de riz), alcool traditionnel

Le makgeolli fait partie du patrimoine culturel immatériel, dont la recette s’est transmise de génération en génération.Chez la plupart des gens, le première alcool traditionnel coréen qui vient à l’esprit est le Makgeolli.

Le makgeolli (vin de riz), alcool traditionnel
  • Le Makgeolli est le plus ancien des alcools coréens. On ne sait pas exactement comment il a été créé ; il contient environ 6-7% d’alcool.
  • Pour brasser du Makgeolli , il faut commencer par faire chauffer du riz collant, du riz non-collant, de l’orge et de la farine. On laisse sécher ce mélange, appelé jiaebap, puis on y ajoute du nuruk (malt) et de l’eau, et le mélange ainsi obtenu est fermenté à température constante.
  • Le goût du Makgeolli varie en fonction du mélange (blend) : il peut être sucré, aigre, amer ou astringent. C’est également une boisson pleine de saveurs et piquante. Elle est notamment appréciée des fermiers qui la consomment pour se désaltérer.

Le sikhye (boisson de riz sucrée), boisson traditionnelle hivernale aux propriété désaltérantes

Le sikyhe est une boisson traditionnelle coréenne fabriquée à partir de riz gluant ou de riz normal cuit à la vapeur, puis fermenté dans un mélange d’eau et de malt.

Le sikhye (boisson de riz sucrée), boisson traditionnelle hivernale aux propriété désaltérantes
  • Le sikhye contient des substances qui évitent la décomposition de la nourriture dans l’organisme, ainsi que des substances anti-cancer, comme les antioxydants, ce qui permet d’ajouter une valeur médicinale à cette spécialité coréenne. Il évite également à la nourriture que vous consommez de fermenter ou de se décomposer dans votre organisme.
  • Le Sikhye contient également plus de fibres alimentaires que les autres boissons populaires enrichies en fibres commercialisées aujourd’hui.
  • Enfin, le sikhye participe à l’équilibre de votre organisme en le réchauffant lorsque vous avez froid et en le rafraîchissant lorsque vous avez chaud.

Sujeonggwa, punch traditionnel coréen à la cannelle

Le sujeonggwa est également appelé sujeongwa. C’est un punch de fruits traditionnel coréen au parfum unique qui provient de la saveur sucrée du kaki mélangée à la saveur épicée de la cannelle et du gingembre. Pour faire du Sujeonggwa, faites bouillir du gingembre dans de l’eau et ajoutez-y du sucre. Laissez refroidir ce thé au gingembre, puis ajoutez du kaki et des pignons de pin pour rehausser le goût.

Sujeonggwa
  • Sujeonggwa signifie fruits plongés dans l’eau. On le prépare généralement pour le jour de l’An. Il est servi froid, comme le sikhye (boisson de riz gluant).
  • Le Sujeonggwa est très simple à faire.
  • Le fait de faire bouillir le gingembre et la cannelle ensemble a tendance à réduire leurs arômes, et le résultat risque d’être fade. Il est préférable de les faire bouillir séparément et de les mélanger ensuite, pour un goût plus prononcé.