Nouvelles de l’éducation, des femmes et des enfants

  • Une Française, Annabelle, remporte le concours de la mairie de Séoul sur les « femmes de réconfort »

    SMG 49
  • # « Le problème des femmes de réconfort me tient à cœur. Aux Français, je voulais montrer un aspect cachet de la Deuxième Guerre mondiale qu’ils ignoraient, et aux Coréens, proposer un point de vue d’une étrangère sur le sujet. Je souhaite apporter mon aide aux anciennes femmes de réconfort et faire connaître leur histoire dans le monde. »

    Au concours ayant pour but de soutenir l’inscription des documents ayant trait à l’esclavage sexuel au registre de la Mémoire du monde de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco), la Française Annabelle Godeau (27 ans) s’est vu décerner le Grand Prix.

    La ville de Séoul a organisé, du 21 juin au 31 août, un concours des contenus de la victime de l’esclavage sexuel pratiqué par l’armée impériale japonais auprès des lycéens, des étudiants et des adultes. Au total, 74 œuvres (vidéo, BD, etc.) ont été déposées.

    15 œuvres ont été récompensées y compris celle d’Annabelle Godeau. La cérémonie de remise de prix a eu lieu le 23 septembre au 13e étage au bâtiment 1 de l’Annexe de l’Hôtel de ville. Il y a eu un grand prix, 2 prix de deuxième place, 4 prix de troisième place et 8 prix de quatrième place. (Annexe 1. Liste des gagnants)

    Une Française, Annabelle, remporte le concours de la mairie de Séoul sur les « femmes de réconfort »
    Une Française, Annabelle, remporte le concours de la mairie de Séoul sur les « femmes de réconfort » Une Française, Annabelle, remporte le concours de la mairie de Séoul sur les « femmes de réconfort »
    Une Française, Annabelle, remporte le concours de la mairie de Séoul sur les « femmes de réconfort » Une Française, Annabelle, remporte le concours de la mairie de Séoul sur les « femmes de réconfort »

    Les prix de la deuxième place ont été remis à 400km Family, groupe d’étudiants ayant réalisée une vidéo intitulée « Archives d’aujourd’hui, mémoire de demain », et à Jeong Haeji, étudiante à l’Université nationale des arts de la Corée, avec son œuvre « Larmes ».

    Les œuvres déposées au concours de la mairie de Séoul sur les « femmes de réconfort » seront utilisées dans la production de « Terrain du mémoire », archives historiques pour la promotion des projets liés aux femmes de réconfort. La ville envisage de mettre un place un projet de gestion des archives, et d’organiser des séances de présentation au sujet des femmes de réconfort.

Voir commentaires (0)

Commentaires

0 / 300