Go to Main Content Go to Footer Content

[2014] Le mot du Maire

A A
  • Séoul-Shandong, « Le rêve qu’nous faisons ensemble, se réalisera »

  • SMG 919
    image_pdfimage_print

    Allocution prononcée lors de la visite d’école du parti communiste chinois de Shandong en Chine

    Date Le 3 novembre 2014 | Lieu L’école du parti communiste chinois de Shandong en Chine

    Monsieur le président Zhao Chang et les étudiants, bonjour. Je suis Park Won-soon, le maire de Séoul. Je suis vraiment heureux de vous voir à Shandong, la région tellement proche de Séoul, la Corée du Sud comme je vois mes frères et mes voisins.
    Shandong n’est pas un pays inconnu. En effet, je suis venu souvent en Chine depuis longtemps, avant de devenir le maire de Séoul. Je garde dans ma mémoire le sanctuaire et le musée de Confucius, voire ici Shandong, où j’avais essayé de développer l’esprit. Aujourd’hui, je peux garder dans mon cœur encore un beau souvenir. Je suis très heureux d’avoir l’honneur d’être devant vous, les successeurs de Confucius qui promettent pour un avenir brillant de la Chine.

    Le berceau de la culture Beixin et la culture de Longshan, Shangong est une des origines de la civilisation humanitaire. Ainsi, on peut trouver dans cette région Qufu, la ville natale du Confucius qui est le philisophe international représentant la Chine. Les grands philosophes et intellectuels comme Mencius, Mozi, Suntzu sont originaire de cette région honorable.

    Depuis la nuit des temps, la Chine et la Corée ont échangé des idées, des cultures, des connaissances scientifiques et des technique, cette durée est tellement longue à tel point qu’on peut la comparer au court du fleuve Jaune qui se jette dans la mer après le parcours de plusieurs miliers de kilomètres.

    « Depuis longtemps, la Chine et la Corée ont collaboré même pendant les périodes difficiles comme dit le proverbe chinois Xiangruyimo (相濡以沫): être affectueux comme deux poissons échoués se mouillent les lèvres. » a dit Xi Jinping, le chef d’Etat chinois lors de sa visite officielle à l’Université nationale de Séoul en juillet dernier. Je suis d’accord avec lui, ces deux pays se sont aidés la main dans la main.
    Personnellement, j’ai appris beaucoup de choses depuis mon enfance par votre histoire, pensée et culture et cela m’a servi de leçon à chaque fois dans ma vie. J’ai lu l’« Entretiens de Confucius », les livres de « Mencius » et les « Chroniques des Trois Royaumes » et aimé les poèmes de Li Bai et Du Fu qui m’ont donné la leçon des hommes et de vie.

    En apprenant l’idée de da (大同思想), qui est parvenu à faire réaliser « Li ji (禮記) » et « Li yun (禮運) », je me suis décidé à militer pour la révolution sociale pour réaliser le « vivre-ensemble » et le « nouveau monde » dont je rêvais depuis toujours.
    La Chine était toujours le centre de la civilisation humanitaire. Je pense que le rêve de la Chine sur lequel Xi Zinping met l’accent toujours consiste à évoluer la Chine vers le centre de la civilisation humanitaire pour le bonheur et le bien-être de tout le monde.

    En fait, Séoul garde le même rêve que vous. Je pense que le « rêve de Séoul » n’est pas différent du « rêve de la Chine » et du « rêve de Shandong ». Ces trois rêves, le « rêve de Séoul », le « rêve de la Chine » et le « rêve de Shandong » sont finalement « mon rêve » et « le rêve de tout le monde ». Pour moi, ce rêve signifie la recherche de la « vie dans laquelle tout le monde est heureux ensemble » et la « société équilibrée dans laquelle tout le monde est bien ». Je suis là aujourd’hui devant vous pour partager avec vous ce « rêve de Séoul » et résoudre de faire de mon mieux. J’aimerais trouver avec vous les enjeux et les solutions et bâtir un bel avenir.

    Aujourd’hui, on connaît l’ « urbanisation » mondiale à vitesse très rapide. Selon l’ONU, la moitié de la population mondiale vive dans les villes aujourd’hui. 70% de la population du monde va vivre dans les villes en 2050. La Chine n’est pas l’exception dans ce phénomène. Le taux de mondialisation chinois représente déjà 50% et on prévoit ce pourcentage atteint 60% en 2020. Les habitants cherchent à s’installer dans les villes en quête d’un meilleur travail et d’un meilleur milieu de vie. Beaucoup de gens arrivant, les villes sont devenues le centre de la créativité, le développement et l’innovation pour réaliser de grandes inventions de l’humanité.

    En revanche, l’envers de cette réussite consiste en différentes difficultés comme la pauvreté, la pollution, les problèmes liés à l’énergie, l’habitat et le transport, les crimes et le chômage. Beaucoup d’enjeux globaux auxquels on fait face aujourd’hui résultent des villes modernes. C’est la raison pour laquelle les villes doivent évoluer.

    Le problème causé par l’urbanisation brutale n’épargne pas Séoul qui abrite 10 millions d’habitants. Comme tout le monde le sait, la Corée a connu une croissance rapide inédite. On a obtenu des résultats de l’industrialisation et la démocratisation à brève échéance et créé le « miracle du fleuve Han ». Au lendemain de la Guerre de la Corée, Séoul était rien qu’une ruine. Des routes et des réseaux hydrauliques manquaient. L’insalubrité de la ville a fait transmettre les maladies. A l’époque, le PNB par tête en Corée s’établissait à de l’ordre de 82 dollars avec le taux de chômage terriblement élevé.

    En revanche, en 30 ans, cette ville pauvre a été métamorphosée en grande ville internationale. Menés par le gouvernement et les experts, le plan de dix ans de la mairie de Séoul et le plan initial de la ville ont réalisé la modernisation de Séoul de façon rapide et efficace et fait réussir à l’aménagement de l’infrastructure et l’agrandissement de la ville.

    Or, cette croissance brillante est faite au détriment de beaucoup de sacrifices. Il s’agit du déséquilibre régional, les conflits de classes sociales, le développement imprudent des villes et la pollution de l’environnement. A force de mettre l’accent sur la croissance quantitative, on a finit par aliéner le développement durable et la « qualité de vie ». Je pense que la vision chinoise du développement scientifique est apparue pour éviter ce genre de problème.

    Je vous prie de regarder ce tableau. C’est moi après un an, deux ans et trois ans. Mon visage est plus ridé et ma tête est dégarnie à force de lutter contre de nombreux problèmes en tant que maire de Séoul dans les intérêts opposés et des conflits. Il y a trois ans, à peine suis-je élu, j’ai insisté sur la nécessité de la collaboration pour trouver des solutions aux problèmes de Séoul. Comme dit le proverbe chinois « Si le lotus est beau, il faut les feuilles vertes qui le soutiennent. (荷花雖好, 也要綠葉扶持) », la collaboration est très important.

    C’est la raison pour laquelle j’ai déclaré devant les citoyens devenir le « maire qui évolue la vie des citoyens » ayant pour devise « C’est vous, le maire de Séoul». Pour cet objectif, j’insiste bien sur ces deux mots: la «gouvernance collaborative» et l’« innovation ». J’étais aussi d’accord avec Xi Zinping qui a valorisé les valeurs comme l’innovation, la communication et la modernisation du gouvernement.

    Je trouve qu’il faut savoir communiquer avec les citoyens pour bien collaborer dans les affaires de Séoul. C’est pourquoi j’ai promis lors du discours de nouvel an de mettre les citoyens à l’aise avec la conversation. La conversation, c’est la clé qui résout tous les problèmes et le plus beau processus pour arriver à une solution.

    Pour bien communiquer, il faut tout d’abord savoir être à l’écoute. C’est la raison pour laquelle la mairie de Séoul organise souvent la réunion-débat qui écoute attentivement nos citoyens. Dans cette réunion, on prête l’oreille aux habitants de Séoul en traitant de différents sujets. Ce n’est pas tout. On essaie d’élaborer les politiques en tenant compte de ces opinions. En effet, après mon arrivée à la mairie, 12 mille personnes sont venues participer à cette réunion qui s’est tenue 88 fois au total pendant laquelle on a traité le sujet des « micro-poussières ». Ainsi, la réunion « Sooki » dans laquelle on débat avec les experts sert du lieu de la discussion plus spécialisée qui accepte volontairement les oppositions.

    Comme dit le proverbe « Voir est mieux que d’entendre parler (百聞不如一見)», j’essaie de rencontrer mes citoyens sur le terrain pour les comprendre. En effet, j’ai organisé le « cabinet du maire » sur le terrain pour faire plus de 120 visites partout où il y a un problème à régler. Au début, j’ai failli me faire attraper par le cou par des citoyens en colère au lieu de conflit et me suis fait chasser par eux. Mais, à force de rester à leur écoute et essayer de trouver ensemble des solutions, certains m’ont dit qu’ils sont devenu mon fan. Je suis vraiment persuadé qu’on peut approcher de la « solution sur le terrain ».

    Le principe de Séoul, c’est la collaboration avec les citoyens. Les secteurs privés, les experts, le gouvernement et les entreprises travaillent ensemble pour Séoul. Je pense que la Chine aussi insiste sur l’importance de la collaboration en ressentant la nécessité du débat et de la discussion au sein de la politique.

    L’innovation fait aussi parti des principes importants de Séoul. Dès que je suis devenu le maire, j’ai établi le « centre de l’innovation Séoul » pour la première fois en tant que gouvernement local et élaboré un poste qui s’appelle le « dénoueur » pour minimiser les conflits de 10 millions d’habitants de Séoul.

    J’ai aussi réalisé la transparence de la gestion de la mairie en partageant toutes les informations. Tous les citoyens de Séoul peuvent consulter et utiliser 1,438 datasets sur le site « Place ouverte des données » et plus de 50 mille données fournies par le système automatique de la publication des données administratives pour créer de nouvelles valeurs.

    Comme il convient à l’ère mobile-Civic, la communication en ligne sur les Smartphones est largement utilisée. Par l’administration innovant de SNS, nous avons commencé une administration à la vitesse de la lumière. Déjà le nombre des suiveurs de SNS de l’administration de Séoul est de plus de 1,3 millions personnes. Mon SNS est un endroit publique qui est ouvert à quiconque et pour toutes les opinions. Nous écoutons sans cesse les plaintes, les critiques, et les compliments. « L’ascenseur des fauteuils roulant est en panne dans une station de métro », « le pavage du trottoir est endommagé devant ma maison », « les poubelles des déchets ménagers sentent mauvais», j’écoute les opinions des citoyens et je les transmets tout de suite aux sections concernées. Comme ça les plaintes deviennent des sourires pour les citoyens.

    La ville de Séoul a ouvert le centre de la communication qui répond aux plaintes comme un guichet intégral bénéficiant des avantages de la technologie connectée et de la participation plus élevé des citoyens. Les multiples guichets et les services publics complexes sont intégrés et donc réduits. Les délais des préavis sont diminués grâce au traitement rapide vers les services concernés et l’état d’avancement est notifié aux citoyens par textes messages sur leur téléphone mobile ou e-mail.

    La ville de Séoul est en train de réaliser ‘le rêve de Séoul’ et de résoudre petit à petit les problèmes de la ville grâce à la gouvernance collaborative, l’innovation et la communication. La gouvernance collaborative et l’innovation seront les deux ailes pour réaliser le « rêve de Séoul ».

    Les « mesures sur la carte de transport de Séoul », le « plan pour la ville piétonne », le projet « réduire un nucléaire » pour faire face au problème du changement climatique, les « mesures d’élimination des déchets », le « ‘système e-gouvernement’ » et les mesures innovantes pour les fonctionnaires etc., ce sont les projets de Séoul qui nous montrent la vision et les progrès fait a Séoul.

    Tout d’abord, je voudrais vous parler des « mesures sur la carte de transport de Séoul » et du « plan pour la ville piétonne ». Deux projets qui ont lavé le déshonneur engendré par le « trafic de l’enfer » et permis de diminuer l’engorgement de la circulation et a améliorer la qualité de vie des citoyens. En réalité, à la suite de l’augmentation de la population et des véhicules, la circulation automobile est de moins en moins fluide et l’engorgement des voies de circulation est de plus en plus élevé.

    Les services d’autobus sont en baisse en raison de la congestion routière et sont de moins en moins utilisés par les passagers. La réduction des passagers a fait tomber la rentabilité de la société de transport ce qui a causé une dégradation des services pour les passagers. Depuis début 2000, l’utilisation des bus est en baisse de moitié par rapport aux 20 années précédentes.

    Un changement dans la manière de faire était nécessaire. D’abord, nous avons créé une carte de transport adapté aux technologies informatiques de pointe. Cette carte est vraiment une carte magique. Les passagers peuvent l’utiliser pour le bus, le métro et les taxis de la ville. Après l’introduction de ce système de carte de transport, il est maintenant disponible pour la correspondance gratuite entre les différents transports.

    Nous avons éliminé les tarifs supplémentaires engendrés lors des correspondances qui été payées chaque fois dans l’ancien système et nous avons présenté un plan de transport intégré qui détermine les tarifs en fonction de la distance totale parcourue et également amélioré la rationalité économique.

    Désormais, la plupart des passagers utilisant les transports en commun possèdent actuellement la carte de transport (métro 100%, les bus 98%) et la moyenne de l’utilisation de cette carte de transport par jour est de 1.382.000.000 (le bus environ 570 millions fois, le chemin de fer environ 750 millions fois et le taxi environ 62 millions fois) pour un montant total de 140 milliards de wons.

    Après le système de la carte de transport, les citoyens ont commencé à utiliser le bus en délaissant peu a peu leur voiture personnelle. Grâce à l’augmentation de l’utilisation des bus, la rentabilité de la compagnie de transport a commencé à s’améliorer et offre une meilleure transparence de sa gestion grâce au paiement de la carte de transport.

    L’augmentation des passagers dans les transports permet une réduction de la pollution de l’air à Séoul, notamment grâce a la diminution de l’utilisation de la voiture. Le désagrément économique des utilisateurs est éliminé tout en augmentant la satisfaction et le confort des citoyens sous l’effet de la correspondance gratuite entre les transports et de l’amélioration des services de transports en commun comme TOPIS, le service de notification des arrivés des bus. Cette carte de transport est très pratique.

    Le projet pour « la Ville piétonne de Séoul » est une partie du plan pour « le rêve de Séoul » pour réduire la circulation et pour permettre aux citoyens de Séoul de marcher librement. Actuellement, le nombre de véhicules immatriculés à Séoul est d’environ trois millions, c’est à dire une voiture pour trois habitants. Donc, Séoul a mis en place sa vision de la « ville piétonne » en donnant la priorité aux piétons. Regardez ici le palais de Deoksugung, qui était autrefois le palais de Joseon, nous avons aménagé une rue piétonnière, mis en place un système de limitation de vitesse dans les zones résidentielles ainsi que l’augmentation des feux de circulation et des passages cloutés. En outre, la rue de Deoksugung a été déclaré comme la rue piétonnière « lunch (樂) Street » dédié aux employés de bureau de déjeuner et de se promener le mercredi dans le palais. Le mélange de l’histoire et de la culture dans la vie quotidienne permet d’augmenter le dynamisme de la vie dans le quartier.

    Construite en 1970, le pont surélevé de la gare de Séoul, a été un symbole de l’avancement de Séoul à travers le milieu de Séoul. Cependant, ce pont classé au rang D dans l’échelle de sécurité en raison de son vieillissement, aurait été interdit d’utilisation et il avait été prévu d’être démoli cette année. Mais j’avais une autre idée en tête. En ce moment, ce pont se prépare à devenir un nouvel espace piétonnier de Séoul. Le plan du renouvellement de ce pont élabore avec et pour les citoyens prévoit une zone piétonne ainsi qu’une place verte au lieu de la démolition de ce pont historique de Séoul. Aujourd’hui, chaque rues se deviennent vert avec des fleurs et sont aménagées pour une promenade ou une visite historique et culturelle. Le cœur de Séoul tels que la place de Séoul, la place de Cheonggyecheon ou encore la place de Gwanghwamun est restituée aux citoyens. Les efforts de Séoul continueront pour créer la meilleure ville piétonne au monde.

    Jusqu’à maintenant, les humains ont toujours fait de leur mieux pour écrire une nouvelle histoire en surmontant de nombreuse crises et défis. Mais aujourd’hui nous faisons face à des défis les plus graves et les plus menaçants. Ce sont les questions environnementales comme le réchauffement climatique et le changement climatique. L’accident nucléaire de Fukushima du Japon en 2011 a provoqué un engouement pour l’énergie sûre et durable et l’accident qui a provoqué l’interruption de circulation la même année, a suscité une réflexion fondamentale sur le système d’approvisionnement de l’énergie à Séoul qui pourrait être totalement paralysé si un accident similaire se produisait et n’alimentait plus la ville.

    Séoul était inquiet au sujet de la crise de l’énergie avec les citoyens. Nous avons discutés et avons cherché un moyen d’économiser l’énergie et d’utiliser l’énergie verte. Une centrale nucléaire produit 200 millions de TOE et nous avons mis en place le projet de « réduire une nucléaire » basé sur le concept fondamental de la protection de l’environnement. Ce grand événement fut déclenché par la conviction et le désir de transformer l’impossible en possible tout en se basant sur trois principes que sont la production d’énergie, l’efficacité et l’épargne.

    Les citoyens ont participé activement à l’utilisation de l’énergie solaire dans les maisons et les écoles mais aussi à la construction de l’usine de fabrication de la lumière du soleil. Plus de 1,7 millions de personnes se sont inscrites au « Club Eco-milage » et pratique l’économie d’énergie dans leur maison, l’école et au bureau. L’Eco-milage est un mot composé de l’écologie éco) et du kilométrage (mileage) qui signifie l’accumulation des bonnes actions envers l’environnement. Ce programme permet aux citoyens qui y participent, d’ouvrir une épargne de la consommation de l’électricité, de l’eau et du gaz. Les membres inscrits sur le site de l’Eco-milage, s’occupent eux-mêmes de la consommation mensuelle de l’électricité, de l’eau et du gaz. En outre, la municipalité de Séoul vérifie la consommation des énergies collectée tous les six mois et incite les membres qui ont bien participés à l’économie de l’énergie a réinvestir dans une nouvelle énergie à faible émission de carbone.

    Beaucoup de citoyens ont également participé à la campagne « Éteindre la lumière » pour que la Terre se repose une heure le 22 de chaque mois. Les mentalités des citoyens ont été progressivement changées et leur participation a été grandissante. L’expression «Plusieurs peu font un beaucoup » devient petit à petit une réalité. En juin 2014, c’est grâce à la participation active des citoyens, nous avons réussi à atteindre l’objectif de réduire 2 millions de TEP d’énergie six mois plus tôt que ce que nous avions prévu. Les efforts comme l’expression de « Woogong, déplacer une montagne signifie que petit à petit l’oiseau fait son nid » a vu le jour. Avec la passion pour réaliser le rêve impossible, Séoul s’avance plus prés de son rêve d’être une ville a l’autosuffisance énergétique.

    Grace a tous ces efforts, Séoul a reçu le prix de l’administration publique par l’ONU , celui du leadership du changement climatiques WGBC (World Green Building Council), le prix par les Fonds mondial pour la nature (WWF) et récemment le prix dans le « champ solaire » du C40- Climate Leadership Award.

    Le projet de la «Réduction d’une centrale nucléaire» a été apprécié car il représente un «modèle réussi de la politique régionale de l’énergie» à travers les entreprises innovantes et l’amélioration du système énergétique. Ce projet est maintenant un excellent exemple pour les autres villes en Corée et dans le monde. Basé sur notre succès de la première phase de cette l’initiative, nous avons commencé la deuxième phase de la “réduction d’une centrale nucléaire”. Si la deuxième phase de la réduction d’une centrale nucléaire remporte un succès, Séoul augmentera son autonomie d’énergie de 20%, économisera 4 millions de tonnes de pétrole et réduira jusqu’à 10 millions de tonnes de gaz à l’effet de serre. Le rêve de Séoul de passer «d’une ville de consommateur d’énergie vers une ville de créateur d’énergie » est en train de se réaliser progressivement.

    Mesdames et messieurs, le monde est maintenant au milieu de la guerre des déchets. Séoul ne fait pas exception. Le problème des déchets est un travail difficile à résoudre pour les grandes villes telles que Séoul. Les déchets ont augmenté a la suite de l’extension fulgurante de Séoul, de sa rapide urbanisation et industrialisation et ont commencé à être enfouit sur une petite île de Nanji sur le fleuve de Han.

    L’île de Nanji de Séoul sur laquelle la plante d’arachide et le millet avaient été cultivés, était un paradis pour les oiseaux migrateurs comme les cygnes et les macreuses. A la suite de l’enfouissement de 9,2millions de tonnes de déchets pendant 15 ans, cette île a été transformée en deux grandes montagnes de déchets de plus de 100 mètres de hauteur. La décharge des déchets a contaminé la qualité de l’eau du fleuve Han, l’air, détruit l ‘écosystème en produisant des odeurs et des gaz nocif et du lixiviat. La ville de Séoul a fait beaucoup d’efforts dans les années 90 pour résoudre ce problème et a maintenant réussi à la transformer en parc pour la Coupe du monde.
    A la suite de la mise en œuvre en 1995 du système de traitement « payer par déchet », c’est à dire payer différemment en fonction du type de déchet, nous avons constaté une réduction de l’émission des déchets de 20%et une augmentation de 46% des déchets recyclables en 2000. Le système de payer-par-déchet a permis une diminution de 11 % entre 2005 et 2009.

    Pourtant, en moyenne trente sept mille tonnes de déchets sont produit et 719 tonnes ont été envoyées par les villes à proximité de Séoul et d’Incheon. Les résidents d’Incheon a proximité des zones de décharge, souffrent toujours de la contamination par les odeurs et du lixiviat. La souffrance des résidents prouve qu’il est difficile de garantir une qualité de vie et un développement urbain durable si nous nous appuyons uniquement sur l’enfouissement des déchets à Séoul.

    La ville de Séoul veut toujours réaliser le « rêve de Séoul ». Elle a lancé un nouveau défi pour que le rêve impossible du Zéro enfouissement de déchets devienne réalité. Malgré le pessimisme de tout le monde, Séoul sait qu’elle fera un bond dans l’aspecte environnemental et dans la qualité des citoyens si elle parvient à réaliser le Zéro enfouissement de déchets.

    Dans le but de réduire l’émission des déchets, la ville de Séoul assignera des objectifs pour la réduction des déchets à chaque arrondissements grâce à l’introduction d’un système de gestion d’acheminement des déchet vers les installations de traitement et a prévu de diminuer 600 tonnes de déchets par jour d’ici à 2016 grâce au projet d’extension des station de recyclage dans le quartier résidentiel et du renforcement du traitement de recyclage des déchets sur les lieux de travail, les bâtiments publics, les entreprises de fabrication de tissu et aux supérettes ouvertes 24 sur 24.

    Séoul a prévu d’assurer la capacité de traitement de 700 tonnes de déchets par jour à l’aide d’innovation dans les installations de traitement comme par exemple l’augmentation de la capacité de traitement par une meilleure performance des installations de récupération des ressources et l’utilisation en commun des installations de récupération des ressources des autres organisations autonomes de la région métropolitaine. Ces installations de traitement innovantes auront un rôle très important pour l’amélioration de la qualité de l’air de Séoul en limitant les odeurs et les substances nocives.

     La ville de Séoul prévoit la construction de la ‘Place de la réutilisation de Séoul’ de plus de 166.530㎡ afin de promouvoir l’industrie du recyclage. Le plan ‘Place de la réutilisation de Séoul’ fait parti du rêve de Séoul en créant une nouvelle valeur ajoutée à l’aide de l’industrie du «recyclage». Dans cet établissement, il y aura des boutiques, des ateliers de recyclage, des halles d’expositions et des commerces proposant des produits issus du recyclage.

    Le rêve du Zéro enfouissement de déchets sera réalisé. Ce plan fera de Séoul une éco-ville plus efficace que ce qui a été développé a ‘Fribourg’ en Allemagne et la ‘Place de réutilisation de Séoul’ sera un endroit touristique connu du monde entier. La ‘ville à Zéro enfouissement de déchets’ est une partie du rêves de Séoul et sera un grand cadeau aux générations futures.

    Mesdames et messieurs, le monde est en train de passer dans une nouvelle ère, une ère de changement rapide. En particulier, la «révolution numérique» qui est déjà dans notre vie quotidienne, est en train de changer rapidement la face du monde. Le monde est déjà dans une société où communiquer les uns avec les autres via les réseaux sociaux est devenu une norme et rentrera bientôt dans une deuxième phase (Hyper Connected Society) où la communication se fera entre l’homme et l’objet et entre les objets eux-mêmes.

    Dans l’histoire chinoise, il y a un dicton appelé ‘yeosechui, une tendance dynamique (與世推移, de pays Qu Yuan) qui signifie que tout va se changer selon le changement du monde. Dans le même temps, Séoul continue ses efforts pour être à la pointe des technologies et des innovations de l’ère numérique et pour construire le système l’e-gouvernement.

    L’institut universitaire de Rutgers aux États-Unis, classe tous les 2 ans les meilleurs e-gouvernement des métropoles dans le monde, et depuis 2003, Séoul est l’unique ville qui a remporté 1er prix six fois de suite en 10 ans.

    Aux cinq derniers jours 2016, la ville de Chengdu dans la province du Sichuan a eu lieu le 3ème WEGO, un conseil municipal électronique mondial. La ville de Séoul ayant une chaise a ce conseil, s’est efforcé à partager et promouvoir son modèle d’e-gouvernement mis en place à Séoul au reste du monde. La vision et le savoir-faire en matière d’e-gouvernement place Séoul en tant que leader pour la promotion et le développement vers les autres villes du monde. Séoul propose des environnements de communications filaires ou sans fil qui atteint à 85% comme par exemple le meilleur taux de pénétration des Smartphones. Séoul était déjà célèbre pour son réseau automatique administratif (e-Séoul Net) connecté aux 36 principaux organes administratif et a établit, en 2013, des réseaux pour les citoyens (u-Séoul net) qui fournit des services vocaux, vidéos et d’Internet tels que le Wi-Fi ou encore la CCTV. En conséquence, les citoyens de Séoul peuvent consulter et utiliser les différents services administratifs partout et à tout moment.

    Séoul essaie également de résoudre les problèmes rencontrés dans les grandes villes telles que le bien-être, l’économie, le transport en utilisant les nouvelles technologies. En outre elle commence à étendre l’administration scientifique basée sur les données issues des grandes bases de données de l’administration municipale.
    Le « bus de nuit ‘hibou’ » est un service née par la compétence en matière de IT et de l’engagement civique. Le taxi était le seul moyen de transport public de Séoul après minuit. Comme les services de transports publics tels que le métro et les bus, n’étant plus en service après minuit, les citoyens qui finissent leur travail après minuit étaient obligé d’utiliser le taxi qui reste relativement cher. Séoul a donc mis en place le bus « hibou ». Séoul a analysé les données de plus de 3 milliards d’appels téléphoniques et de 5 millions d’informations sur l’utilisations des taxis pour conclure un accord avec le transporteur et ainsi définir les meilleurs itinéraires. Le « Bus de nuit ‘hibou’ » a finalement pu être mis en place.

    Lorsque Séoul a lancé ce bus de nuit ‘Hibou’, 50,000 likes et 3,353 commentaires ont été enregistrés sur mon Facebook. Toutes ces informations ont permis d’enrichir le système d’informations. Ce bus de nuit ‘hibou’ est devenu la nouvelle la plus recherchée parmi les 10 nouvelles sélectionnées par nos citoyens. Aujourd’hui, le bus de nuit ‘hibou’ est utilisé par plus de 6000 passagers par jour sur 9 itinéraires différents.

    Dans le monde, de grandes quantités des informations sont maintenant récoltées via l’ordinateur, les puces électroniques ainsi que sur les codes barres. Par exemple, comment trouver un enfant perdu ? Il est dorénavant possible de le localiser via la technologie connectée.. Le système du ‘Bracelet de localisation d’un enfant’ peut informer les parents de la position de l’enfant à tout moment.

    Les idées conçues et les applications développées sur les appareils portables ou l’internet des objets vont révolutionnées notre quotidien. Les frais de transport pourront être réglé par une puce fixée sur les chaussures lorsque l’on prendra le moyen de locomotion ou encore des gants équipés d’une puce nous permettant de savoir la qualité et le prix de la viande, du poisson et des légumes lors de nos achats.

    Maintenant, Séoul est une ville à l’avant-garde et qui montre la voie au reste du monde. Séoul créera des mesures pour résoudre les problèmes en mettant à contribution les nouvelles technologies pour améliorer la qualité de vie des citoyens et résoudre les problèmes urbains. Ceci est un avenir et le rêve de Séoul. ‘Capital numérique mondial, Séoul’ deviendra ‘le rêve a portée de mains’.. Pour réaliser le ‘rêve de Séoul’, je pense que l’action la plus importante est le partenariat public-privé, et qui est le fondement dans l’administration municipale de Séoul. Nous avons besoin de redéfinir le rôle du «public» pour ce partenariat public-privé de manière substantielle et efficace. Les fonctionnaires étant en première ligne de l’administration, doivent être en phase avec les nouvelles technologies et la réalité.

    Je pense que la politique et l’administration doivent être considéré comme un ‘Service’ approfondie. Dans la« Note sur la Tour de Yueyang », de Fan Zhongyan (范仲淹), mon personnage favori qui était un homme politique et lettré chinois de la dynastie Song, a dit: «(先天下之憂而憂, 後天下之 樂而樂, On doit s’inquiéter de la nation avant qu’elle-même ne le fasse, et ne consentir à se réjouir qu’une fois qu’elle est heureuse.)», Les fonctionnaires doivent avoir le même état d’esprit pour servir les citoyens avec l’attitude de « ‘Sunwoo hurak ».

    Je sais que le gouvernement a déjà pris l’initiative de corriger les abus que l’on peut rencontrer dans l’administration. Par exemple, Xi Jinping, le président chinois, mets l’accent sur le «mouvement d’anti-corruption» depuis sa prise de fonction qui a donné une forte impression à la Corée. Dans de nombreux exemples empiriques, il a été prouvé que l’abolition des privilèges et la lutte contre la corruption ont permis d’avoir un impact économique et social positive. En particulier, la Chine a prévu d’établir un gouvernement intègre en ne laissant pas de place pour la corruption par les lois et règlements adoptés lors de la déclaration politique ‘Euibeopchiguk (依法治國 L’État de Droit) au cours de la 4ème réunion du 18ème Parti communiste tenu le mois dernier.

    Séoul poursuivit maintenant le même état d’esprit que les politiques mis en place contre la corruption afin de résoudre ce problème de manière générale et systématique. La ville de Séoul développera particulièrement « l’administration transparente ». Le système en ligne des traitements des réclamations des citoyens sera libre d’accès sur internet où les processus de traitement y seront détaillés afin d’éliminer les absurdités comme les autorisations et les permissions. De ce fait, les préjugés et les soupçons lors des tractations entre le fonctionnaire et le civil seront dissipés.
    La politique positive pour la transparence de l’information est déterminante pour l’administration municipale transparente. 11,603 informations ont été effectivement rendu publiques et des documents électroniques originaux ont été également publiés pour la première fois. En plus de la publication de 145 procès-verbaux de la commission officielle (), les conférences importantes présidées par le maire sont mises en ligne en temps réel.

    Séoul rendra également public des informations sur tous les budgets des 2,300 projets. Les informations liées aux lieux de la réalisation du projet tels que l’emplacement, la période, les responsables des projets de construction de plus de 500 millions de wons ainsi que l’historique des frais de fonctionnement seront disponible au public. Le système de zéro corruption de la construction établit par la municipalité de Séoul, a obtenu le prix d’excellence dans la catégorie « direction de l’administration publique » décerné par L’ONU (2013).

    Les «mesures innovantes sur l’argent public», appelées «lois de Park Won-soon” permettent d’éliminer les effets négatifs de la corruption sur la sécurité des citoyens. La «Hotline de M. Won-soon», est un site permettant de dénoncer les abus des fonctionnaires. Les exactions des fonctionnaires collectées par la ‘Hotline de M.Won-soon’ et placées sur l’écran principal du site de la mairie de Séoul, sont examinées par une Commission qui récompense jusqu’à 20 milliards de won (environ 11, 400, 000 de yuans) pour des faits avérés. Grâce à ces efforts, Séoul a occupé la première place des villes (parmi les collectivités locales) dans les secteurs de l’incorruptibilité et du traitement des réclamations lors de l’évaluation menée par la Commission des droits civils. Malgré que Séoul soit une collectivité locale qui possède un très grand nombre de fonctionnaires, elle est devenue la ville la plus intègre. Les fonctionnaires de Séoul sont maintenant le symbole de l’innovation dans la fonction publique de la Corée.

    Toutes les tâches que j’ai mentionnées jusqu’à présent, s’effectuent non seulement avec Séoul, mais aussi avec la collaboration entre publique-privée. La « gourvernace collaborative» faite par la participation et la communication, et l’«Innovation» créée par cette « gouvernance collaborative » conduit le changement de Séoul.

    Séoul a réussi à obtenir la sixième place dans la compétitivité de l’urbanisme mondial pour la deuxième année consécutive et elle se situe au premier rang mondial sur l’estimation internationale de l’e-gouvernement. Concernant le tourisme, Séoul est sélectionnée comme une des cinq villes du monde les plus plébiscitées pour des conventions pour la troisième année consécutive et comme la meilleure ville pour des réunions commerciales pour la deuxième année consécutive. Le nombre de touristes qui visitent cette ville a déjà dépassé le seuil des 10 millions de visiteurs par an.

    Séoul est maintenant devenu une ville internationale que le monde entier veut visiter.
    Séoul a exporté ses modèles de l’administration à 22 villes dans 21 États du monde et des représentants originaires de différents pays viennent la découvrir. Séoul partage également ses exemples de l’administration avec les villes mondiales à travers le site portail «Archives, Politique de Séoul» et a également crée l’Agence de l’échange international, la Coopération internationale du développement urbain et la Coopération de l’aide aux villes étrangères pour résoudre les problèmes des villes étrangers.
    De nos jours, le monde met l’accent sur les échanges pratiques entre les villes, entres les régions et entre les personnes au-delà des échanges entre les pays. De nos jours, beaucoup de pays et de villes du monde souffrent de plusieurs problèmes sociaux et urbains. Les problèmes urbains ne sont pas localisés dans une ville voire dans un pays.

    Les questions qui angoissent les habitants de Séoul, New York, Pékin et Tokyo se déplacent de ville en ville et franchissent les frontières pour faire surface en tant que problèmes mondiaux. Ce sont des problèmes difficiles à résoudre pour une ville seule.

    En effet, Séoul et Pékin collaborent sur les mesures prises contre les problèmes météorologique et atmosphérique avec près de 1 000 villes de 81 pays qui participent à l’ICLEI (Conseil international pour les initiatives écologiques locales) afin de rendre leurs villes plus durables. Cela est un bon exemple de «Silsagusi » qui signifie « il y a une solution dans la réalité », nous arrivons à résoudre les problèmes urbains dans l’ère de la mondialisation à l’aide de la coopération entre les villes.

    Je pense donc que le gouvernement est directement responsable de la qualité de vie de la plupart des citoyens et se doit d’être plus réaliste et pragmatique. La Chine a une longue tradition sur la théorie de la réalité comme l’exemple du Heukmyobaekmyo (黑苗白描 (le chat noir ou le chat blanc: L’important est que le chat attrape la souris et non pas seulement la souris de la même couleur)
    Mesdames et messieurs, Séoul a besoin d’apprendre beaucoup de choses. Je voudrais donc vous demander de partager votre sagesse et votre aide. A propos de la province du Shandong, comme on dit « on peut entendre en Corée le chant du coq et l’aboiement du chien de Shandong (鷄犬相聞)», Shandong est une région particulière pour nous en tant que voisine. L’histoire des échanges entre la Corée et Shandong est remonte jusqu’à l’époque des trois royaumes. Depuis le 8ème siècle à Shandong, il y avait le quartier de Shilla appelé Shilla-bang et des temples de Shilla appelé Beophwhwon où les coréens résidaient en communauté. Je pense que c’est grâce à la confiance basée sur cette longue histoire que Shandong est devenu une zone où la plupart des entreprises coréenne sont installées aujourd’hui en Chine (7 ,744 entreprises).

    La province de Shandong a également établi une relation spéciale avec Séoul. Depuis l’accord conclu sur la coopération amicale en 2008, nous avons maintenant une relation étroite dans divers domaines tels que l’économie, le tourisme, l’environnement, etc.

    et je rencontrerai le gouverneur de la province de Shandong cette après-midi pour discuter en profondeur avec lui au sujet des moyens d’échanges permettant une aide substantielle aux citoyens et aux entreprises des deux régions. Dans le de < Maître Sun (孫子)>,Sun Zi, un stratège natif de Shandong, a écrit un dicton très célèbre comme s’il avait prédit la relation entre Séoul et Shandong. Ce concept de ‘Dongjugongje(同舟共濟)’ signifie « traverser la rivière par le même bateau » et représente le présent et l’avenir de Shandong et Séoul.

    Je souhaite que la rencontre d’aujourd’hui entre Séoul et Shandong puisse être cette étincelle qui permettra d’ouvrir une nouvelle voie sur la coopération, l’innovation et les échanges sur l’urbanisation entre nos deux villes. De plus, je souhaite que Séoul et Shandong rassembler toutes les forces présentes pour la paix sur la péninsule coréenne et en Asie du Nord. Merci pour votre temps et votre écoute attentive.