Go to Main Content Go to Footer Content

[2014] Le mot du Maire

A A
  • Nous faisons ensemble le chemin de paix et de prospérité avec l’alliance solide entre les États-Unis et la Corée.

  • SMG 821
    image_pdfimage_print

    Allocution du maire de Séoul prononcée dans le cadre de la réunion amicale avec la « Korea society ». 

    La date : 20 septembre 2014 Le lieu : New York, États-Unis

     Monsieur le directeur général Thomas Hubbard, Monsieur le président Mark Minton, Madame la vice-présidente Sophia Kang, Mesdames et messieurs les membres de « Korea society » et chers invités,

    Bonjour.

     Je me présente, Park Won-soon, maire de Séoul. Je tiens à vous remercier de m’avoir invité à cette honorable réunion.

     Depuis un demi-siècle, « Korea Society » est notre ami préféré qui s’est efforcé non seulement de renforcer l’alliance et l’amitié de la Corée avec les États-Unis mais aussi de lier ces deux pays dans des projets aussi variés que celui du renforcement des échange économique et commercial et d’échanges culturels et informationnels.

     En Corée, on dit que « Pour un vêtement, le neuf est préférable et pour un ami, le vieux » et « On ne peut pas avoir un véritable ami du jour au lendemain ». Comme ces proverbes coréens l’indiquent, je souhaite continuer jusqu’à la fin des temps cette amitié de longue date.

    Mesdames, messieurs,

    Vous savez à quelle vitesse la Corée a réussi dans son développement et que c’est une prouesse rare dans le monde. On a tous assisté au spectacle où le pays du matin a réalisé le « miracle du fleuve Han » par la modernisation et l’industrialisation avec un processus de démocratisation. Au centre de tous ces succès, il y avait toujours Séoul, la capitale de la Corée du Sud.

     

    Séoul est une ville merveilleuse. C’était au départ un chaos où subsistaient encore des traces de la Guerre de Corée mais elle a fini par se positionner en étant au sixième rang mondial en matière de compétitivité, ce qui est un résultat incroyable. En se fondant sur la technologie de pointe, elle se situe au premier rang mondial sur l’estimation internationale de l’e-gouvernement. Concernant le tourisme, Séoul est sélectionnée trois années de suite comme une des cinq villes du monde les plus plébiscitée pour des conventions et deux années de suite comme la meilleure ville pour des réunions commerciales. Le nombre de touristes qui visitent cette ville a déjà dépassé le seuil de 10 million par an. Notre ville a exporté ses modèles de l’administration à 22 villes dans 21 États du monde et des représentants originaires de plusieurs pays viennent pour la découvrir. Aujourd’hui, personne ne peut nier que Séoul marche côte à côte avec les plus grandes villes du monde.

     En revanche, il faut considérer aussi le revers de cette victoire de la croissance rapide. Des déséquilibres entre régions, des problèmes liés aux différentes couches sociales, des développements imprudents et la pollution environnementale sont des questions qui sont apparus et que l’on ne peut plus négliger. En insistant sur la croissance quantitative et matérielle, on a été critiqué d’avoir aliéné les hommes : d’où la nécessité de régler ce problème.

    En Octobre 2011, je suis élu maire de Séoul dans une circonstance où on a ressenti la nécessité de changement. Mon élection même était déjà un grand changement parce que c’était le renversement des précédentes élections : un homme qui travaillait pendant longtemps dans la société civile comme avocat du droit de l’homme, militant citoyen et concepteur sociale a vaincu des bureaucrates et des hommes politiques. J’ai milité pendant plus de trente ans pour la démocratie et le droit de l’homme que le gouvernement autoritaire menacé. Je suis arrivé à défricher la société civile qui a été confiné à une terre aride et d’assurer un droit des citoyens et instaurer des associations civiles qui représentent la Corée comme la Solidarité du peuple pour la démocratie participative(coréen : 참여연대), le Beau Magasin(아름다운가게), la Belle Fondation(아름다운재단) et l’institue de l’espoir(희망제작소).

     

    A force d’aspirer au changement et de désirer une nouvelle politique avec une nouvelle administration, les citoyens de Séoul ont décidé de me faire la confiance. J’ai déclaré que je deviendrai un maire qui va innover dans la vie des citoyens tout en ayant « C’est vous, le maire de Séoul » pour devise. En effet, dans le respect de ce principe démocratique, je suis entrain de rénover notre ville : je poursuis une politique fondée sur l’humanisme qui valorise le plus les hommes et les citoyens pour que notre ville se base sur la sagesse, les principes, les raisons et l’équilibre.
     « La communauté des villages », « la ville solidaire », « le plan de la réduction d’une centrale nucléaire», « la prévention des crimes » etc., ce sont les projets pour lesquels nous avons opté afin de résoudre nos problèmes et de rendre notre ville pérenne et agréable à vivre ensemble.

     Nous ne sommes pas seuls à lutter à toutes ces tâches de Séoul mais les citoyens, la société civile, les spécialistes de tous les domaines et les entreprises sont là pour nous aider. On travaille tous ensemble avec l’administration et les différents acteurs de la ville en favorisant la participation et la communication. Durant ces trois dernières années, nous avons fait de notre mieux pour renforcer la confiance des citoyens à travers plus de 80 séances en forum sur la politique, la gestion des cabinets du maire dans des arrondissements autonomes, près de 120 visites des sites importants, près de 50 mille cas de la publication de données administratives, la gestion de la place pour les citoyens qui ont accueilli plus de 1,40 million d’habitants, l’instauration de la réception des opinions des citoyens à laquelle près de 2800 personnes ont participé, l’établissement budgétaire par les citoyens et l’exposition de la politique pour les citoyens.

     

    En mettant toutes les informations de la ville à la disposition du public, nous sommes parvenus à la révolution administrative qui permet d’assurer la transparence et la responsabilité de la mairie. L’administration ouverte à tous a permis de réaliser l’intelligence collective surnommée l’ « administration Wikipédia », ce qui a matérialisé notre devise « c’est vous, le maire de Séoul ». Par voie de conséquence, Séoul est sur le chemin de la convivialité, de la croissance qualitative et du bonheur.
     Chers invités, maintenant beaucoup de pays et de villes du monde souffrent de plusieurs problèmes sociaux et urbains. De nombreux d’habitants internationaux n’arrivent pas encore à se libérer de la pauvreté, la misère et gémissent sous la pesanteur de l’injustice et l’inégalité.

     Les questions liées au changement climatique et à la pollution atmosphérique sont apparues comme les plus grands défis à relever de notre époque. Le problème relatif aux centrales nucléaires, apparu à la suite de l’accident de Fukushima exige une réflexion fondamentale sur les politiques de l’énergie et l’environnement ainsi que le détournement politique. Des catastrophes naturelles, des crimes, le manque de sécurité, ce sont des éléments qui troublent aussi la vie des citoyens. S’y ajoutent le taux de chômage élevé et la bipolarisation des revenus pour inspirer aux gens la privation relative. De plus, l’entrée dans l’ère du faible taux de natalité et du super-vieillissement menace notre stabilité.

     Ce gendre de problèmes n’est pas localisé dans une ville voire dans un pays. Les questions qui angoissent les habitants de Séoul, New York, Pékin et Tokyo se déplacent de ville en ville et franchissent les frontières. Comme on dit « Le président édicte la règle et le maire les met en application», il est temps que chaque ville soit autonome pour régler leurs propres problèmes. En effet, Séoul et Pékin collaborent à la prise des mesures contre les problèmes métrologique et atmosphérique et près de 1 000 villes de 81 pays participent à l’ICLEI (Conseil international pour les initiatives écologiques locales) pour rendre leurs villes plus durables.

    Mesdames et messieurs, je pense que le rôle de chaque ville doit désormais être plus important également pour les sujets liés à la diplomatie, la sécurité et la réunification de la péninsule. Si l’Etat a jusqu’à présent détenu la clé au centre de toutes ces questions, il doit désormais céder quelques attributions aux gouvernements locaux. Surtout, dans la péninsule coréenne où règne la froideur, il faut un changement du paradigme fondamental dans le rôle diplomatique que des gouvernements locaux exercent pour la relation intercoréenne. Rappelons que c’était grâce aux politiques favorables aux échanges entre les villes de l’Est et l’Ouest que l’Allemagne a réussi à la « réunification effective » avant la « réunification juridique » en 1990. En effet, les villes de l’Allemagne de l’Ouest et celles de l’Allemagne de l’Est ont coopéré et collaboré aux tâches relatives non seulement au transport, l’immobilier et la pollution mais aussi au sport et aux événements culturels. Par conséquent, le Mur de Berlin a fini par s’écrouler.

     Aujourd’hui, Séoul rêve de réaliser la ville de la haute qualité de vie et du vivre-ensemble. Séoul rêve de devenir la ville révolutionnaire la locomotive pour résoudre ; les problèmes planétaires et la ville de paix assurant la collaboration intercoréenne. Avant de réaliser tous ces rêves, il y a une chose à garantir préalablement : l’inflexible maintien du système paisible dans la péninsule coréenne fondé sur la démocratie. Et au centre de cela, il y a l’alliance entre les États-Unis et la Corée. La Corée et les États-Unis ont maintenu une alliance des valeurs en ne se contentant uniquement pas d’une alliance collaborative. Ces deux pays ont entretenu le partenariat dans la démocratie libérale et l’économie du marché en insistant sur «le droit de l’homme et la dignité des hommes ». Je souhaite que les deux pays continuent sur le chemin de la paix et de la prospérité avec une l’alliance plus forte. Je compte également sur mes chers membres de « Korea Society » pour la paix dans le territoire coréen. De notre côté, la mairie de Séoul va également tout faire pour l’alliance, le développement et l’amitié de ces deux États.

     Je tiens à vous remercier encore une fois m’avoir honoré de cette réunion.

    Je souhaite votre santé et bonheur.

    Merci.