Go to Main Content Go to Footer Content

[2013] Le mot du Maire

A A
  • Les fonctionnaires chargés de la protection sociale sont responsables de la vie des citoyens de Séoul

  • SMG 1082
    image_pdfimage_print

    Forum politique sur l’amélioration des conditions de travail pour les fonctionnaires chargés de la protection sociale

    Date : 9 avril 2013
    Lieu : Hall polyvalent de la Mairie de Séoul

    Mesdames et Messieurs les fonctionnaires chargés de la protection sociale, ça fait plaisir de se voir et discuter ouvertement, n’est-ce pas ? J’avais peur que personne n’ose parler mais de toute évidence vous aviez beaucoup de choses à dire. Cela prouve que vous avez supporté beaucoup de souffrance.

    Madame Mok Yeong-ja m’a demandé d’organiser cette réunion et j’ai tenu ma promesse. J’ai senti mon cœur se briser en vous écoutant aujourd’hui. Si les conditions de vie sont aussi pénibles pour vous qui êtes chargés de de la protection et de la qualité de la vie des citoyens, comment pourriez-vous les rendre heureux ? Vous vous êtes exprimés sur plusieurs sujets aujourd’hui. Les responsables des associations de la protection sociale se sont également joints à nous aujourd’hui afin d’écouter votre opinion et trouver des solutions.

    L’État et les chefs d’arrondissements ont une part de responsabilité dans la gestion de ces problèmes, mais moi aussi en tant que maire de Séoul. J’admets que la Ville de Séoul aurait dû exiger que l’État prenne des mesures adéquates pour vous, ce que nous n’avons pas assez fait.

    À la Mairie de Séoul, certains employés ont été promus au poste de directeur adjoint ou même de directeur alors que jusqu’à présent ils n’ont jamais obtenu de promotion. Un employé du cadastre a par exemple été promu au poste de directeur. Cependant, malgré tous ces efforts, je me suis rendu compte aujourd’hui que les fonctionnaires chargés de la protection sociale n’ont jamais eu de promotion. Je communiquerai ces problèmes aux chefs d’arrondissements sous forme de directives. À mon avis, la plus grande difficulté de ces fonctionnaires réside dans leur surcharge de travail par rapport au poste qu’ils occupent.

    Ces problèmes se sont manifestés dans notre société lors sa phase de transition vers une société de bien-être. Alors que les tâches pour la protection sociale sont de plus en plus nombreuses, nous n’avons probablement pas prêté suffisamment attention à ceux qui s’en occupent. La Ville de Séoul et l’État ne sont pas à l’abri des critiques. De plus en plus de problèmes feront surface mais ils pourront toutefois nous permettre de trouver des solutions. Vous avez dit que ces fonctionnaires se sont suicidés à cause du surmenage. Dans ce cas, ce qui leur est arrivé ne peut plus être qualifié de suicide mais d’homicide et c’est pour cela que la Ville de Séoul devra prendre des mesures appropriées.

    D’abord, nous devrons procéder à une analyse de poste très poussée pour comprendre la surcharge individuelle qui a suivi l’augmentation de travail en matière de protection sociale au cours des dix, vingt dernières années, l’écart entre les différentes régions et les différents organismes tels que les mairies d’arrondissement et les bureaux de quartier. Par conséquent, nous pourrons demander à l’État d’affecter certains employés à de nouveaux postes ou communiquer leurs changements éventuels dans les directives.

    Deuxièmement, nous aurons besoin de prendre des mesures plus incitatives, telles que la promotion et l’amélioration des conditions de travail.

    Le troisième volet concerne leur état émotionnel. Les travailleurs sociaux, qui s’occupent de la classe défavorisée, sont souvent exposés aux conflits et au stress. C’est pour cela que la formation doit également porter sur la gestion du stress.

    Nous aurons aussi besoin d’un programme de soutien. Par exemple, à la mairie de Séoul, nous avons déjà mis en place un institut de recherche pour un meilleur environnement de travail pour les employés du métro et les pompiers. Nous devrons établir le même genre de programme pour les travailleurs sociaux.

    Il faudra aussi offrir des avantages sociaux aux fonctionnaires. Lorsque je travaillais dans une ONG, j’avais droit à un mois de congé après trois ans, à trois mois après sept ans et un an après dix ans de travail. Quand j’ai proposé ce système à l’administrateur en chef, il a répondu que ce serait une infraction aux directives du ministère de la Sécurité et de l’Administration publique. Je me suis alors demandé pourquoi les fonctionnaires ne peuvent pas bénéficier de ces droits malgré tous leurs sacrifices. La prochaine fois que je verrai le ministre à la réunion du cabinet, je vous promets de lui en parler.

    Je voudrais vous proposer une dernière chose. Pourquoi ne pas créer une page de discussion sur Facebook pour tous les fonctionnaires chargés de la protection sociale ? Je pourrai ainsi la consulter pour voir vos préoccupations et je pourrai même inviter les chefs d’arrondissements et le ministre de la Santé et du Bien-être. La page servira de canal de communication entre toutes les parties prenantes de Séoul. Madame Mok, êtes-vous satisfaite de ma réponse ?

    Je vous remercie encore une fois pour votre contribution. Même si nous ne pourrons pas résoudre tous les problèmes d’un coup, nous ferons de notre mieux pour y arriver étape par étape. Je vous souhaite bon courage. Merci.