Go to Main Content Go to Footer Content

[2011] Le mot du Maire

A A
  • Chaque citoyen est maire

  • SMG 1136
    image_pdfimage_print

    1_시민이시장입니다_111116

    Discours d’investiture

    Date : 16 novembre 2011
    Lieu : Bureau du maire dans le bâtiment Seosomun à l’Hôtel de Ville de Séoul

    Chaque citoyen est maire

    – Discours d’investiture de M. Park Won-soon, le 35e maire de Séoul auprès des citoyens de Séoul

    Chers citoyennes et citoyens de Séoul ! Je suis Park Won-soon, maire de la ville. Cela fait déjà 21 jours que je travaille en tant que maire. Cette fonction m’est encore un peu étrangère, mais dans le même temps, j’ai le sentiment de l’exercer depuis des mois. Après ma prise de fonction, j’ai noté l’existence d’un certain nombre de problèmes complexes dans différentes zones de la capitale. Ma plus grande préoccupation concerne le projet « New town » qui devrait chasser de nombreux habitants de leur logement. D’autres problèmes exigent également une nouvelle approche, notamment ceux liés au système jeonsei (la location sur dépôt), aux loyers, à la diminution du nombre d’emplois, aux difficultés des marchés traditionnels et des commerces de quartier, à la perte de compétitivité des petits entrepreneurs et des PME et à l’augmentation des contrats CDD.

    Nous avons encore d’autres préoccupations. Les tempêtes de neige durant l’hiver, les inondations et les éboulements des montagnes durant l’été sont déjà une source d’inquiétude. Malgré l’importante dette, nombreux sont ceux qui ont besoin d’une aide financière. Dans ces circonstances, je me demandais si la cérémonie d’investiture était vraiment nécessaire. Cependant, j’en ai conclu qu’une cérémonie d’investiture m’étant destinée n’est pas nécessaire. Cela dit une cérémonie d’investiture pour vous les citoyens s’impose. Il nous fallait trouver un moment nécessaire pour discuter de la dure réalité de la vie à Séoul afin d’offrir à la ville un bel avenir.

    Chères citoyennes et chers citoyens de Séoul, les difficultés auxquelles nous faisons face ne sont pas simples ou faciles. Leur gravité doit être prise en considération et doit être reconnue. C’est le seul chemin qui peut nous mener vers une solution.

    Entre autres choses, le rétablissement d’une culture de la modernité pour une nouvelle ère sera notre priorité. La société ne serait pas juste si 1 % régnaient sur les 99 % autres et qu’une minorité s’emparait de l’ensemble en poussant la majorité dans la misère. La société ne serait pas équitable si une concurrence acharnée épuisait les individus. La société ne serait pas durable si un développement incontrôlé ravageait la nature en provoquant des dégâts au détriment des générations à venir. Je compte travailler de sorte que Séoul devienne le modèle à suivre pour les collectivités locales et qu’elle soit en harmonie avec d’autres provinces. Séoul et les autres provinces ne font qu’un.

    Chers citoyennes et citoyens de Séoul ! Je serai avant tout le maire du bien-être. Je ferai de Séoul, une ville humaine. Que vous habitiez au nord ou au sud du fleuve Han, je ferai de mon mieux pour qu’il y ait un équilibre de la qualité de vie et que vous puissiez bénéficier d’un minimum de protection sociale. Face à des problèmes tels que la gratuité des repas scolaires pour tous, l’élargissement des crèches publiques et municipales, l’amélioration des statuts des femmes et des personnes handicapées, la protection des personnes âgées et l’offre d’emploi, ce ne sont pas les individus qui doivent agir. Je déclare que cet hiver, personne ne sera affamé ni ne dormira dans une chambre froide.

    La protection sociale n’est certes pas gratuite mais n’est jamais un gaspillage. Le bien-être est l’épargne de l’humanité au taux d’intérêt le plus élevé, un investissement pour l’avenir au meilleur taux de rentabilité. La dichotomie entre la protection sociale et le développement ne fonctionne pas. Au cours de la décennie précédente, il a été confirmé que le développement ne conduit pas nécessairement au bien-être. Au contraire, nous vivons dans une époque où le bien-être conduit au développement. Avant tout, nous devons améliorer notre protection sociale qui se classe au niveau le plus bas parmi les pays membres de l’OCDE. Je déclare que le bien-être n’est pas un service rendu pour les citoyens, parce qu’il s’agit de leur droit civil.

    En tant que maire de Séoul, je rêve d’un nouveau Séoul où cohabiteraient en harmonie les pauvres et les riches, d’une ville de solidarité avec une nature riche et protégée, d’un espace où la culture et l’art s’infiltreraient dans la vie. Je rêve de Séoul, une ville aimable où l’histoire, le parfum du passé et les mémoires de la vie connaîtraient une renaissance. Je dessine Séoul, belle, sans aucun maquillage, où l’on n’aura nul besoin de crier haut et fort pour être entendu, un Séoul où les fondamentaux seront respectés même sil n’est pas extraordinaire et enfin une ville où la sécurité sera garantie.

    Chers citoyennes et citoyens de Séoul ! Je mettrai notre force positive au premier plan. Mon travail sera axé autour de la coopération et de la réconciliation au lieu de la confrontation. J’irai sur le terrain pour vous écouter, communiquer et sympathiser avec vous et je vous encouragerai. Dans toutes les étapes et dans tous les domaines de l’administration municipale, la porte sera ouverte à vos propositions et opinions. Vous, les citoyens de Séoul êtes le capitaine, le navigateur et le timonier d’un navire qui s’appelle Séoul et je suis un passager à bord. Je voudrais solliciter votre participation à ce nouvel élan, cette vague sur laquelle naviguera le navire de Séoul.

    Le maire est citoyen, et chaque citoyen est maire de Séoul. Je vous remercie.