Histoire des îles de Séoul où la technologie de pointe et la nature s’harmonisent

Savez-vous l’histoire des îles mystérieuses du fleuve Han qui passe au beau milieu de Séoul ?

Les îles de Séoul qui n’ont pas cessé de disparaître et apparaître au cours d’un siècle, contiennent plein d’histoires et représentent également l’histoire de Séoul.

Ces îles, non seulement historiques mais aussi pittoresques sont appréciées auprès de beaucoup de gens. Maintenant, regardons-les une par une.

# Seonyudo : un paysage distingué appelé d’« un des huit meilleurs panoramas de Hanyang »

Seonyudo, initialement un terrain avoisinant la partie sud du fleuve Han, Dangsan-dong, s’est transformé en île suite à une grande inondation survenue en 1925 et à des érosions constantes des pierres et des rochers. Utilisé par la suite comme une station de traitement, cet endroit est désormais devenu un parc écologique basé sur la conception du recyclage. En vous baladant dans le parc de Seonyudo caractérisé par l’installation artificielle de l’art plastique conjuguée avec la nature, vous trouverez les vieux piliers en béton ou des traces des canalisations.

Seonyudo

Le lierre qui tapisse là-dessus colore l’espace bétonné en vert et montre une harmonie particulière.
 

Le parc de Seonyudo se divise en deux parties : les jardins portant de différents thèmes qu’on peut rencontrer au long du chemin et les promenades piétonnières permettant de se balader autour des parcs tout en contemplant le paysage de Séoul. Entre l’aire écologique de jeux aquatiques et le jardin botanique des plantes aquatiques, il y a la Galerie du design Séoul, devant laquelle se trouve le jardin des piliers verts. Au printemps et en été, les verts s’entortillent sur ces piliers en béton tandis qu’en automne la couleur passe à celle des feuilles automnales. S’y ajoutent les éclairages de toutes couleurs durant la nuit pour rendre la vue nocturne plus exceptionnelle.

 

L’essence du parc écologique basé sur la conception du recyclage réside également dans le parc de la transition. Ce parc dont la structure reste la même que celle de la station de traitement nous donne l’impression d’être dans le labyrinthe. L’itinéraire qui se continue aussi en surface qu’en sous-sol fabrique l’ambiance romantique et a donc la cote auprès des amoureux.

 

À part cela, le parc déborde du paysage verdoyant qui console notre esprit : le Basin de la purification d’eau, le terrain de jeux écologiques, l’amphithéâtre, le chemin des métaséquoïa et la plantation de bouleaux. En tant que lieu de tournage de films très cotés, Seonyudo a déjà été apparu dans le film « Samaria » comme un lieu de sortie pour deux personnages principaux, dans le film « Almost Love » avec Kwon Sang-woo et Kim Ha-neul pour une scène du rendez-vous galant et enfin dans la série télévisée « Iris » pour l’arrière-plan de l’action des personnages principaux.

 

Le parc de Seonyudo abrite des allées de promenade, un espace de repos sur gazon, des structures de la station de traitement transformées en installations artistiques magnifiques et l’habitat des plantes de l’eau, tout en visant à restaurer l’écologie et les ressources naturelles. Il est à la disposition de ceux qui souhaitent se balader avec lenteur ou faire un pique-nique sur le gazon avec une natte ou une couverture en plein air nocturne frais de l’automne.

# Nodeulseom : une île artificielle créée par la construction de la passerelle piétonne

Également appelé de « Jungji-do », Nodeulseom est une île qui a fait son apparition avec la construction de la passerelle piétonne. Originairement une plaine sablonneuse incluant jusqu’à Ichon-dong, Nodeulseom est nommé de « Sachon » qui signifie un « village du champ sablonneux » dans la dynastie de Choseon. Son coucher du soleil, particulièrement magnifique, a été désigné comme un des huit paysages les plus beaux de Yongsan.

C’est peu de temps après qu’avec la construction de la passerelle en fer, les sables aux alentours qui ont été empilés ont constitué une forme de la colline, également nommée de « Jungji-do ». C’est ainsi que la plaine sablonneuse s’est transformée en île Nodeulseom.

Seoraiseom

# Seoraeseom : une île bien aimée pour ses fleurs de colza et de sarrasinl

Seoraiseom est une île artificielle appréciée auprès des Séouliens, où les fleurs de colza sont en pleine floraison chaque printemps.

Cette île artificielle raccordant trois ponts, se situe entre le grand pont Banpodaegyo et le grand pont Dongjakdaegyo, respectivement construits de 1982 à 1986 lors de la construction du boulevard Olympic-daero et du projet du développement compréhensif de Hangang. Le paysage que créent les saules pleureurs et les fleurs de colza est splendide.

Seoraiseom

Pas forcément le printemps, mais en toutes saisons, le paysage de Seoraiseom que créent les oies et les saules pleureurs est pastoral. La terre bien boisé et fleuri est propice à la promenade et c’est un endroit fréquemment visité par les amateurs de la photographie. Le roselier et la promenade le long du lac qui sont aménagés à proximité sont convenables pour une sortie entre la famille ou les amoureux. Le festival des fleurs de colza et le festival des fleurs de sarrasinl s’y tiennent respectivement en mai et en octobre.

Lorsque la nuit se couche, la promenade le long du fleuve Han qui chemine avec une clarté lourde est une des choses à ne pas manquer. Pendant que vous marchez près du fleuve qui flotte, le paysage nocturne de Séoul qui, s’étend comme un paravent des petites lumières à l’autre côté du fleuve, nous arrête les pas à plusieurs reprises.

# Somesevit : une île artificielle d’une vue nocturne magnifique

Si vous voulez un rendez-vous romantique avec une vue nocturne magnifique du fleuve Han, Some Sevit peut être une option recommandée.

Some Sevit où la lueur extasiée du soleil couchant est en harmonie avec les éclairages de cinq couleurs est un endroit réputé pour une belle vue nocturne. Les restaurants, les bars, les cafés étant tous aménagés à l’intérieur de Some Sevit, vous pourriez tranquillement prendre votre repas ou boisson sur une place, tout en admirant le paysage nocturne de Séoul et du fleuve Han. De plus, il est recommandé de se promener lentement dans le lieu de repos et l’allée de promenade préparés devant Some Sevit ainsi que de passer un moment inoubliable en plein air frais de la nuit automnale en partageant des goûters sur la natte ou la couverture.

Some Sevit

Some Sevit est particulièrement connu pour le lieu de tournage d’une scène important du film « Les Avengers ». Apparu dans le film comme le laboratoire du docteur Cho, joué par l’actrice sud-coréenne Claudia Kim, Some Sevit a attiré l’attention des spectateurs coréens et mondiaux. Vu le nombre journalier de visiteurs ayant déjà multiplié par quatre, voire cinq, Some Sevit est devenu un endroit célèbre grâce à l’influence du film.

 

S’il fait beau, vous êtes conseillé de vous dépêcher un peu pour profiter du coucher du soleil automnal qui tombe dans le fleuve Han avant de savourer le paysage nocturne. Si le coucher de soleil estival avait l’air de refroidir la chaleur, le coucher du soleil automnal nous donne l’impression de couvrir généreusement la ville et le fleuve Han avec sa couleur pourprée foncée. Le paysage nocturne du fleuve Han, du parc et de Some Sevit qui suit après le coucher de soleil, perfectionnera notre sortie automnale.

# Bamseom : là où les habitants ont quitté, maintenant transformé en nid des oiseaux migrateurs

Bamseom doit son nom à sa forme d’une châtaigne. Une île qui était isolée à l’origine, est reliée à l’île Yeouido au fur et à mesure que le niveau d’eau baisse avec l’expansion graduelle de Yeouido à un terrain alluvial. La falaise de l’est de l’île avait une vue si merveilleuse qu’on l’avait appelé la « Petite Haegeumgang »

C’est lors du transfert de la capitale à Hanyang de la dynastie de Joseon que les ingénieurs de la construction navale s’y sont installés pour la première fois. Depuis, la culture des mûriers a commencé et près de 62 foyers se sont occupés de la pêche, la construction navale, la culture des mûriers et des réglisses et le pâturage des chèvres jusqu’en 1967. Avec le développement de Yeouido en 1968, on a fait exploser l’île de Bamseom le 10 février de la même année afin d’améliorer le cours du fleuve Han et de prélever les blocailles nécessaires pour entasser les digues à Yeouido. Et ses habitants ont déménagé au pied de la montagne Wausan à Changjeon-dong, Mapo-gu. Cette explosion a engendré l’effondrement du centre, ce qui a divisé l’île en deux : Bamseom du haut et Bamseom du bas. C’est ainsi que la plupart de l’île a disparu.

Depuis, les sédiments du fleuve Han se sont accumulés à cette île au cours de 20 ans, ce qui entraîné la transformation de Bamseom en un « nid des oiseaux migrateurs au centre-ville » abritant les arbres et les plantes qui réunissent les oiseaux.

Bamseom

Chronologie des photographies de Bamseom

Cette île déserte intouchée se situant en dessous du grand pont Seogangdaegyo qui relie Yeouido à Mapo n’a pas cessé de s’agrandir sous l’effet de la sédimentation naturelle au cours du dernier demi-siècle pendant lequel Yeouido a connu un développement fulgurant pour devenir le centre financier de la Corée du Sud.

La surface officielle mesurée en1966 par l’armée américaine était de 45 684 mètres carrés, mais ceci prend un gain de 4 400 mètres carrés tous les ans. En 2013, selon le résultat topographique mené à l’aide du GPS sous l’égide de la ville de Séoul, la surface de Bamseom s’élève à 279 531 mètres carrés (la périphérie est de 2 895 mètres). Ce chiffre représente une surface 6 fois plus élevée qu’en 1966.

C’est en général le Bamseom du bas qui a pris plus de gain. Le Bamseom du haut ressort au Yeongdeungpo-gu alors que le Bamseom du bas ressort au Mapo-gu.

La ville de Séoul a désigné cette île pour une zone de la conservation de l’écosystème au mois d’août en 1999 et a interdit l’accès au public. En conséquent, 138 espèces de flores et 49 espèces d’oiseaux y habitent ensemble. En hiver, les oiseaux migrateurs reviennent à Bamseom. En 2012, la valeur de la préservation des habitats des oiseaux aquatiques dans le centre-ville a été reconnue et Bamseom a été choisi comme une des zones humides de Ramsar.

# Ttukseom – Une île, mais pas une île : un lieu où le roi Taejong a failli être tué par la flèche de son père

Ttukseom n’est pas vraiment une île. Située près de Seongsu-dong de Seongdong-gu et Jayang-dong, Guui-dong de Gwangjin-gu à Séoul, Ttukseom est considérée comme une île, car elle ressemble à l’île entourée du fleuve Han et de la rivière Jungnangcheon. Lorsque le roi est venu chasser à Ttukseom, autrefois utilisée comme un terrain militaire, on plantait « Dogkyi », un grand drapeau décoré avec la queue du bœuf ou du faisan et on a appelé cette île « Dokdo » pour indiquer l’île où Dogkyi est planté.

Complexe de l’arpenteuse à Ttukseom

Ttukseom est aussi appelée de « Salgojibeol », ce qui signifie un coup brutal de la flèche. L’origine de cette appellation remonte à l’époque de Joseon où le roi Taejo Yi Seonggye retournant à Séoul en colère, a lancé la flèche à son fils, le roi Taejong venant chercher son père à Ttukseom, après la révolte des princes.

# Yeouido : Du pâturage à l’aérodrome et au centre financier mondial

À l’époque de Choseon, Yeouido avait une appellation diverse comme « Inghwa-do » et « Nauiju ». Pendant la période de sécheresse, elle atteignait jusque Bamseum et la plage de sable blanc.

 

Le terrain a été utilisé comme un pâturage des moutons et des chèvres et n’a été approuvé comme un village que dans la dynastie de Joseon, sous le régime du roi Yeongjo.

 

C’est en 1916 que le premier aérodrome de la Corée a été installé et l’aviateur An Chang-nam a réussi à un vol d’essai au-dessus de Yeouido en 1922, et ce pour la première fois en tant que Sud-coréen. Cet évènement a nourri les espoirs et les rêves auprès du peuple.

 

Avec l’accélération du développement de Yeouido dans les années 1970, le palais de l’Assemblée nationale, les habitations et les établissements financiers s’y sont installés et elle s’est transformée en noyau de Séoul et du fleuve Han. Selon la « Déclaration du rétablissement du caractère public de Hangang » en 2009, Yeouido a été indiquée comme une zone stratégique de l’aménagement alors qu’avec l’établissement du plan niveau-district en 2011, Yeouido envisage de se hisser encore une fois au niveau international en tant que véritable plate-forme financière de l’Asie du Nord-est.

 

Recevant un doux rayon de soleil, allons-nous nous promener le long du fleuve Han qui cache les histoires de chaque île. Séoul et le fleuve Han surabondent des histoires charmantes.




La nature rencontre la technologie au bord du fleuve Han

A chaque saison, la rivière Han nous offre d’autres ambiances. C’est un lieu qui nous présente quatre saisons : les fleurs de colza au printemps, les bateaux de canard et le ski nautique en été, le haut ciel avec des feuillages jaunes et rouges en automne, et la neige blanche en hiver.

 

Il y a plein de charme au bord du fleuve Han dont on ne peut pas tout jouir en traversant seulement les ponts du Hangang avec la voiture. Pour qu’on puisse dire qu’on a expérimenté les charmes de Séoul, il faudra se promener sur le Dunchi de Hangang et faire un tour dans un bateau-mouche.

Festival international des feux d’artifice

#Fleuve Han en automne avec plein de festivals!

Alors que l’été et l’hiver deviennent plus longs, l’automne est de plus en plus court. Quel sera alors le moyen intéressant à passer l’automne devenu si court ? Ce serait bien d’aller participer aux festivals d’automne permettant de sentir un automne de tous nos sens. Même si le fleuve Han nous offre de divers festivals tout au long de l’année, l’automne représente la meilleure saison offrant plusieurs festivals séduisants pour tout le monde.

 

Le festival international des feux d’artifice se déroule tous les ans au mois d’octobre à Séoul. Le ciel de la nuit est imprégné de beaux feux d’arfices. Ce festival ayant lieu au parc de Hangang à Yeouido se fait attendre par plusieurs personnes depuis le compte à rebours jusqu’au jour de l’ouverture. Le festival rassemble tous les ans environ un million de spectateurs avec des professionnels du monde entier venant se produire. Les pays participants varient selon l’année : l’Angleterre, la Chine et l’Italie en 2014, les Etats-Unis et les Philippines en 2015. Le spectacle de feux d’artifice a été accompagné de chansons d’amour américaines et de la musique populaire philippine.

Festival international des feux d’artifice

Il y a également un autre festival nocturne qui nous réjouit, une fête qui s’est tenue pour la première fois en 2015 au parc de Hangang de Yeouido : le marché nocturne s’appelant Bamdokkaebi. Alors que la Thaïlande, la Chine et la Taïwan sont connues pour leurs marchés nocturnes, celui de de Séoul avec divers goûters et la vue nocturne a une particularité qui lui est propre. Une quarantaine de camions restaurant (Food truck), de nouveaux items, un marché libre, du cirque, de la mime et des spectacles de magie y sont préparés pour que ce marché nocturne soit plus vivant.

# Profiter de la nature au bord du fleuve Han se déployant sous le haut ciel

En attendant le festival de la nuit où sont préparés la bonne cuisine et les spectacles, on peut également profiter de la journée. Voilà quelques sites à visiter aux alentours du parc de Hangang de Yeouido.

L’une des raisons pour lesquelles on est invité à se promener au bord du fleuve Han pendant la journée, c’est qu’on puisse plus savourer cette belle saison de la Corée. En automne, le ciel est plus beau au bord du fleuve Han qu’en ville. Allez se promener à la colline au bord du fleuve Han en regardant l’eau du fleuve traversant la ville sous le ciel bleu où s’amoncellent des nuages, et prenant du vent frais qui fait oublier la chaleur d’été. On découvrira à ce moment-là le ciel de l’automne de Séoul si beau.

Bamseom sur le fleuve Han avec le ciel

De plus, le parc de Hangang de Yeouido est un lieu où se déploie la vue de la nature. Le parc écologique de Saetgang de Yeouido abrite de divers êtres vivants tels que des orignaux, des racoons et des lynx. Il y a aussi des osiers, des roseaux, des saules, des glands avec des fleurs de champ comme des chrysanthèmes et des véroniques, ce qui le fait un lieu écologique représentant Séoul.

Le fleuve Han est aimé par tout le monde car c’est un lieu où la nature et la culture coexistent. Les hommes et femmes de tous âges y sont invités pour en profiter. Le parc de Hangang de Yeouido est également connu pour le Chimek qui désigne de la bière (« mekju » en coréen) avec du poulet frit (de l’anglais « chicken »), ce qui est un menu très aimé par les Coréens.

 

Il est impossible de décrire le goût de la bière et du poulet frit dégustés sur la pelouse après avoir fait de la bicyclette dans le vent automnal. Mais, c’est strictement interdit d’apporter de la nourriture dans le parc Seonyudo parmi les parcs Hangang à Yeouido.

# Recréation d’une ambiance d’une série télévisée « mon amour venu des étoiles » avec le bateau à la rivière Han

Certes, le paysage nocturne de la rivière Han serait le site touristique dans la nuit pour les voyageurs étrangers. On peut regarder un match de baseball et déguster une cuisine savoureuse dans le bateau iconique du parc de la rivière Han à Yeouido.

 

Ce bateau de la rivière Han embarquant les passagers à Yeouinaru est apparu dans une série télévisée « mon amour venu des étoiles ». L’itinéraire de retour vers Yeouinaru permet de découvrir le jet d’eau arc-en-ciel sous la lumière de la lune. Les autres itinéraires offrent également de diverses activités telles que le buffet de déjeuner, le buffet de dîner ou le spectacle en live.

Bateau de la rivière Han

« Mon amour venu des étoiles » est une série télévisée diffusée en 2013 et 2014 sur SBS avec Jun Ji-hyun et Kim Soo-hyun dans les rôles principaux. Une histoire d’amour fantasmatique entre un homme venu des étoiles appelé Do Min-joon il y a 400 ans et une vedette de Hallyu, Cheon Song-yi a connu un grand succès.

Avant de monter au bateau, les visiteurs peuvent apprécier de divers paysages du parc de la rivière Han dans la nuit. Surtout le jet d’eau arc-en-ciel ou le parc de la rivière Han à Banpo qui vante une vue claire de la rivière Han nocturne est bien recommandé. Avec la lumière de la lune, le parc de Banpo est très connu pour sa beauté dans la nuit.

 

Sur la rivière Han il y a plein de places intéressantes telles que le jet d’eau, le pont Jamsugyo et la place de la lumière lunaire avec un thème de lune.

Le jet d’eau arc-en-ciel sous la lumière de la lune figure dans le livre Guinness des records comme le plus long jet d’eau sur le pont. Le spectacle de jet d’eau avec les couleurs fantastiques dans la nuit comme le jour promet un paysage magnifique. Le spectacle splendide de jet d’eau avec la musique dans la nuit est déjà bien connu entre les touristes étrangers et coréens.

Séoul est une ville qui ne s’arrête pas. Les restaurants et les magasins près de la rivière Han sont ouverts 24h sur 24. Il n’est pas nécessaire d’annuler les activités en raison du temps tardif à Séoul. Même après le coucher du soleil, la zone de la rivière Han est pressée. Lorsque Séoul est Séoul, ses charmes et ambiances mystiques brillent. Pour découvrir le vrai Séoul, allez à la rivière Han.




« Fête estivale du Fleuve Han », une joie particulière qui se répand au bord de la rivière

Au milieu de la canicule nocturne, la rivière Han nous offre une singularité qui est propre à elle seule. Il s’agit de la « culture du Fleuve Han » qu’on peut découvrir seulement là-bas : la rivière devient à la fois un théâtre ou un pub ou une auberge.

En se promenant au bord de la rivière à la nuit, on peut boire de la bière sur la terrasse d’une supérette, ou on peut y passer la nuit sous une tente en prenant l’air frais. Alors que certains profitent de cinéma nocturne, d’autres font de la bicyclette ou une balade sous la lumière de la lune.

 

Les voilà, quelques manières permettant de passer une nuit d’été bien joyeuse au bord du fleuve Han à Séoul. 11 parcs se situant au bord du fleuve Han s’ouvrent simultanément pour offrir une «Fête estivale complète». La nuit sera trop courte pour jouir de tout ce qui y sera présenté. Il ne sera pas raisonnable d’aller se coucher trop tôt à la nuit d’été de Séoul pendant laquelle il y a deux fois plus de joies que d’habitude.

Jouissez de l’été au bord du fleuve Han ! Faites ce que vous voulez !

Scène flottante de Yeouido

# Seulement en été, seulement au bord de la rivière Han

En été, on peut trouver un cinéma particulier au bord de la rivière Han. Sous les huit ponts tels que Seongsandaegyo de Mangwon, Cheongdamdaegyo de Ttukseom, Wonhyodaegyo de Yeouido, Cheonhodaegyo de Gwangnaru, Banghwadaegyo de Gangseo, Yanghwadaegyo de Yanghwa, Dongjakdaegyo de Banpo, and Hannamdaegyo de Jamwon, on peut jouir de cinémas gratuits. C’est « la salle de cinéma la plus fraîche » qui nous offre des films de divers genres selon les lieux.

De plus, la rivière Han est un lieu unique où l’on peut profiter des artistes de la rue performants en été en plein air. Là où le soleil ardent s’est couché, la nuit du fleuve Han commence accompagnée du clair de la lune en nous présentant des spectacles intéressants tels que les comédies, les performances particulières, la musique b-boys et flash mob. « Festival de la rue » à la nuit de l’été commence à 18 heures et sa clôture est à 22 heures.

Plan des jeux de l’eau au bord de la rivière Han

De plus, le camping de l’été nous est disponible au bord de la rivière Han. 530 campings sur 5 sites tels que Ttukseom, Jamsil, Jamwon, Yeouido, et parc Yanghwa Hangang seront à notre disposition. L’heure de l’ouverture est entre 15 heures et 11 heures du lendemain matin, soit deux jours et une nuit. Le prix de la location est de 20 000 wons pour quatre personnes, un prix abordable pour tous les touristes.

 

On peut aussi louer à part des tables, des chaises et des glacières, de plus, de diverses installations pratiques telles que la douche, une zone de barbecue et la location des nécessités sont disponibles. Cela nous fait profiter d’une vie en camping en nous libérant du stress de la vie quotidienne

Classe d’expérience de sports nautiques à la rivière Han

# Chasser la chaleur d’été avec les sports nautiques sur la rivière Han

Toute la famille peut s’amuser sur le toboggan aquatique à la piscine en air en oubliant la chaleur d’été. La qualité d’eau de la piscine est rigoureusement contrôlée. Pendant que les enfants jouent dans la piscine pour enfants, les parents seront à la piscine des adultes. La douche, la cabine de bain et les parasols sont à la disposition des visiteurs. Il y a aussi de divers goûters qui nous réjouissent.

 

Tout le monde est invité à expérimenter en gratuit du yacht, du kayak et du canot en caoutchouc. On peut aussi expérimenter le « Blob jump » , un jeu comme une balançoire qui nous fait rebondir en moyennant le poids, ce qui fait sauter la personne comme une fusée pour ensuite faire plonger dans l’eau du fleuve Han. De plus, en participant à la bataille d’eau sur le fleuve Han, la chaleur d’été sera loin de nous en s’amusant sur le gigantesque toboggan aquatique de longueur totale de 150 m, et aussi avec des ballons et des pistolets remplis d’eau.

Festival de bataille d’eau sur le fleuve Han

Appelé le « Box One Race » du fleuve Han, c’est une course particulière de bateaux faits à partir du carton de recyclage, confectionnés par la main de joueurs pour la course sur le fleuve Han. Il s’agit d’un des jeux bien populaires qui se déploie sous forme de festival dans plusieurs pays du monde. On pourra y assister au parc Jamsil Hangang se trouvant à côté du champ de gateball.

 

Il y a également de divers spectacles sur la « scène flottante de Yeouido » se trouvant dans le parc du Hangang de Yeouido, pendant trois heures allant de 18 heures à 21 heures de tous les weekends durant le mois d’août au cours de la période de la fête du fleuve Han. On est invité à des concerts gratuits pendant un mois pour écouter de la musique fusion traditionnelle coréenne, du musical, du jazz, de la chanson populaire et des musiques instrumentales.

Au bord du fleuve Han, les planètes Saturne, la Vénus et la lune sont visibles dans le ciel dégagé de tous voiles, ce qui sera une occasion d’apprendre gratuitement l’observation des étoiles et d’autres expériences magiques. On peut observer les tâches du soleil pendant la journée, et les étoiles pendant la nuit. Pas de soucis même si le ciel est gris, car on peut apprendre la manipulation des télescopes, peindre des étoiles sur le visage, faire des quiz sur les étoiles, faire du pliage de papier des signes de zodiaque et horoscope etc. Bref, nous aurons plein de choses de quoi nous amuser. Nous n’avons qu’à visiter alors en tout temps.

Diverses expériences non ordinaires telles qu’une classe de sport nautique et l’école d’été de l’écologie ainsi que des programmes d’apprentissage de la nature seront préparés pour les enfants. Les visiteurs en famille sont majoritaires sur le site où il y a la course de bateaux de canard et le sport nautique.

 

« Vite ! un peu plus vite ! », les cris des familles présentées pour la première fois au challenge de kayak qui veulent accélérer la vitesse de rame lors de la classe du sport nautique. Les cris des enfants pleins de joie, voilà les visiteurs en famille qui récoltent des souvenirs tous ensemble pendant le festival. Le « Blob jump » dont on peut s’amuser en tout moment pendant la période de la Fête du Fleuve Han, quant à lui n’est pas seulement aimé par les habitants de Séoul mais aussi par les touristes étrangers. De plus, de diverses représentations telles que la scène de pansori, le namsadang nori et des performances traditionnelles sont préparés pour les personnes âgées.




Séoul : ville de lecture en tout temps et lieu

Séoul devient de plus en plus une ville où il fait bon faire de la lecture.

Avec les bibliothèques à 10 minutes à pied, la ville forme un environnement qui encourage ses habitants à lire plus de 20 livres par an.

Séoul se vise vers une ville de culture où les livres se trouvent partout, où ils soulagent la vie quotidienne des habitants et où ils deviennent objets de festival.

Avec son histoire longue et sa culture, Séoul devient maintenant une ville de livre. En juin 2012, elle a élaboré un projet baptisé « Séoul avec un livre » permettant d’augmenter la création de bibliothèques et de promouvoir les habitudes de lecture avec le but de « cultiver les habitants à l’aide du livre ». Ce projet joue un rôle de base pour établir la politique de bibliothèque et de la promotion de lecture ainsi que les détails de projet. Le 26 octobre de la même année, la bibliothèque Séoul a ouvert ses portes pour faire fonction central de ce projet de promouvoir la lecture.

Le projet a pour but de créer une ville avec les bibliothèques à 10 minutes à pied en augmentant le nombre de bibliothèques publiques de 128 en 2012 à 272 en 2030. Cela en va de même pour les petites bibliothèques, allant de 773 à 1100.

D’ailleurs, la ville a fixé ses objets concrets : l’organisation d’une ambiance propice à la lecture de plus de 20 livres par an et par tête, l’augmentation du nombre de livres de la bibliothèque par habitant jusqu’au niveau moyen de l’OCDE passant d’un livre à deux ou plus.

Selon le résultat, les chiffres ont haussé de 14% et 12% par rapport à l’année 2012 en atteignant jusqu’à 141 bibliothèques publiques et 863 petites bibliothèques respectivement.

Avec l’augmentation des bibliothèques, 95% d’habitants de Séoul peuvent utiliser les bibliothèques à 10 minutes à pied dans leur quartier.

Mais certaines parmi les petites bibliothèques qui représentent 86% des bibliothèques entières ne fonctionnent pas comme une bibliothèque normale à défaut de ressources humaines, budget ou livres. Les bibliothèques publiques doivent quant à elles améliorer également leur gestion pour offrir les services plus professionnels et divers satisfaisant aux demandes des habitants.

Petite bibliothèque

Pour atteindre le but des projets comme par exemple « l’augmentation du nombre de livres lus par habitant », la ville prend des mesures soutenant les bibliothèques publiques et les petites bibliothèques. Les politiques concernant la bibliothèque sont décidées par le comité de la bibliothèque et le service d’information dont le maire de Séoul est directeur. D’ailleurs, en créant les réseaux de bibliothèques dans 25 districts, Séoul coopère étroitement avec l’organisme consultatif du secteur public et privé, voire le système de gouvernance en partenariat entre public-privé.

Afin d’acheter les données et de gérer le programme de lecture, la ville subventionne environ 10,3 milliards de wons à 150 bibliothèques publiques, en plus du budget de chaque bibliothèque. Dans les 46 bibliothèques, la salle d’information est ouverte jusqu’à 22 heures et la ville finance les bibliothèques pour les programmes nocturnes.

Avec les projets tels que « lire un livre dans une bibliothèque» ou « promotion des clubs de lecture », Séoul fait des efforts d’étendre la culture de lecture et de débat.

La ville soutient les programmes de lecture destinés à chaque génération en organisant le projet de lecture pour éviter la démence ou le projet de lecture en fonction du cycle de vie. Les petites bibliothèques choisies par l’évaluation sur place à chaque district reçoivent environ 1 à 3 millions de wons par an pour acheter les livres et gérer la place.

Bibliothèque

Depuis l’année 2015, un bibliohthécaire en charge des affaires de la petite bibliothèque est aposté dans les bibliothèques représentatives de 25 districts afin de soutenir les activités coopératives concernant la petite bibliothèque. Les bibliothécaires apostés facilitent la coopération avec les petites bibliothèques pour promouvoir le débat, la rencontre des écrivains, le service d’information ou la gestion des livres basés sur les ressources diverses de bibliothèques publiques. Chaque année la ville organise le Festival du livre de Séoul en octobre et en 2015 environ 200 bibliothèques, maisons d’édition et organisations de lecture ont participé au festival pour créer une ambiance amusante favorable à la lecture.

Avec la politique de promouvoir la bibliothèque et la lecture, Séoul prend des mesures diverses et apporte le soutien en partenariat avec les bibliothèques publiques et petites de chaque district dans le cadre du projet de « cultiver les habitants à l’aide du livre » pour mieux offrir les services. D’ailleurs, le projet permet de faire développer les bibliothèques de manière équilibrée entre les districts et de diminuer l’écart d’information pour créer une ville dirigée par les habitants basée sur le bien-être d’information.

Festival du livre de Séoul




Séoul entouré de patrimoines culturels mondiaux (l’inscription de la Muraille de Séoul au patrimoine mondial)

Même si peu le nom de « la Muraille de Séoul (Hanyang Doseong) » ne serait familiers qu’à très peu de citoyens, elle est à la fois un patrimoine culturel et un abri qui protège la ville depuis longtemps.

Chaque ville historique au niveau mondial a des monuments représentatifs, mais une muraille n’est pas souvent considéré comme une icône de la ville. Des grandes villes historiques comme Paris ou Londres possèdent peu de trace de leur ancienne muraille. Cependant Séoul est une ville rare qui garde entièrement sa muraille. Dans la plupart des cas en Europe ou en Chine, les murailles de ville sont transformées en routes ou parcs.

La muraille séoulienne maintient cependant sa forme originaire. Contrairement aux villes étrangères, Séoul a construit les murs sur la ligne de faîte de quatre montagnes qui entourent la ville telles que la montagne Baegaksan, la montagne Naksan, la montagne Namsan et la montagne Inwangsan. De ce fait, la forme originaire de ce mur est bien gardée même durant l’urbanisation.

C’est en fait la tradition depuis l’époque Goguryeo où les villages sont créés aux montagnes. Pour 600 ans, Séoul était la capitale de la Corée et son rôle continue jusqu’aujourd’hui. L’existence de la muraille donne une image mystique de la ville aux touristes étrangers.

Porte Sukjeongmun et paysage de la ville

La Muraille d’hier

Les murs de la ville n’ont pas été construits pour protéger la ville contre la guerre mais plutôt d’exprimer la dignité et d’assurer la sécurité interne de la ville au début de l’époque Joseon. Ceci est parce que les rois de Joseon croyaient que le pays est déjà anéanti si les ennemis arrivent jusqu’à la capitale. Une histoire probablement étrange pour les Européens qui seraient plus habitués à faire la guerre dans les grandes villes. Pour la Corée, il était alors inutile de combattre les ennemis dans la ville. Au lieu d’être servi d’édifice de défense, la muraille séoulienne d’une hauteur élevée avec une porte éblouissante était bâtie pour désigner le prestige du roi.

Lorsque la cloche du clocher sonnait pour informer le commencement et la fin de la restriction de circulation, les quatre grands portails et les quatre petites portes de l’ancien Séoul se fermaient et s’ouvraient également. Les habitants ont mené leur vie quotidienne avec le rythme créé par la sonnerie de cloche et les portes de la muraille.

La Muraille d’aujourd’hui

La muraille qui était auparavant un symbole de la nation pour 600 ans durant la dynastie Joseon a été graduellement oubliée du cœur des Coréens après la période coloniale japonaise et le bouleversement social. Du fait les murs près des portes ont été détruits, laisssant la porte toute seule à sa place. En raison de sécurité nationale, l’accès aux quatre montagnes était également interdit pour très longtemps.

Crête des quatre montagnes

Avec l’ouverture à nouveau des montagnes comme Namsan en 1994, Inwangsan en 1996 et Baegaksan en 2006, les habitants ont pu commencer à découvrir l’histoire de sa ville et son paysage en marchant au long de la muraille. Au sommet de la montagne Baegaksan, la vue des palais ou rue Yukjo se déploie avec le passé de 600 ans de Séoul.

En fait, c’est un endroit important en termes de la sécurité où les militaires sont stationnés, ce qui montre la tension de la situation du pays divisé. Fourmillé de petits musées et ateliers, le quartier Ihwa connu comme le village des peintures murales attire les yeux des touristes.

Versant de la montagne Namsan

Au sommet de Namsan par la rue Jangchungdong-gil, un paysage magnifique harmonisé des murs construits durant la période du règne de Taejo il y a 600 ans avec la nature entourée est attendu. Comme il est possible de découvrir la rivière Han, Gangnam et les points historiques sous les pieds, la promenade sur muraille de Namsan est un endroit à visiter essentiellement afin de connaître véritablement Séoul. A la descente, la porte Sungnyemun restaurée après l’incendie tragique attire les yeux.

Lorsqu’on monte sur la montagne Inwangsan en traversant la ville, un paysage du quartier Seochon appelé « Utdae » durant l’époque Joseon, du palais et du quartier Bukchon mélangé d’un charme de roche est attendu avec l’atmosphère historique de la ville.

Section de la montagne Inwangsan

La muraille n’est pas un mur simple mais a son importance. On peut apprendre la géographie séoulienne, le processus de la fondation de la capitale et l’histoire de la ville gravée sur la muraille. Plusieurs programmes organisés par Jongno-gu et Jung-gu permettraient aux touristes de comprendre mieux la ville.

La muraille de Séoul peut simplement être servie d’itinéraire historique. Dans l’époque Joseon, les habitants ont deviné l’avenir et ont fait des vœux en marchant autour du mur. Aujourd’hui, les Coréens rêvent toujours d’un espoir comme auparavant. En flânant auprès de la muraille, on peut apprécier l’énergie variée avec la saison et ressentir abondamment le soleil et le vent sur la peau.




Sentir Séoul 2 (La Création et financement d’un musée de thème)

Pour connaître l’histoire d’un pays, il faut aller aux musées. Ayant une longue histoire, Séoul abrite de divers musées qui nous permettent de se plonger dans l’ambiance séoulienne.

Musée de la Muraille de Séoul

La Muraille entourait auparavant l’ancienne ville de Séoul. Pour découvrir le mur d’hier et d’aujourd’hui depuis la fortification en 1396, il faut visiter ce musée situé au long de la rue Sunseong-gil entre le parc de muraille à Dongdaemun et Heunginjimun (porte de Dongdaemun). La salle d’exposition sur le 2e étage montre l’histoire de la muraille de sa naissance à la restitution, y compris la démolition.

Musée de la Muraille de Séoul

Musée historique des Hanoks d’Eunpyeong

Le musée historique des Hanoks d’Eunpyeong possède les contenus culturels concernant Hanok, maison traditionnelle coréenne, et la relique historique avec le développement d’Eunpyeong New Town. Il y a trois salles d’exposition : salle d’exposition permanente avec une histoire du quartier ; salle d’histoire avec la relique fouillée durant le développement de New Town ; salle de Hanok avec la maison traditionnelle, le processus de construction de la maison et les traits scientifiques et écologiques.

Musée d’histoire de Hanok à Eunpyeong

Musée de la médecine coréenne de Choonwondang

Si la maison traditionnelle coréenne est Hanok, Hanbang désigne la médecine traditionnelle de la Corée. Le musée de la médecine coréenne de Choonwondang abrite une histoire vivante de médecine traditionnelle durant sept générations depuis 1847. Avec plusieurs objets concernant Hanbang, Choonwondang a ouvert ses portes en 2008 et organisé de diverses expositions pour partager avec les visiteurs le passé, le présent et le futur de médecine traditionnelle mais aussi ceux de la ville de Séoul.

Musée de la médecine coréenne de Choonwondang

Maison Gyeonggyojang

Le 26 juin 1946, le coup de feu s’est fait entendre à trois reprises dans une scène historique, la maison Gyeonggyojang. La grande figure de la Corée s’est éteinte. La maison Gyeonggyojang est un lieu d’histoire ayant servi de bureau du gouvernement provisoire coréen et d’une place de résidence de Kim Gu jusqu’à son assassinat.

Homme de politique et indépendantiste de la Corée, Kim Gu a participé à l’organisation du gouvernement provisoire coréen avec d’autres associations telles que Sinminhoe et Hanin aegukdan. En tant que chef du gouvernement provisoire de la Corée, Kim Gu a souligné la solidarité du peuple pour la réunification indépendante. Les Coréens considèrent aujourd’hui ce grand homme qui s’est efforcé pour son pays, comme un vrai chef de la Corée.

Séoul a restauré la maison Gyeonggyojang qui était déformée avec une salle d’exposition à l’intérieur afin de montrer facilement l’histoire du gouvernement.

Construit en 1938 par Choi Chang-hak qui a accumulé la fortune dans un secteur de l’exploitation des mines durant la période coloniale japonaise, la maison est à la fois servie de bureau du gouvernement provisoire coréen et de lieu de résidence de Kim Gu en 1945. Après la mort du chef en 1949 dans la maison, Gyeonggyojang est utilisé comme la maison de l’ambassadeur de Chine et de Viêt Nam et, après, comme l’hôpital en 1967. De ce fait, la maison a été intérieurement et extérieurement remodelée. Mais avec sa restauration, les visiteurs peuvent découvrir plusieurs contenus concernant l’histoire du gouvernement provisoire de la Corée : des reliques, des vidéos et un coin de recherche des informations.

Maison Gyeonggyojang

Musée de peinture folklorique de Gahoe

Avec l’ambiance traditionnelle de la Corée, le musée de Gahoe possède de diverses peintures folkloriques et talismans qui montrent la vie quotidienne et les rêves naïfs de la classe populaire. La salle d’exposition d’une architecture traditionnelle présente les traces du peuple du passé.

Musée Grévin de Séoul

Situé au bâtiment annexe Euljiro de la mairie de Séoul ayant un sens historique et architectural, un musée de cire à 4 étages, le plus grand en Asie a ouvert ses portes. Devenu l’icône touristique parmi les touristes asiatiques comme les Chinois, les Japonais, les Thaïlandais ou les Taïwanais, le musée Grévin est le premier musée de cire en Asie et ce qui compte beaucoup pour la Corée.

Les visiteurs peuvent voir de plus près les célébrités de la vague coréenne telles que des acteurs, des chanteurs ou des sportifs.

Musée Grévin de Séoul

Musée des cadenas traditionnels et musée de la paille et des produits de plante

Le cadenas traditionnel ou la paille ne sont pas des termes familiers même pour les Coréens. Le musée nous montre la beauté scientifique et esthétique des cadenas traditionnels.

En tant que matériaux d’une histoire la plus longue et populaire, la paille et les herbes étaient servies à construire des maisons, à fabriquer des vêtements ou des outils agricoles ou à lier un fardeau. Le musée présente de divers objets de paille.

Ces musées de divers thèmes qui abritent l’atmosphère de la ville se trouvent partout à Séoul. Découvrant ces musées, vous vous sentirez plus proches de la ville.




Sentir Séoul 1 (Les patrimoines futurs)

Il y a une chanson que tous les Coréens ont probablment écouté au moins une fois durant leur enfance : « Sur la voie lactée dans le ciel bleu, un petit bateau blanc… ». C’est une fraction d’une chanson figurée dans un premier recueil de comptines, la « Demi-lune », publié en 1924. Le compositeur, Yun Geuk-yeong était un pionnier des chansons d’enfants. La maison du compositeur situé à Suyu-dong, Gangbuk-gu est l’un des patrimoines futurs de Séoul. Yun a passé ses dernières années avec sa famille dans cette maison. Dans le cadre du projet de conservation des patrimoines futurs, la ville a ouvert en 2014 un espace d’exhibition et d’éducation de chanson d’enfants pour donner un souvenir aux habitants.

Maison du compositeur Yun Geuk-yeong dans le cadre du projet des patrimoines futurs de Séoul

« Les patrimoines futurs » sont les biens matériels et immatériels méritant d’être transmis aux générations futures, et qui gardent les histoires ou mémoires d’événements de Séoul pendant l’époque contemporaine. Mais là on peut se poser une question. Pourquoi désigner un patrimoine futur bien qu’il existe déjà des patrimoines culturels ?

En fait, beaucoup de patrimoines culturels de l’époque contemporaine ont besoin d’être financé et protégé alors que ce n’est pas vraiment. De ce fait, les patrimoines qui seraient digne d’être classé à l’avenir sont à présent en danger de disparition ou de démolition à cause du manque de reconnaissance. C’est pourquoi la ville a décidé de préserver les biens valorisés sous le nom de « patrimoine futur ».

Surtout, il faut ne pas oublier que Séoul se trouve au coeur de l’histoire de la Corée depuis plus de 2000 ans. Une vraie scène de l’histoire contemporaine depuis l’ouverture du pays en 1876 qui observait tous les événements importants dans l’histoire de la Corée : la guerre de Corée, la modernisation et l’industrialisation. Pour cette raison, Séoul abrite un bon nombre de places et de traces de personnages historiquement importantes, qui devraient figurer dans la liste de patrimoines futurs.

Fête de chanson d’enfants « demi-lune »

Entre 2013 et 2014, 1600 pièces ont été choisies par la coopération des citoyens et experts, et finalement 345 pièces ont été enregistrées comme des patrimoines futurs. Dans ce processus de choisir les patrimoines futurs, Séoul a profité de la capacité de ses habitants. Les possesseurs de patrimoines futurs reçoivent un certificat. La ville installe des panneaux sur les places de patrimoine futur pour que les habitants puissent comprendre la valeur de ces biens.

Pendant les deux dernières années, plusieurs biens de valeur sont enregistrés comme un patrimoine futur. Ces patrimoines sélectionnés gardent les mémoires et histoires nostalgiques des citoyens : un vieux salon de coiffure où un garçon allait avec son père, un moulin où l’on sentait de l’huile de sésame, une boutique de tailleur de 100 ans, un complexe industriel gardant les histoires de main-d’œuvre épuisé entre les années 1970 et 1980, ou encore un restaurant occidental où un homme a rencontré sa femme il y a 40 ans, etc.

L’engouement pour le retour du passé est dans l’air à l’heure actuelle. A titre d’exemple, une série télévisée appelée « Reply 1994 » a connu un grand succès en évoquant la nostalgie des années 1990. L’histoire de cette série a lieu à Sinchon et le café « Aigle » désigné en 2014 comme un patrimoine futur est apparu souvent sur l’écran. Dans les années 1970 et 1990, ce café était un endroit de rencontre pour les étudiants du quartier. Tout le monde qui étudiait dans une des universités du quartier connaissait ce café.

Le projet de patrimoine futur a pour but de découvrir et de préserver la valeur culturelle des biens qui possèdent les mémoires et émotions d’hier et d’aujourd’hui. Les habitants qui veulent partager les biens de l’époque contemporaine avec un grand public peuvent toujours faire une proposition via le site des patrimoines futurs de Séoul. Partagez vos mémoires avec les autres pour les protéger pour 100 ans à venir.




Ce que vous devez voir à Séoul 7 (Fashion Week de Séoul)

La Faishion Week de Séoul, organisée par le Gouvernement Municipal de Séoul et dirigée par la Fondation du Design de Séoul, est non seulement le plus grand défilé de mode de la Corée, mais aussi un événement d’affaires pour les designers coréens. L’un des clous de ce festival est le programme intitulé la « Prochaine Génération (Next Generation) » qui met en valeur les collections de designers de marques indépendantes avec l’expérience de 1 à 5 ans. Alors, ce programme est un banc d’essai pour les designers des générations futures.

Au cours de la Fashion Week de Séoul, les designers dévoilent leurs nouvelles lignes de vêtements pour la prochaine saison, les acheteurs planifient leur prochain achat et les médias commentent sur chaque designer et collection. La semaine de la mode donne aux designers une énorme occasion de commercialiser leurs vêtements et faire connaître leur marque en Corée et à l’étranger. Les célébrités, qui assistent aux défilés de mode, attirent également beaucoup de gens à l’intérieur et à l’extérieur de la salle de défilé de mode.

La Fashion Week de Séoul a été créée avec l’objectif de devenir la cinquième grande semaine de la mode internationale après New York, Paris, Londres et Milan et s’est concentrée sur la formation des nouveaux designers et le soutien des designers internationaux.

Depuis 2008, la semaine de la mode à Séoul a inclus le programme intitulé la « Prochaine Génération », qui met en valeur le travail des designers pleins d’avenir qui travaillent en la matière depuis moins de 5 ans. Ce programme offert le financement, les mannequins et la direction. En 2010, la Fashion Week de Séoul a également ajouté le programme intitulé « 10 âmes de Séoul (Seoul’s 10 Soul) », dans lequel 10 designers ayant la compétitivité internationale sont sélectionnés et reçoivent un appui en matière de marketing international.

Grâce à ces programmes, les nouveaux designers compétents entrent en scène et les acheteurs et les médias étrangers ont commencé à s’intéresser au festival. Depuis 2010, le nombre d’acheteurs et de médias étrangers qui visitent la Fashion Week de Séoul a continué d’augmenter et s’est accru beaucoup avec l’ouverture du Dongdaemun Design Plaza (DDP) en 2014. Avec l’émergence de la Fashion Week de Séoul, son objectif de devenir la cinquième semaine de la mode internationale pourrait être atteint.

Chaque année, environ 1,000 acheteurs et journalistes étrangers visitent la Corée pour la Fashion Week de Séoul. Ces visiteurs, qui sont les leaders de leur secteur, stimulent l’économie locale pendant leur séjour à Séoul et font connaître la tendance de la mode coréenne sur les réseaux sociaux après leur rentrée. Ces activités ont des effets publicitaires qui ne peuvent pas être convertis en valeur monétaire.

L’industrie de la mode de Séoul a connu de grandes difficultés au cours des dernières années en raison de la dépression économique et l’entrée des marques internationales de la « fast fashion » dans le marché coréen. Des designers coréens tournent les yeux à l’étranger pour trouver une solution parce que le marché coréen arrive déjà à saturation. La Fashion Week de Séoul peut donner une réponse à ces designers.

La K-fashion, la mode coréenne diffusée par la K-pop et le K-drama (séries télévisées coréennes) est déjà devenue une tendance parmi les consommateurs asiatiques. Désormais, la Corée devrait faire des efforts pour que les marques et les designers coréens représentant la K-fashion s’attaquent au marché mondial.

La Fashion Week de Séoul fait connaître la mode de Séoul dans le monde et elle est devenue un symbole d’espoir et d’inspiration pour les designers et les designers futurs. Ce festival contribue à introduire non seulement le design avancé de Séoul, mais aussi l’écosystème de la mode centré sur Dongdaemun, y compris les techniques de couture de premier ordre. C’est la raison pour laquelle la Fashion Week de Séoul n’est pas considérée comme un simple défilé de mode, mais un évènement d’affaires qui joue un rôle de locomotive dans l’économie coréenne du futur.




Ce que vous devez voir à Séoul (Festival International du Dessin Animé et du Film d’Animation de Séoul (SICAF))

Aujourd’hui, la Hallyu, la vague coréenne, ne cesse de gagner du terrain dans le monde. De nombreux pays étrangers s’intéressent aux feuilletons coréens, fer de lance de la vague coréenne. Un feuilleton coréen intitulé Misaeng, qui raconte les problèmes, les joies et les peines des employés, a acquis une grande popularité.

Cette série télévisée est en fait basée sur une bande dessinée du même nom. Cette bande dessinée a été très populaire chez les personnes d’âge de 10 à 39 ans, ce qui a conduit à la production du feuilleton. Maintenant, cette série télévisée s’exporte dans le monde.

La Corée du Sud est un pays puissant en matière de dessin animé au point que son chiffre d’affaires des années 1970 et 80 se situe au 3ème rang dans le monde après les États-Unis et le Japon. Dans le passé, l’industrie du dessin animé de la Corée a été dominée par la sous-traitance provenant des pays étrangers en basant sur les faibles coûts de main-d’œuvre de la Corée. Cependant, aujourd’hui, elle crée des dessins animés basés sur les technologies avec ses propres personnages et ses histoires originales. Ces dessins animés ont obtenu un grand succès non seulement en Corée, mais aussi à l’étranger. Notamment, « Pororo le petit pingouin », surnommé « Mickey Mouse de la Corée », est un personnage aimé des enfants coréens pendant plusieurs années. Le petit pingouin est souvent appelé « Potongryeong », qui est une combinaison des termes « Pororo » et « daetongryeong » (signifiant ‘présiden’ en coréen). En plus de Pororo, l’industrie du dessin animé de la Corée a créé de nombreux œuvres réussis tels que « Robocar Poli », « Tayo, le petit bus », « Lava » et « Tobot », voire « Turning Mecard » qui a récemment connu une popularité.

Pour faire connaître la culture du dessin animé de la Corée, le Festival International du Dessin Animé et du Film d’Animation de Séoul (Seoul International Cartoon & Animation Festival, SICAF) se tient chaque année en mai à Séoul pendant 6 jours.

Le Festival International du Dessin Animé et du Film d’Animation de Séoul est très connu pour être le plus grand festival du dessin animé et du film d’animation où se réunissent tous les acteurs coréens en la matière comme dessinateurs, maisons d’édition de bandes dessinées, studios d’animation, animateurs, professeurs de bande dessinée et de film d’animation dans les universités.

Ce festival s’est composé du festival du film d’animation, d’expositions dessins animés, d’vènements et de conférences. En particulier, le SICAF est parmi les 5 festivals de films d’animation du monde et plus de 1000 films sont soumis chaque année à travers le monde. Fondé en 1995, le SICAF célèbre son 19ème anniversaire en 2015 et est devenu un évènement représentatif de Séoul en attirant plus de 300,000 visiteurs au cours des deux dernières années.

Ce festival a lieu sur la Place de Séoul situé devant l’Hôtel de ville de Séoul qui est le centre de l’administration de Séoul, et à Myeong-dong, qui est le cœur de la culture et du tourisme. La scène principale, des stands d’expositions, la scène des évènements sont installés sur la pelouse de la Place de Séoul et accueillent des divers évènements au cours de la période du festival. En particulier, le talk-show des caricaturistes mis en place sur la scène principale et la séance d’autographe des auteurs de bande dessiné, des ventes aux enchères des collections privées des auteurs et le dessin en direct du dessinateur connu pratiqués sur la scène des évènements sont très impressionnants.

En outre, le SICAF permet aux visiteurs de voir les dessins animés et les films d’animation renommés à l’échelle mondiale en un seul endroit, ce qui est l’une des principales attractions de la SICAF. Ces œuvres célèbres contiennent leur culture unique, leur idéologie et leur philosophie de l’art et racontent l’histoire qui attire la sympathie des gens à travers le monde.

En plus d’une expérience obtenue par les dessins animés produits par les États-Unis et du Japon, ce festival permet aux visiteurs de stimuler leur imagination et de sortir des sentiers battus à travers les diverses technologies de production et la créativité. Le Festival International du Dessin Animé et du Film d’Animation de Séoul est une bonne occasion de mesurer le niveau du dessin animé de la Corée.




Ce que vous devez voir à Séoul 5 (Festival des Lanternes de Séoul)

La rivière Cheonggyecheon éclaire la nuit avec des lanternes

La rivière Cheonggyecheon dans le centre de la ville était une partie intégrante de la vie des gens pendant des centaines d’années depuis l’ère Joseon. Elle était recouverte et transformée en route, mais elle a été restaurée par le Gouvernement Métropolitain de Séoul avec un projet mis en place durant la période 2003 – 2005, qui a supprimé la route et restauré le cours d’eau. Aujourd’hui, la rivière Cheonggyecheon est devenue la principale attraction de Séoul grâce à ce projet.

La rivière Cheonggyecheon est un espace public qui reste ouvert toute l’année. Elle est souvent fréquentée par les travailleurs des bureaux à proximité pour faire une courte promenade et prendre du repos pendant la pause déjeuner. En été, elle devient un lieu de repos agréable où les gens trempent leurs pieds dans l’eau fraîche et oublient la chaleur. Elle est également un lieu où les voyageurs fatigués peuvent se détendre et retrouver leur calme en échappant à la ville bondée.

Devenue une véritable oasis de calme dans la ville, la rivière Cheonggyecheon attire les citoyens pendant le printemps, l’été et l’automne avec sa verdure et ses eaux cristallines. En hiver, si vous croyez que le froid dépeuple la rivière Cheonggyecheon, c’est une erreur parce que des lanternes en tous genres exposées durant la période du Festival des Lanternes de Séoul captivent les passants. Pendant le festival, la vue nocturne de la rivière Cheonggyecheon est plus brillante que Myeong-dong durant la journée.

Le Festival des Lanternes de Séoul qui a lieu chaque année à partir du premier vendredi au troisième dimanche de novembre, est l’un des festivals d’hiver les plus populaires de Séoul. Pendant 17 jours, la rivière Cheonggyecheon est illuminée tous les soirs par des lanternes traditionnelles et modernes, dont chacun a sa propre histoire. Pendant cette période froide et contrairement à ce que vous croyez, la rivière Cheonggyecheon est grouillante de visiteurs.

Le Tourisme à Séoul à travers des Illuminations

Chaque année, le festival se tient sous un thème différent et chaque thème est lié à Séoul. Le thème du Festival des Lanternes de Séoul 2015 est le « Tourisme à Séoul à travers des Illuminations ». Commencé avec les lanternes, le festival permet également aux visiteurs de découvrir plus de 600 œuvres d’art exposées sous les 4 thèmes : « la Beauté Antique à Séoul », « la Vie du Passé rencontrée à Séoul », « la Figure de Séoul d’Aujourd’hui » et « Ensemble, Séoul ». Ces lanternes sont exposées sur la rivière Cheonggyecheon sur 1,2 kilomètre de long, de la Place Cheonggye au Pont Supyogyo.

Le Festival des Lanternes de Séoul était initialement un festival pour des lanternes traditionnelles, mais au fil du temps, il s’est transformé en festival plus compréhensif qui comprend désormais des œuvres numériques en LED, des œuvres du light art et des lanternes en forme de personnages de dessins animés populaires. Cela montre bien l’harmonie entre la tradition et la modernité et s’accorde bien avec le premier thème du festival « la Beauté Antique à Séoul », qui met l’accent sur l’élégance antique des lanternes et la beauté moderne des LED.

En attirant les visiteurs de tout âge, le Festival des Lanternes de Séoul est devenu une fête très populaire pour les familles et les amoureux.

La fête des lanternes par thème

D’abord, on peut commencer par « Ilwoldo », la principale œuvre du premier thème de « la Beauté Antique à Séoul ». Ilwoldo est un type de peinture qui a été installé à l’arrière du trône du roi dans les palais ou utilisé comme toile de fond du portrait du roi pendant la période Joseon. Au festival, on peut découvrir la beauté antique traditionnelle coréenne réalisée par la technologie numérique LED qui montre comment le soleil devient la lune et la lune devient le soleil.

De plus, on peut découvrir des œuvres d’art qui recréent le Village Hanok de Namsangol et le Village Hanok de Bukchon, qui sont les plus beaux quartiers traditionnels à visiter à Séoul. Les autres pièces phares sont des lanternes en forme de véritables marchands et de magasins de Séoul, qui montrent leur cœur chaleureux.

Une autre section populaire du Festival des lanternes de Séoul sont les lanternes des collectivités locales et des artistes étrangers. En 2015, Pyeongchang-gun, Yangpyeong-gun, Haenam-gun et Goseong-gun de Gyeongsangnam-do présentent des lanternes représentant leurs caractéristiques régionales. Dans ce festival sont également exposés des lanternes provenant de l’extérieur de la Corée comme celles de Cheongdu et de Changsha, villes de la Chine, de la préfecture d’Aomori, au Japon, de Taipei, de la capitale de République de Chine, de l’ambassade américaine en Corée du Sud et de l’administration du tourisme des Philippines.

Des lanternes traditionnelles recréant les sites touristiques à Séoul, des lanternes modernes brillantes, aux œuvres du light art, voire les lanternes présentées par les collectivités locales et les villes étrangères, le Festival des Lanternes de Séoul, qui illumine la nuit de Séoul, est un festival à visiter absolument.

Pour plus d’informations, visitez le site officiel du Festival des Lanternes de Séoul (http://seoullantern.visitseoul.net/).




Ce que vous devez voir à Séoul 4 ; (Quatre festival culturel majeur de Séoul, Festival du Tambour de Séoul)

Créé en 1999, le Festival des Tambours de Séoul a célébré son 17ème anniversaire cette année. Le festival 2015 a eu lieu sur la Place de Séoul pendant 2 jours, les 7 et 8 août, sous le thème « Célébrer l’indépendance à ma façon, avec mon propre tambour ! » en commémorant le 70ème anniversaire de la libération de la Corée de la domination coloniale japonaise. Les batteurs talentueux et brillants (3 équipes étrangères et 4 équipes coréennes) ont rempli la place en offrant des spectacles fantastiques au rythme des battements de leur tambour.

BLAST, l’une des équipes de percussions les plus reconnues au monde, a également participé au festival. Cette équipe, composée de 11 membres, a accumulé 200 000 vues sur sa chaîne Youtube et a donné plus de 100 00 concerts dans le monde entier. Elle a joué les différents styles de musique, tels que de la musique classique, du jazz, de la pop, du rock ‘n’ roll et de la techno, avec une danse spectaculaire, ce qui a donné un spectacle grandiose qui doit être aussi bien vu qu’entendu.

De plus, Aquiles Priester, qui joue principalement au Brésil, est l’un des meilleurs batteurs de heavy metal du monde et est respecté par tous. Son spectacle hard core a attiré tous les spectateurs avec une énergie puissante.

Les 4 équipes de batteurs coréens, qui sont aussi géniales que les artistes étrangers et qui savent également conquérir la scène, ont participé au festival. Son Star, batteur du célèbre groupe de rock coréen, Cherry Filter, était parmi eux. Pour célébrer le 19ème anniversaire de son début professionnel, il a donné un magnifique concert avec une batterie électronique.

En outre, Drum Cat, premier groupe féminin de percussions coréen, a donné un spectacle de tambour tout en énergie et en délicatesse. Balkwang, groupe créatif de percussions, qui s’implique dans les échanges musicaux à travers le monde, a conquis la scène avec un spectacle original et passionnant. Visant à préserver et développer la percussion traditionnelle coréenne, l’Institut de Percussions Traditionnelle a enchanté l’ouïe des spectateurs avec des rythmes et des sons traditionnels coréens.

Pour présenter l’un des meilleurs spectacles, le festival 2015 a préparé un écran géant LED et la scène été élargie par rapport à celle de l’année précédente. Cette nouvelle scène a été également équipée de luminaires et d’un système audio de qualité, ce qui a offert aux artistes l’environnement idéal et permis aux spectateurs d’avoir un souvenir inoubliable.

Le jardin de la nuit de la Place de Séoul est fourni avec un système audio et des illuminations pour que les visiteurs puissent profiter du festival autant la nuit que la journée. Le Festival du Tambour de Séoul de cette année a atteint un très haut niveau de spectacle en présentant une nouvelle fusion entre l’exposition et le spectacle.

Cet été, oubliez la chaleur avec la visite du Festival de Tambour de Séoul organisé sur la Place de Séoul.

Pour plus d’informations, visitez le site officiel du Festival du Tambour de Séoul (http://www.seouldrum.go.kr) ou contactez le Service de la Culture et des Arts du Gouvernement de Métropolitain de Séoul (82-2-2133-2571).




Ce que vous devez voir à Séoul 3 ; (Quatre festival culturel majeur de Séoul, la nuit culturelle de Séoul)

L’une des principales raisons pour lesquelles les étrangers veulent visiter Séoul est sans doute de profiter de la vie nocturne et de la culture de la ville, sans parler de ses attractions de jour. La culture est littéralement partout. Partout dans la ville, il y a beaucoup d’endroits où les gens peuvent profiter des spectacles toute la nuit, monter une tente et faire du camping, ou se joindre à des visites culturelles de nuit. Une fois que le soleil se couche, les magasins à Seoul se préparent activement à accueillir les clients au moment où la plupart des magasins des pays étrangers seraient fermés. Pour eux, le véritable business commence dans la soirée. Séoul est toujours dynamique nuit et jour.

En particulier, « la nuit culturelle de Séoul », un festival culturel où l’on peut profiter de la vie nocturne de Séoul, se déroule une fois par an, le dernier vendredi et samedi d’août sur la Place de Séoul et au Dongdaemun Design Plaza (DDP). Ce festival attire des noctambules sud-coréens, mais aussi des noctambules étrangers. Cela prouve également que la sécurité est assurée à Séoul même à la nuit.

Organisée sous le thème de « Séoul, la recharge culturelle d’une nuit d’été », la nuit culturelle de Séoul 2015 a été composée de 4 programmes principaux : Seoul Baekjung Nori (le festival folklorique d’été qui s’est tenu sur la Place de Séoul), la Fête des Chouettes (au Dongdaemun Design Plaza), la Place des Citoyens (sur la Place de Séoul) et la Visite Culturelle (15 lieux culturels à Séoul).

Seoul Baekjung Nori, une interprétation moderne des divers évènements folkloriques qui ont lieu le jour du Baekjung, le 15 juillet du calendrier lunaire, est composé du Ganggangsullae (une danse du cercle traditionnelle coréenne qui se pratique lors de la pleine lune avec une musique folklorique jouée avec des instruments traditionnels), du Gilnori (une parade traditionnelle dans la rue qui se pratique avant l’évènement principal), des spectacles traditionnels, un programme permettant d’essayer des instruments de musique traditionnels et le dîner commun. La Fête des Chouettes est quant à lui, un spectacle unique de nuit avec les musiques populaires du monde aimées par.

La Place des Citoyens est le lieu pour divers programmes culturels : faire du camping, louer ou acheter des livres pour lire, faire du shopping sur les marchés culturels et découvrir des jeux traditionnels coréens. La Visite Culturelle est un programme de visites guidées qui permet aux participants de se promener dans les ruelles typiques de Séoul comme Seochon, Dongdaemun, Hwanghak-dong et Haebangchon, et de visiter les quartiers historiques tels que le sentier (Dulle-gil) sur la montagne Naksan et la muraille de Séoul.

En particulier, la « Fête des Chouettes », organisée dans un théâtre en plein air du Dongdaemun Design Plaza, est un ajout à l’évènement de cette année afin de renforcer le programme mis en place toute la nuit. Quinze musiciens de divers pays, y compris Kalascima, Hareem, Gypsy and Fish Orchestra et Kingston Rudieska, ont donné un concert tout au long de la nuit.

Seoul Baekjeong Nori, qui a eu lieu sur la Place de Séoul, a donné aux participants l’occasion de découvrir les différents aspects de la culture coréenne traditionnelle avec la musique traditionnelle coréenne, gugak, au clair de lune ; profiter des spectacles traditionnels et du Gilnori, jouer des instruments de musique traditionnels et pratiquer le Ganggangsullae. Ajoutés aux programmes, le camping au milieu de la ville, le concert de livre et la projection de films ont enrichi les nuits d’été à Séoul lors de ce festival.

En outre, le Musée d’Histoire de Séoul, le Musée d’Art de Séoul et environ 80 lieux culturels sont restés ouverts jusqu’à 22 heures pour donner plus de chances de visiter aux citoyens qui n’ont pas accès à ces lieux de leur heure d’ouverture.

Le programme de la Visite Culturelle de cette année, qui a présenté aux participants de nombreux joyaux cachés de Séoul comme Seochon, Dongsung-dong, and Haebangchon, s’est concentré sur les zones qui avaient reçu les commentaires les plus positifs des participants du programme de l’année dernière et s’est basé sur deux thèmes principaux : le Tour de la Culture des ruelles et le Tour de la Culture et l’Histoire.

Les horaires et les programmes détaillés de la nuit culturelle de Séoul peuvent être consultés sur le site officiel (www.seoulculturenight.com) et sur la Facebook (www.facebook.com/seoulopennight) ainsi qu’auprès du Service de la Culture et des Arts du Gouvernement Métropolitain de Séoul (☎82-2-2133-2571).