Si 3 000 personnes perdent trois kilos, neuf tonnes de riz seront distribuées à nos voisins dans le besoin

36_어려운이웃_130630

Défi : Projet d’un poids santé 3.3.3

Date : 30 juin 2013
Lieu : Hall polyvalent de la Mairie de Séoul

Merci d’être venus si nombreux pour participer au « Projet d’un poids santé 3.3.3 » de Séoul, alors qu’il fait chaud et que vous êtes en vacances.

Avez-vous regardé les nouvelles hier ? Vous avez dû être choqués par les résultats de l’enquête menée par la ville de Séoul en 2012 sur l’état de santé de la communauté locale, n’est-ce pas ? C’est préoccupant, non ? C’est pour cela que nous sommes réunis aujourd’hui pour perdre du poids. Vous avez pris une très bonne décision ! Moi aussi, je voudrais vous rejoindre.

Plusieurs personnes ont contribué à l’organisation de ce projet. Monsieur Kim Hyeok-su, le président de Korea Yakult, qui a promis de distribuer la même quantité de riz que le poids que vous perdrez, Monsieur Han Wan-hee, le président de Big Week, qui prévoit d’offrir des prothèses de jambe, Monsieur Kim Byeong-yong le président de Naumcare, qui soutiendra le programme de gymnastique pour les citoyens, merci beaucoup pour l’aide que vous avez apportée.

Si chacune des 3 000 personnes perd trois kilos, cela fera en tout neuf tonnes. La ville de Séoul sera alors plus légère de neuf tonnes et la même quantité de riz sera fournie à nos voisins dans le besoin. En tant que participant numéro un, je compte faire beaucoup d’efforts. Je vais me peser aujourd’hui, et je vous promets de perdre trois kilos au cours des trois prochains mois et de maintenir ce poids pendant les trois mois qui suivront.

Selon les études du Service national d’assurance maladie, les coûts dus à l’obésité s’élèvent à près de 2,0619 trillions de wons, soit 6,63 % du budget total pour les maladies, tandis que les coûts sociaux engendrés atteignent environ 1,0017 trillions de wons. Ces chiffres sont la preuve de l’importance de combattre l’obésité pour les particuliers et la société. D’après une étude, perdre plus de deux centimètres de ventre permet de prolonger l’espérance de vie de trois ans en moyenne et d’améliorer la mémoire. Le maire de New York, Michael Bloomberg, a aussi accordé la priorité à ses nombreuses mesures sur la santé, y compris celles sur l’obésité, ce qui a permis d’améliorer la santé des citoyens de New York.

Comme vous le savez tous, la santé prime avant tout. Afin de réaliser ce projet d’un poids santé 3.3.3, partagez vos informations, perdez du poids et faites des dons. Nous ferons ainsi d’une pierre trois coups. Ce projet de partage et de régime sera un succès.

J’applaudis tous les citoyens pour avoir relevé le défi et pour leur esprit de partage. Agissons ensemble ! Merci.




Vous n’aurez aucune difficulté à vivre ensemble à Séoul, une ville cosmopolite

Discours à la cérémonie d’ouverture du Seoul Global Center

Date : 21 juin 2013
Lieu : Seoul Global Center

Mesdames et messieurs, je suis Park Won-soon. Je suis vraiment heureux d’inaugurer le Seoul Global Center au sein de notre ville cosmopolite qui regroupe environ 4 000 familles multiculturelles et étrangères.

Je tiens à remercier Madame Jasmine Lee, Députée à l’Assemblée nationale, Monsieur Luis Arias Romero, Ambassadeur d’Espagne, Monsieur Shaukat Ali Mukadam, Ambassadeur du Pakistan, Monsieur Phasana Puthikampol, ambassadeur de Thaïlande, Madame Amy Jackson, Présidente de la Chambre de commerce et d’industrie des États-Unis, les représentants des communautés étrangères et vous tous pour votre présence aujourd’hui.

Toutes les institutions internationales sont regroupées dans le Seoul Global Center et nous y attendons une forte entraide entre ces différents groupes. Nous avons commencé les travaux en 2008 et nous avons inauguré le bâtiment au début de cette année. Depuis, des institutions nationales et internationales y ont emménagé. Aujourd’hui, nous pouvons y trouver le Seoul Global Center et le Bureau d’Immigration qui fournissent de l’aide aux étrangers qui souhaitent s’installer en Corée. Parmi les institutions internationales, on peut noter le centre global de résolution des disputes, Citynet et le Bureau commercial et administratif de l’ambassade d’Espagne. D’autres organisations ont prévu d’y emménager dans les prochains jours.

Séoul s’engage particulièrement à attirer les institutions internationales au sein de la ville. Grâce à l’inauguration de ce bâtiment, nous espérons que de plus en plus d’organisations viendront s’y installer. Nous pourrons ainsi renforcer la compétitivité de Séoul avec des professionnels étrangers créatifs.

L’échange d’expériences, d’informations et de cultures entre les organisations résidant dans ce bâtiment sera le point de départ pour faire de Séoul une ville cosmopolite. Cela aidera également les industries de services à haute valeur ajoutée, un des nouveaux moteurs de croissance pour l’avenir, à se développer.

Bientôt, la société coréenne comptera 1 000 000 familles multiculturelles ou étrangères. Tenant compte de cette prévision, la Ville de Séoul s’engagera à créer un environnement où les Coréens et les étrangers pourront coexister sans aucune difficulté et à devenir une ville cosmopolite où il est facile de faire du business. Je vous remercie.




Amusez-vous le samedi

Discours d’ouverture de la « Surprising Saturday Seoul Expo 2013 »

Date : 15 juin 2013
Lieu : Place de Séoul

Chers parents, chers jeunes, merci d’être ici avec nous. Je suis heureux de me joindre à vous pour célébrer le début de la « Surprising Saturday Seoul Expo » sur la Place de Séoul dans le centre-ville.

Cette exposition a pour but d’exposer les enfants à de nombreuses expériences merveilleuses pour qu’ils deviennent des adultes extraordinaires. « Les enfants ne vont pas à l’école le samedi et le dimanche, comment devons-nous passer ce temps avec eux ? » Cette question préoccupe les parents et même les enfants. La Ville de Séoul s’était déjà posé cette question avant que la semaine scolaire de cinq jours soit imposée dès le 1er mars.

L’année dernière, nous avons fait plusieurs essais et expériences pour faire du samedi une journée amusante et nous voudrions partager les résultats avec vous aujourd’hui. Pendant une semaine, de nombreuses activités pour les jeunes se dérouleront partout dans la ville.

Nous avons prévu beaucoup de programmes encourageant la participation des jeunes, qui ont planifié et organisé certaines activités eux-mêmes. La ville de Séoul a aussi travaillé en partenariat avec d’autres régions pour que les jeunes venant d’autres villes puissent passer un bon samedi dans la capitale.

Cette exposition est uniquement réservée à nos jeunes ! Participez, jouez et apprenez.

Je tiens à remercier tous ceux qui ont contribué à l’organisation de la « Surprising Saturday Seoul Expo ». Amusez-vous bien les jeunes !




Mille potagers cultivés par dix millions d’agriculteurs

44_도시텃밭_130530

Discours pour la cérémonie d’ouverture du 2e Salon de l’Agriculture urbaine de Séoul

Date : 30 mai 2013
Lieu : Place de Séoul

Mesdames et messieurs, je suis Park Won-soon et je souhaite la bienvenue aux citoyens de Séoul qui sont venus au 2e Salon de l’Agriculture urbaine de Séoul.

J’ai déclaré l’année dernière au potager de Nodeul que 2012 sera l’année du lancement de l’agriculture urbaine pour que Séoul en devienne sa capitale. Je suis devenu ainsi un agriculteur urbain qui cultive des clémentines, des kales et des laitues dans un potager à deux étages dans son bureau. Ces clémentines sont vraiment délicieuses. Je cultive également des tomates et des piments, mais ils sont encore trop petits pour les manger. Chaque matin, je regarde mes plantes pousser petit à petit et je sens la vie s’épanouir en elles.

À Séoul, il existe 1 600 potagers urbains. Nous avons même essayé l’apiculture sur le toit de l’Hôtel de Ville et nous avons établi l’École de l’agriculture urbaine de Séoul pour que les citoyens puissent facilement apprendre les techniques agricoles. Environ 3 300 citoyens ont reçu une formation dans cette école. Ils cultivent leurs produits dans des fermes, sur les toits ou dans des vérandas dans leur appartement en respectant un esprit de solidarité qui donne la vie.

Grâce à ce salon, nous souhaitons faire entrer l’agriculture urbaine dans notre vie quotidienne et dynamiser cette industrie.

Le 2e Salon de l’Agriculture urbaine de Séoul a été planifié et préparé par nos concitoyens et permettra de mettre en place « mille potagers qui seront cultivés par dix millions d’agriculteurs », le thème de cette foire. Dès la planification du salon, nous avons collaboré avec les citoyens et les associations concernées. Nous avons reçu des propositions à propos des programmes et organisé onze séances de discussion avec l’Association des agriculteurs urbains et un comité d’experts. Grâce à ces efforts, 50 associations ont décidé de participer à ce Salon qui se déroule dans plusieurs endroits, dont la Place de Séoul, le potager de Nodeul sur l’île de Nodeul et le potager de Hannae dans le quartier de Geumcheon. Je vous invite donc à découvrir l’agriculture urbaine, un secteur qui se développe à une vitesse impressionnante dans notre ville.

Des événements culturels ou artistiques sont également prévus au programme, par exemple un symposium international avec la participation d’experts japonais et taïwanais de l’agriculture urbaine, des ateliers adaptés à tous les niveaux ou encore des concerts d’artistes qui sont aussi agriculteurs urbains. J’espère que ce festival amusant vous plaira. Je voudrais profiter de l’occasion pour exprimer ma gratitude pour tous les agriculteurs urbains de Séoul qui ont donné de leur personne pour planifier et organiser ce Salon.

Chers citoyennes et citoyens de Séoul, le Salon de l’Agriculture urbaine est un festival qui rassemble toutes les figures majeures de ce secteur. Je vous invite à vous amuser pleinement. Votre participation est un élément essentiel pour faire de Séoul un grand potager et une ville pleine de solidarité et de vitalité.

Est-ce que vous êtes prêts ? Je vous remercie




Toute de la ville doit s’efforcer d’assurer de meilleurs services de garde d’enfants

Cérémonie d’ouverture pour l’association de quartier pour la garde d’enfants

Date : 16 mai 2013
Lieu : Salle de réunion principale de la Mairie de Séoul

Mesdames et Messieurs les Directeurs d’associations de quartier pour la garde d’enfants, je suis heureux de vous souhaiter la bienvenue ici. Il y a de cela un mois, un enseignant d’une crèche publique à Busan a frappé des enfants. Cet incident a été largement relayé dans les médias et a suscité l’indignation et l’inquiétude de parents partout dans le pays. Grâce à vous, les directeurs d’associations de quartier, nous n’avons plus aucune raison de nous inquiéter.

L’année dernière, j’ai visité la ville de Yokohama au Japon, qui est réputée pour la qualité de ses services de garde d’enfants. Le maire de Yokohama m’a dit qu’il n’a jamais rencontré de problème grâce aux coordinateurs de garde d’enfants, qui recommandent des crèches fiables et fournissent des renseignements aux parents.

C’est ce que vous allez faire. Vous évaluerez la situation actuelle, les particularités, les méthodes d’enseignement et les personnalités des enseignants de chaque crèche du quartier afin de répondre aux questions des parents. J’espère également que vous serez en mesure de répondre à toute question concernant le nombre de places libres, la qualité des repas et les caractéristiques des enseignants.

Je vous avais promis de créer deux crèches dans chaque quartier et nous avons déjà dépassé cet objectif l’année dernière. Nous sommes parvenus à augmenter largement le nombre des crèches avec seulement un quart du budget prévu en mettant en valeur les espaces inoccupés et les immeubles à logements multiples en coopération avec le secteur privé.

Pourtant, il ne suffit pas d’augmenter le nombre de crèches. Il faut aussi prodiguer une éducation de qualité et des soins adéquats aux enfants et bien que ce soit la responsabilité des directeurs et des enseignants des crèches publiques, l’ensemble de la société doit également faire des efforts. Chers directeurs d’associations de quartier pour la garde d’enfants, vous pourrez fournir aux parents des renseignements sur les soins apportés à leurs enfants.

Notre aide est bien modeste par rapport à la contribution que vous apportez. Je me sens même coupable d’alourdir la charge de travail des coordinateurs de garde d’enfants qui devront désormais travailler avec les directeurs d’associations de quartier.

Malgré tout, je suis convaincu que nous ferons que ce projet qui nous aidera à préparer l’avenir de notre société sera un succès. Il y a un proverbe africain que j’aime bien : « Une mère seule ne suffit pas pour élever un enfant. Il faut d’autres enfants, d’autres adultes et même l’ensemble du village ». Je souhaite que vous puissiez mener les efforts communs pour assurer de meilleurs soins aux enfants. Merci.




Je suis fier de l’administration municipale qui encourage la participation des citoyens

Entretien avec « Monocle », magazine anglais

Date : 6 mai 2013
Lieu : Bureau du maire à l’Hôtel de Ville

Quels efforts faites-vous pour améliorer la qualité de vie à Séoul ? Pensez-vous qu’il y ait une solution à la surpopulation de la ville ?

L’élément fondamental est le bonheur des citoyens. L’essentiel de mon rêve ultime est de faire de Séoul une ville où il fait bon vivre.

Lorsqu’on examine le problème de la surpopulation, il est nécessaire d’adopter une approche diversifiée. Même si la surpopulation s’avère être un problème dans plusieurs domaines d’activités, elle a été à la base notre moteur de croissance. Aujourd’hui, plus de 10 millions parmi les 50 millions de Coréens vivent à Séoul. Si l’on retrace les tendances de la croissance de la population, on aperçoit un exode rural vers Séoul dans les années 60, c’est-à-dire pendant la période du progrès économique. Mais aujourd’hui, la population de Séoul est plutôt en baisse.

En 1960, Séoul comptait 2,45 millions d’habitants alors qu’en 1980 sa population était de 8,36 millions. En 2003, le nombre d’habitants s’est élevé jusqu’à 10,28 millions et a poursuivi son augmentation jusqu’à atteindre 10,46 millions en 2009. Ensuite, nous avons commencé à observer sa baisse à cause d’un faible taux de naissance et la construction de nouvelles villes satellites aux alentours de Séoul. En juin 2012, Séoul comptait 10,23 millions d’habitants.

Avec une telle concentration de la population dans les espaces urbains, les villes ont joué un rôle clé dans le progrès politique, économique et culturel, mais, en même temps, elles ont dû faire face à de multiples demandes et conflits. Au XXIe siècle, l’urbanisation est devenue un phénomène majeur et 60 % de la population mondiale est urbaine. À l’avenir, la population des villes représentera une grande majorité de celle de la planète.

J’ai eu la chance de multiplier les expériences aussi bien dans le secteur public que dans le secteur privé du temps où j’étais innovateur social avant d’être élu maire. Au cours de ma carrière, j’ai pu comprendre à quel point la communication, la coopération et le partage entre les différents secteurs étaient importants pour résoudre les problèmes sociaux complexes et créer de nouveaux changements.

La ville de Séoul continuera ses efforts pour résoudre les problèmes urbains et améliorer la qualité de vie en construisant des réseaux de coopération efficaces et productifs avec le gouvernement central, les sociétés privées et les citoyens.

Quels sont les perspectives et les objectifs de la politique environnementale de Séoul ?

Notre objectif est non seulement de faire de Séoul la capitale mondiale du climat et de l’environnement, mais également une ville qui produise de l’énergie et qui fasse circuler ses ressources. Afin d’y arriver, nous mettons en place un projet de « suppression d’une centrale nucléaire ». Nous économiserons pour cela de l’énergie grâce à un système de gouvernance environnementale et climatique où nous effectuerons des projets en partenariat avec les secteurs privé, industriel et public. Dans ce cadre, nous irons plus loin pour produire nous-mêmes de l’électricité à l’aide des nouvelles technologies et des nouvelles sources d’énergies renouvelables telles que les centrales photovoltaïques. Ainsi, nous pourrons économiser de l’énergie correspondant à 2 millions de tonnes d’équivalent pétrole (TEP).

Pour atteindre notre objectif de faire de Séoul la première ville mondiale en matière de recyclage, nous allons sensibiliser les citoyens à l’importance de la réutilisation et du recyclage. Nous allons également purifier l’air et l’environnement urbain qui ont des impacts directs sur la santé des citoyens. Séoul deviendra alors une ville respectueuse de l’environnement où les habitants et les visiteurs sont heureux.

Présentez-nous brièvement le contexte social et l’objectif de votre projet de « Suppression d’une centrale nucléaire », l’une des politiques énergétiques de Séoul.

Nous ne pourrons jamais oublier l’accident de la centrale nucléaire de Fukushima, cette tragédie qui a eu lieu chez notre voisin. Qu’avons-nous appris de cette catastrophe ? L’énergie sûre est désormais au centre du débat public. Nous souhaitons réduire les émissions de gaz à effet de serre pour laisser un Séoul sain et sûr aux générations à venir. Cette attitude est la leçon que nous avons tirée de la catastrophe nucléaire et elle est aussi la raison pour laquelle nous mettons en place le projet de « Suppression d’une centrale nucléaire »

La consommation énergétique de Séoul représente 10,9 % de la consommation nationale et sa part est en augmentation d’année en année. Pourtant, seulement 1,5 % de l’électricité consommée à Séoul est produite à partir des nouvelles énergies renouvelables. Cependant, Séoul ne produit encore que 2,8 % de l’énergie qu’elle consomme.

La suppression d’une centrale nucléaire nous permettra d’économiser 2 millions de TEP en énergie. En 2014, nous aurons réalisé une économie de 20,8 quadrillions de wons qui auraient dû être dépensés pour importer du pétrole. Également, nous aurons réduit les émissions de gaz à effet de serre de 6,06 millions de tonnes, ce qui correspond aux effets bénéfiques d’une forêt 1 295 fois plus grande que celle de l’île de Yeouido.

À l’aide de la « Suppression d’une centrale nucléaire », les citoyens apprendront à économiser de l’énergie pour un meilleur avenir. Séoul deviendra une ville productrice d’énergie comptant des « centrales solaires » sur tous les toits. Avec les citoyens, nous réaliserons ce miracle qui consiste à effectuer une économie d’énergie correspondant à celle produite par une centrale nucléaire et nous poursuivrons nos efforts même après avoir atteint notre objectif. C’est notre volonté et ce sera le résultat de ce plan.

Quelles orientations et quels plans envisagez-vous pour améliorer l’environnement de Séoul ?

Séoul est riche en ressources environnementales avec un parc national et des montagnes à l’intérieur et à l’extérieur de la ville. De plus, le merveilleux fleuve Han traverse notre ville. Malheureusement, nous ignorions leur valeur. Il est temps d’en prendre conscience.

Nous allons transformer Séoul en une ville admirable avec une nature extraordinaire. Les propositions de nos concitoyens seront prises en compte à chaque étape de notre travail et nous renforcerons leur collaboration pour que Séoul devienne la capitale mondiale du climat et de l’environnement.

D’ailleurs, nous continuons le projet de sensibilisation de nos citoyens à la réutilisation et au recyclage qui a pour objectif de faire circuler davantage les ressources au sein de la ville.

Nous organisons tous les dimanches le « Marché du partage et de l’espoir » à la place de Gwanghwamun, au cœur de la ville. Tous les troisièmes dimanches, le marché s’étend jusqu’à la rue Sejong qui est piétonnière afin d’attirer l’attention davantage de citoyens sur la pratique de la réutilisation et du recyclage.

Le changement du mode de consommation énergétique, l’amélioration de l’espace urbain, le partage qui prime sur la possession, l’importance de la réutilisation, sont des valeurs que nous devons répandre si nous voulons utiliser nos ressources de manière plus efficace. Notre mode de consommation responsable ne bénéficiera pas qu’à Séoul, mais aussi à la communauté internationale. Enfin, la réutilisation et une consommation énergétique efficaces donneront un nouvel élan à nos industries.

Quelles leçons pourriez-vous donner aux villes asiatiques qui connaissent une croissance fulgurante ?

Nous avons pu surmonter des crises grâce à notre « dynamique » et notre « créativité ». Ce sont, sans doute, aussi les moteurs d’innovation continuelle de Séoul.

Au niveau géopolitique, Séoul se situe entre le Japon et la Chine, c’est-à-dire au plein milieu d’un conflit entre la force maritime et la force continentale. Heureusement, nous avons su transformer cette instabilité en une « dynamique ».

Sa position géopolitique revêt une importance particulière, car elle peut jouer un rôle positif en tant que passage entre les deux forces maritime et continentale. Nous pouvons aussi dire que Séoul est une « plate-forme », ou un pont entre les civilisations.

Afin de maximiser cette influence positive, il fallait investir dans les ressources humaines. Cette croyance a été répandue dans la société et s’est traduite par une passion excessive à l’éducation des enfants. Cependant, nous savons que notre société est en phase de mutation. Les opinions exprimées lors d’un séminaire organisé à Beijing rassemblant les chercheurs des deux villes nous en montrent la preuve. « Nous avons réussi à mimer la modernisation occidentale. Mais cette mutation a été réalisée sur une période trop courte et a rendu notre vie malheureuse et instable. Il est désormais venu le temps d’une deuxième modernisation à l’orientale et les villes asiatiques doivent jouer le rôle de leader dans cette démarche. »

Séoul a accumulé de nombreux savoir-faire à travers ses succès et ses échecs. Maintenant, nous souhaitons les partager avec d’autres pays asiatiques et du monde entier.

Le déménagement du gouvernement central à la ville de Séjong aura-t-il un impact sur Séoul ?

Fondamentalement, le développement équilibré de chaque région d’un pays est une condition préalable du progrès national. De ce fait, je considère que le déménagement de l’Administration centrale à la ville de Séjong est souhaitable, tout comme la séparation entre Washington et New York, ou entre Washington et Boston.

Toutefois, nous devons conjuguer nos efforts dans de nombreux domaines. L’amélioration de la relation avec la Corée du Nord et le bien-être de chaque citoyen. Ce sont des éléments qui nécessitent une collaboration entre les gouvernements régionaux et le gouvernement central. La situation géographique ne saurait être une barrière dans cette démarche.

Quels sont les fruits de vos efforts dont vous êtes le plus fier ? Que voulez-vous maintenir jusqu’à la fin de votre mandat ?

Je pense à la stratégie de sortie pour le projet « New Town », la requalification des CDD en CDI, les frais de scolarité réduits de moitié, les trottoirs innovants et le système de bus nocturnes.

Depuis ma prise de fonction, j’ai essayé de travailler en respectant les principes de base même si cela demande un peu plus de temps. Je suis fier du système administratif qui encourage la participation des citoyens et des experts.




G-valley, le plus grand conglomérat d’industries de la connaissance fait naître l’espoir pour l’économie de Séoul.

58_G밸리

Forum politique pour améliorer les conditions pour les sociétés et générer de l’emploi à G-valley

Date : 2 mai 2013
Lieu : « Bureau du maire sur le terrain » située à G-valley

Mesdames et Messieurs, je suis Park Won-soon. Je tiens à remercier les industriels, les employés, les professeurs et tous les autres qui sont ici présents pour contribuer au développement de G-valley.

Aujourd’hui, j’ai discuté de principaux enjeux de G-valley au déjeuner avec les employés à la cantine, pendant la réunion d’information et lors de ma visite sur le terrain.

Lors du « Concert politique » du 17 avril dernier, nous avons pu partager nos avis sur la situation inquiétante de G-valley. Depuis cette réunion, nous avons commencé à partager les problèmes que vous avez remarqués avec des institutions concernées et des industriels. Ensuite, nous avons créé un « conseil pour le développement de G-valley » afin d’élaborer des mesures grâce à un débat intense. Une fois les grandes lignes tracées, nous les avons concrétisées sur le terrain. Certaines mesures ont commencé à porter leurs fruits tandis que d’autres sont toujours en cours pour l’instant.

Grâce à l’installation du « Bureau du maire sur le terrain », je souhaite que G-valley, le plus grand conglomérat d’industries de la connaissance, devienne une source d’espoir pour l’économie de Séoul. La G-valley évoluera à la fois en un espace envié par toutes les entreprises et un lieu de vie agréable.

Aujourd’hui, G-valley semble être promis à un bel avenir, et cela grâce à vos propositions constructives. Je vous remercie.




Séoul et Pékin écriront une nouvelle histoire d’amitié

Discours lors de la cérémonie d’ouverture du 20e anniversaire du jumelage de Séoul et de Pékin

Date : 21 avril 2013
Lieu : National Center for Performing Arts à Pékin en Chine

« Da jia hao ! », bonjour !

Monsieur Wang Anshun, maire de Pékin,
Mesdames et Messieurs les citoyens de Pékin,
Mesdames, Messieurs,
Je vous remercie de votre présence, malgré votre emploi du temps chargé, et je vous salue au nom des citoyens de Séoul.

Séoul s’est jumelé avec Pékin en 1993 et les deux villes célèbrent cette année le 20e anniversaire de leur jumelage. En fait, leur relation remonte même à plusieurs milliers d’années et c’est sur cette longue histoire que nous bâtirons une nouvelle histoire d’amitié.

J’ai lu dans les Analectes de Confucius que la force de la Dynastie Zhou résidait dans le fait qu’elle comptait de nombreuses bonnes personnes.

C’est vrai. Dans ce contexte, Pékin et Séoul possèdent déjà une grande richesse, car les deux villes sont riches en ressources humaines, dont tous ceux qui sont présents ici en sont la preuve. Elles deviendront encore plus riches et plus belles, en apprenant l’une de l’autre et en développant leurs échanges.

Près de 60% de la population mondiale habitent en ville. C’est cette population qui en premier s’attend à ce que les États jouent un rôle important dans la croissance durable.

Dans un tel moment, les échanges entre Pékin et Séoul revêtent une grande signification. J’ai entendu que le gouvernement chinois se focalise également sur l’urbanisation comme l’un des enjeux pour la croissance en 2013. Je suis totalement d’accord avec cette orientation.

Je vous remercie de tout cœur de votre accueil si chaleureux. Nous sommes venus ici avec l’Orchestre philharmonique de Séoul dirigé par le maestro Chung Myung-Whun. L’artiste chinoise Wu Wei jouera un concerto pour instrument à anches libres de la compositrice coréenne Jin Eun-suk. L’art nous apprend ainsi ce qu’est la véritable harmonie.

Selon Confucius, l’essence de la musique réside dans le réchauffement du cœur.

Je souhaite que ce concert extraordinaire organisé par les deux villes aide à approfondir l’amitié entre leurs citoyens.

Je vous invite à être les témoins de leur croissance commune. Merci de votre intérêt et de votre soutien.




Espace de la jeunesse pour la jeunesse et par la jeunesse

Cérémonie d’inauguration conjointe de l’agence pour l’emploi des jeunes et du Centre de soutien pour l’économie sociale

Date : 11 avril 2013
Lieu : Agence pour l’emploi des jeunes & Centre de soutien pour l’économie sociale

Nous sommes rassemblés ici pour éclairer et préparer l’avenir de Séoul. D’abord, je tiens à applaudir l’inauguration de l’agence pour l’emploi des jeunes et du Centre de soutien pour l’économie sociale. Désormais, ces endroits vont devenir des terrains de jeu pour les jeunes, les sociétés coopératives d’intérêt collectif ainsi que pour les entreprises collectives.

Nous sommes rassemblés aujourd’hui pour bâtir l’avenir de Séoul. L’emploi des jeunes reflète le futur de notre ville. Quels sont leurs rêves ? Où et comment travaillent-ils ? La réponse à cette question déterminera notre société dans 10 ou 20 ans.

Il en va de même pour l’économie sociale. Nous vivons à une époque où les profits des entreprises n’entraînent pas forcément le progrès social. Nous voulons à la fois enregistrer une croissance et profiter de ses effets. C’est là notre société économique.

L’agence pour l’emploi des jeunes a été créée à la demande des jeunes lors du forum politique qui a eu lieu en décembre 2011. Ils ont réclamé une base sur laquelle ils pourront s’appuyer pour pouvoir faire ce qu’ils veulent. Cet endroit doit être un espace de la jeunesse pour la jeunesse par la jeunesse. Cette agence deviendra un lieu hors dimension où les jeunes qui ont de l’ambition pourront manger, dormir et travailler. J’espère sincèrement que ces jeunes parviendront à réaliser leurs rêves.

Le Centre de soutien pour l’économie sociale jouera le même rôle. L’écosystème de l’économie sociale n’en est encore qu’à ses débuts et son développement nécessitera la participation de l’ensemble de la société civile. Ce centre s’imposera comme une plaque tournante socio-économique de Séoul qui a pour vocation de favoriser la participation des citoyens et de renforcer la solidarité et les échanges entre les différents acteurs de l’économie sociale.

Ces deux institutions d’une grande signification se situent dans le district d’Eunpyeong et cela ne peut qu’être positif pour la communauté locale. Ces nouveaux établissements seront des moteurs de la dynamisation urbaine. J’espère qu’Eunpyeong et même Séoul se transformeront en un espace d’innovation et d’expériences grâce à ces deux centres.

J’espère avant toute autre chose qu’ils deviendront des endroits enviés par tous et où les gens pourront s’amuser en travaillant. Lorsque je reviendrai, je voudrais entendre des rires éclater dans tout le quartier. Nous remporterons ainsi une victoire à la fois pour l’emploi des jeunes et pour l’économie sociale. Ils seront l’avenir de Séoul. Je vous remercie.




Les fonctionnaires chargés de la protection sociale sont responsables de la vie des citoyens de Séoul

Forum politique sur l’amélioration des conditions de travail pour les fonctionnaires chargés de la protection sociale

Date : 9 avril 2013
Lieu : Hall polyvalent de la Mairie de Séoul

Mesdames et Messieurs les fonctionnaires chargés de la protection sociale, ça fait plaisir de se voir et discuter ouvertement, n’est-ce pas ? J’avais peur que personne n’ose parler mais de toute évidence vous aviez beaucoup de choses à dire. Cela prouve que vous avez supporté beaucoup de souffrance.

Madame Mok Yeong-ja m’a demandé d’organiser cette réunion et j’ai tenu ma promesse. J’ai senti mon cœur se briser en vous écoutant aujourd’hui. Si les conditions de vie sont aussi pénibles pour vous qui êtes chargés de de la protection et de la qualité de la vie des citoyens, comment pourriez-vous les rendre heureux ? Vous vous êtes exprimés sur plusieurs sujets aujourd’hui. Les responsables des associations de la protection sociale se sont également joints à nous aujourd’hui afin d’écouter votre opinion et trouver des solutions.

L’État et les chefs d’arrondissements ont une part de responsabilité dans la gestion de ces problèmes, mais moi aussi en tant que maire de Séoul. J’admets que la Ville de Séoul aurait dû exiger que l’État prenne des mesures adéquates pour vous, ce que nous n’avons pas assez fait.

À la Mairie de Séoul, certains employés ont été promus au poste de directeur adjoint ou même de directeur alors que jusqu’à présent ils n’ont jamais obtenu de promotion. Un employé du cadastre a par exemple été promu au poste de directeur. Cependant, malgré tous ces efforts, je me suis rendu compte aujourd’hui que les fonctionnaires chargés de la protection sociale n’ont jamais eu de promotion. Je communiquerai ces problèmes aux chefs d’arrondissements sous forme de directives. À mon avis, la plus grande difficulté de ces fonctionnaires réside dans leur surcharge de travail par rapport au poste qu’ils occupent.

Ces problèmes se sont manifestés dans notre société lors sa phase de transition vers une société de bien-être. Alors que les tâches pour la protection sociale sont de plus en plus nombreuses, nous n’avons probablement pas prêté suffisamment attention à ceux qui s’en occupent. La Ville de Séoul et l’État ne sont pas à l’abri des critiques. De plus en plus de problèmes feront surface mais ils pourront toutefois nous permettre de trouver des solutions. Vous avez dit que ces fonctionnaires se sont suicidés à cause du surmenage. Dans ce cas, ce qui leur est arrivé ne peut plus être qualifié de suicide mais d’homicide et c’est pour cela que la Ville de Séoul devra prendre des mesures appropriées.

D’abord, nous devrons procéder à une analyse de poste très poussée pour comprendre la surcharge individuelle qui a suivi l’augmentation de travail en matière de protection sociale au cours des dix, vingt dernières années, l’écart entre les différentes régions et les différents organismes tels que les mairies d’arrondissement et les bureaux de quartier. Par conséquent, nous pourrons demander à l’État d’affecter certains employés à de nouveaux postes ou communiquer leurs changements éventuels dans les directives.

Deuxièmement, nous aurons besoin de prendre des mesures plus incitatives, telles que la promotion et l’amélioration des conditions de travail.

Le troisième volet concerne leur état émotionnel. Les travailleurs sociaux, qui s’occupent de la classe défavorisée, sont souvent exposés aux conflits et au stress. C’est pour cela que la formation doit également porter sur la gestion du stress.

Nous aurons aussi besoin d’un programme de soutien. Par exemple, à la mairie de Séoul, nous avons déjà mis en place un institut de recherche pour un meilleur environnement de travail pour les employés du métro et les pompiers. Nous devrons établir le même genre de programme pour les travailleurs sociaux.

Il faudra aussi offrir des avantages sociaux aux fonctionnaires. Lorsque je travaillais dans une ONG, j’avais droit à un mois de congé après trois ans, à trois mois après sept ans et un an après dix ans de travail. Quand j’ai proposé ce système à l’administrateur en chef, il a répondu que ce serait une infraction aux directives du ministère de la Sécurité et de l’Administration publique. Je me suis alors demandé pourquoi les fonctionnaires ne peuvent pas bénéficier de ces droits malgré tous leurs sacrifices. La prochaine fois que je verrai le ministre à la réunion du cabinet, je vous promets de lui en parler.

Je voudrais vous proposer une dernière chose. Pourquoi ne pas créer une page de discussion sur Facebook pour tous les fonctionnaires chargés de la protection sociale ? Je pourrai ainsi la consulter pour voir vos préoccupations et je pourrai même inviter les chefs d’arrondissements et le ministre de la Santé et du Bien-être. La page servira de canal de communication entre toutes les parties prenantes de Séoul. Madame Mok, êtes-vous satisfaite de ma réponse ?

Je vous remercie encore une fois pour votre contribution. Même si nous ne pourrons pas résoudre tous les problèmes d’un coup, nous ferons de notre mieux pour y arriver étape par étape. Je vous souhaite bon courage. Merci.




L’espace consacré aux femmes entrepreneures

Ouverture du Centre des femmes entrepreneures

Date : 9 avril 2013
Lieu : Centre des femmes entrepreneures

Mesdames et Messieurs, je suis Park Won-soon. Je suis vraiment heureux d’assister à l’ouverture du Centre des femmes entrepreneures.

« Je veux travailler, mais je ne trouve pas d’emploi »

« Je veux créer ma propre entreprise, mais je n’ai pas l’espace ni le capital »

Le Centre des femmes entrepreneures est là pour vous aider. Je voudrais surtout que cet espace devienne une source d’espoir pour les femmes dont la carrière a été interrompue à cause du mariage ou d’une grossesse. La Ville de Séoul encourage ces femmes entrepreneures dans plusieurs institutions telles que le pôle de formation professionnelle des femmes, le Centre de développement des femmes de Nambu et le Centre de développement des femmes de Bukbu. En préparant l’ouverture de ce Centre des femmes entrepreneures, nous avons réfléchi et essayé de trouver les meilleures façons de fournir un soutien personnalisé à chaque femme qui souhaite monter sa propre entreprise. Nous avons enfin décidé de faire de cet espace un centre de soutien avec un thème spécifique et intéressant pour les femmes entrepreneures : l’artisanat. Dans ce bâtiment, 15 femmes designers pourront lancer leur business.

Ces jours-ci, un entrepreneur indépendant sur trois doit fermer les portes de son entreprise définitivement avant même d’avoir dépasser la barre des un an. Ce taux s’élève jusqu’à 48 % après trois ans d’activités. Plus l’économie est en dépression, plus il faut se préparer avant de monter une entreprise et se distinguer des industries conventionnelles pour survivre. Les femmes designers pourront montrer leur originalité et se spécialiser dans un domaine particulier. Il y a de cela quelques semaines, lorsque j’ai participé à la Seoul Fashion Week, j’ai été impressionné par les talents des Coréens. Par exemple, j’ai vu un t-shirt sur lequel l’acheteur pouvait écrire. Tout était très original, même de simples chaussures ou les colliers. Ces entrepreneurs hautement compétents pourront créer des marques d’une grande originalité si la Mairie de Séoul leur offre l’espace et le soutien nécessaires grâce à un service de consultation et de marketing.

Je n’ai pas arrêté de maintenir que je ferai de Séoul une ville de l’artisanat. Ce Centre des femmes entrepreneures sera le point de départ.

Ce centre se situe dans la station de métro Dogok. C’est un espace un peu particulier, n’est-ce pas ? Nous avons eu un problème de place, mais ce qui est important, c’est que vous, les femmes entrepreneures, puissiez attirer l’attention en créant votre entreprise dans un lieu à fort trafic piétonnier. Comme vous bénéficiez d’une aide financière grâce aux impôts des citoyens, n’hésitez pas à partager vos talents avec ceux qui souhaitent apprendre.

Je tiens à remercier le métro de Séoul et le pôle de formation professionnelle pour les femmes pour votre participation et je voudrais souhaiter également bonne chance aux 15 femmes designers qui deviendront leur propre patronne. Je vous remercie.




L’exercice est un excellent moyen de se tenir en bonne santé

Cérémonie de signature de MoU pour la campagne « Fitness à Séoul »

Date : 8 avril 2013
Lieu : Salle de vidéo-conférence de la mairie de Séoul

Monsieur Han Cheol-ho, PDG de MEH,
Monsieur Yang Hoe-jong, président du Conseil du sport pour tous de Séoul,
Mesdames et Messieurs,
C’est un plaisir de vous rencontrer.

Avec l’arrivée du printemps, davantage de personnes font du sport. Je suis heureux d’entamer la campagne « Fitness à Séoul » à un moment opportun.

En tant que maire de Séoul, responsable de 10 millions de citoyens, j’aimerais mettre l’accent sur la prévention des maladies. Pratiquer une activité physique est un excellent moyen de se tenir en bonne santé. Une pratique régulière permet d’améliorer la qualité de vie de chaque individu qui joue un rôle important dans tous les secteurs de la société.

Je souhaite que la campagne « Fitness à Séoul » aide les citoyens à améliorer leur santé et leur qualité de vie en général.

Le lancement de la campagne « Fitness à Séoul » est le moindre que nous pouvons faire pour nos citoyens. Nous remercions une nouvelle fois MEH et le Conseil du sport pour tous de Séoul pour leur participation.

Je suis très heureux d’être accompagné d’excellents collègues. Votre contribution est essentielle pour le bien-être des citoyens de Séoul. Merci.